C'était un but magnifique. Il permettait à la Suisse de revenir à la hauteur de la Serbie à Kaliningrad. Un tir du gauche de l'extérieur du rectangle, à mi-hauteur. Puissant et précis. Un but que chaque joueur rêve d'inscrire mais qui allait être gâché par la façon dont son auteur, Granit Xhaka, le fêtait. Ils ouvrait les mains, paumes à l'intérieur, et entremêlait les pouces pour faire un aigle à deux têtes tout en courant vers la tribune.
...