Eboué, Altintop, Felipe Melo, Pandev, mais surtout Sneijder, autant de joueurs passés par les plus grands clubs européens et qui ont depuis posé leurs valises à Galatasaray. C'est qu'avec un budget pratiquement cinq fois supérieur à celui des Mauves, le club stambouliote a les moyens d'attirer des grands noms.

Pourtant, tout ne tourne pas rond du côté d'Istanbul. Complètement à la ramasse en Ligue des Champions avec des prestations décevantes et un nul arraché sur le fil contre... Anderlecht, le club coaché par Prandelli joue sa dernière cartouche à Bruxelles.

En championnat, le club n'est pourtant pas ridicule puisqu'il pointe à seulement un point de Fenerbahçe et Besiktas, les historiques rivaux. Mais le week-end dernier pourtant, Galatasaray a reçu une véritable correction à domicile contre Trabzonspor, 0-3.

Avec cette déconvenue, le club turc a concédé une quatrième défaite avec un écart de trois buts en six matches. Il connaît donc de grosses difficultés défensives, surtout si l'on ajoute à cela les 13 buts encaissés dans ses 4 matchs de Coupe d'Europe, soit une moyenne supérieure à 3 goals concédés par match ! La défaillance défensive est criante: le gardien Fernando Muslera n'a pas vécu un seul match sans prendre de but depuis 12 rencontres.

Comme autre faiblesse, on peut souligner que Galatasaray voyage plutôt mal en Europe. Si les deux défaites, sur le score de 4-1, contre Dortmund et Arsenal, en ont déjà donné un aperçu cette saison, l'équipe a tout simplement perdu ses cinq derniers matchs de Ligue des Champions en déplacement.

Les supporters réclament également la tête de leur coach Prandelli. En cas de contre-performance en Belgique, l'entraîneur serait en très mauvaise position. La pression est donc bien à son comble dans les rangs stambouliotes.

Les Mauves devront cependant veiller à ne pas sous-estimer un adversaire qui, il y a peu de temps, aurait eu largement la faveur des pronostics face à Anderlecht. Si Galatasaray est en crise, il n'en demeure pas moins 3e de son championnat et il n'est qu'à un petit point des Anderlechtois en Ligue des Champions. Avec un joueur du talent de Sneijder, les joueurs de Besnik Hasi auraient tort de se voir trop beaux d'entrée, sous peine de réveiller la bête blessée qu'est désormais le Gala...

Pour mémoire, dos au mur contre Fenerbahce, Sneijder avait renversé la situation le 18 octobre dernier et de quelle manière:

Eboué, Altintop, Felipe Melo, Pandev, mais surtout Sneijder, autant de joueurs passés par les plus grands clubs européens et qui ont depuis posé leurs valises à Galatasaray. C'est qu'avec un budget pratiquement cinq fois supérieur à celui des Mauves, le club stambouliote a les moyens d'attirer des grands noms.Pourtant, tout ne tourne pas rond du côté d'Istanbul. Complètement à la ramasse en Ligue des Champions avec des prestations décevantes et un nul arraché sur le fil contre... Anderlecht, le club coaché par Prandelli joue sa dernière cartouche à Bruxelles.En championnat, le club n'est pourtant pas ridicule puisqu'il pointe à seulement un point de Fenerbahçe et Besiktas, les historiques rivaux. Mais le week-end dernier pourtant, Galatasaray a reçu une véritable correction à domicile contre Trabzonspor, 0-3.Avec cette déconvenue, le club turc a concédé une quatrième défaite avec un écart de trois buts en six matches. Il connaît donc de grosses difficultés défensives, surtout si l'on ajoute à cela les 13 buts encaissés dans ses 4 matchs de Coupe d'Europe, soit une moyenne supérieure à 3 goals concédés par match ! La défaillance défensive est criante: le gardien Fernando Muslera n'a pas vécu un seul match sans prendre de but depuis 12 rencontres.Comme autre faiblesse, on peut souligner que Galatasaray voyage plutôt mal en Europe. Si les deux défaites, sur le score de 4-1, contre Dortmund et Arsenal, en ont déjà donné un aperçu cette saison, l'équipe a tout simplement perdu ses cinq derniers matchs de Ligue des Champions en déplacement.Les supporters réclament également la tête de leur coach Prandelli. En cas de contre-performance en Belgique, l'entraîneur serait en très mauvaise position. La pression est donc bien à son comble dans les rangs stambouliotes.Les Mauves devront cependant veiller à ne pas sous-estimer un adversaire qui, il y a peu de temps, aurait eu largement la faveur des pronostics face à Anderlecht. Si Galatasaray est en crise, il n'en demeure pas moins 3e de son championnat et il n'est qu'à un petit point des Anderlechtois en Ligue des Champions. Avec un joueur du talent de Sneijder, les joueurs de Besnik Hasi auraient tort de se voir trop beaux d'entrée, sous peine de réveiller la bête blessée qu'est désormais le Gala...Pour mémoire, dos au mur contre Fenerbahce, Sneijder avait renversé la situation le 18 octobre dernier et de quelle manière: