Manuel Caceres Artesero (67 ans) est un des supporters les plus célèbres du monde. On le connaît mieux sous le nom de Manolo, el del bombo, à cause de l'énorme tambour qu'il emmène à tous les matches de l"équipe nationale d'Espagne. Il suit La Roja depuis le Mondial 1982. Il a vécu neuf Coupes du Monde et huit championnats d'Europe. En 1982, en Espagne, faute d'argent, il faisait de l'auto-stop. Il avait ainsi parcouru 18.000 kilomètres. Sa passion pour l'équipe nationale lui a coûté sa vie familiale mais il est devenu l'ami des joueurs et il a posé en compagnie de maintes célébrités, comme le roi Juan Carlos et Michel Platini.

C'est la première fois qu'il ne soutient pas son équipe avec son tambour. Il a expliqué pourquoi à SoFoot : "Mon médecin m'a demandé de mener une vie plus calme. Je souffre de troubles cardiaques. J'ai déjà eu des problèmes de santé en 2010 et j'ai été contraint de revenir à Valence mais je suis quand même reparti pour l'Afrique du Sud pour assister à la finale de l'Espagne."

Il n'y a pas de carte ni de menu dans son bar, près du stade Mestalla, seulement la liste des prix de produits estampillés Manolo: ballons, bouteilles de vin, casquettes, porte-clefs... Histoire de monnayer son nom. On peut aussi y déguster des tapas, servies par la légende en personne. Il vient régulièrement demander: "Amigo, te falta algo?" Tu as besoin de quelque chose, mon pote?"

Par Steve Van Herpe

Manuel Caceres Artesero (67 ans) est un des supporters les plus célèbres du monde. On le connaît mieux sous le nom de Manolo, el del bombo, à cause de l'énorme tambour qu'il emmène à tous les matches de l"équipe nationale d'Espagne. Il suit La Roja depuis le Mondial 1982. Il a vécu neuf Coupes du Monde et huit championnats d'Europe. En 1982, en Espagne, faute d'argent, il faisait de l'auto-stop. Il avait ainsi parcouru 18.000 kilomètres. Sa passion pour l'équipe nationale lui a coûté sa vie familiale mais il est devenu l'ami des joueurs et il a posé en compagnie de maintes célébrités, comme le roi Juan Carlos et Michel Platini. C'est la première fois qu'il ne soutient pas son équipe avec son tambour. Il a expliqué pourquoi à SoFoot : "Mon médecin m'a demandé de mener une vie plus calme. Je souffre de troubles cardiaques. J'ai déjà eu des problèmes de santé en 2010 et j'ai été contraint de revenir à Valence mais je suis quand même reparti pour l'Afrique du Sud pour assister à la finale de l'Espagne." Il n'y a pas de carte ni de menu dans son bar, près du stade Mestalla, seulement la liste des prix de produits estampillés Manolo: ballons, bouteilles de vin, casquettes, porte-clefs... Histoire de monnayer son nom. On peut aussi y déguster des tapas, servies par la légende en personne. Il vient régulièrement demander: "Amigo, te falta algo?" Tu as besoin de quelque chose, mon pote?"Par Steve Van Herpe