"Ouais, dommage par rapport à l'Atlético. Je suis allé les voir exprès pour ne pas les prendre en porte-à-faux, qu'ils puissent préparer l'avenir. On s'était mis d'accord mais finalement, ça a changé, mais voilà c'est comme ça, faut accepter", a réagi "Grizi". "J'ai du respect et de l'admiration pour ce club et je crois que j'ai tout donné sur le terrain du début à la fin de la saison, et je n'ai aucune honte", a-t-il insisté.

Le transfert d'Antoine Griezmann au FC Barcelone a mis le feu aux poudres et déclenché la colère de son ancien club, qui a souligné vendredi que les 120 millions d'euros versés par un avocat du joueur pour payer sa clause libératoire et permettre ainsi sa signature au Barça étaient "insuffisants".

L'Atlético juge en effet "que l'accord entre le joueur et le FC Barcelone a été conclu avant que la clause ne soit réduite de 200 à 120 millions d'euros", le 1er juillet dernier. Le club a donc entamé des "procédures" en vue de défendre ses "droits et ses intérêts légitimes".

Selon le quotidien sportif espagnol As, le club madrilène, avec qui Griezmann était sous contrat jusqu'en 2023, va saisir la FIFA.