Des paris et des pépites à potentiel. C'est la ligne directrice de l'OGC Nice depuis plusieurs saisons. Revenu sur le devant de la scène, le " Gym ", coaché par l'ex-international français Patrick Vieira, souhaitait ainsi se faire prêter le jeune médian belge Franco Antonucci, 19 printemps et Carolo de naissance, d'après L'Équipe. En vain. L'espoir noir-jaune-rouge va devoir e...

Des paris et des pépites à potentiel. C'est la ligne directrice de l'OGC Nice depuis plusieurs saisons. Revenu sur le devant de la scène, le " Gym ", coaché par l'ex-international français Patrick Vieira, souhaitait ainsi se faire prêter le jeune médian belge Franco Antonucci, 19 printemps et Carolo de naissance, d'après L'Équipe. En vain. L'espoir noir-jaune-rouge va devoir encore patienter avant de connaître les joies d'une équipe-fanion. Dès ses 15 ans, Antonucci avait été attiré par Anderlecht via l'utilisation d'un porte-fort. C'est-à-dire que, comme nous le révélions en mars 2016, que ses parents avaient touché 500.000 euros en échange de la garantie de la signature de leur fils à ses seize ans, âge légal pour parapher un contrat pro. À la signature de ce dernier, 500.000 nouveaux euros leur avaient été versé, puis encore le même montant suite à un partenariat avec une société bruxelloise de droits à l'image. Soit un total de 1,5 million d'euros. Un joli pactole qui n'a pas empêché le gamin de quitter la maison mauve dès 2015 pour aller s'aguerrir du côté de l'Ajax Amsterdam, bien connue pour la qualité de sa formation. Sauf qu'un an et demi plus tard, le milieu offensif s'engageait déjà pour une autre écurie, celle pour qui il évolue désormais : l'AS Monaco, pour un transfert évalué entre 2,5 et 3 millions d'euros et un contrat jusqu'en 2022 à la clé. Pas mal pour un prodige, mais peut-être un peu précipité. Car depuis janvier 2017, Antonucci doit se contenter du noyau B, tandis que son homologue Adrien Bongiovanni, même âge, même patrie, même poste, avait eu la joie de s'en prendre cinq en Coupe au Parc des Princes (défaite 5-0, en avril 2017) et porte désormais les couleurs du Cercle. Malgré tout, Franco figure parmi les joueurs les mieux notés du National 2, quatrième échelon français où il a fait trembler cinq fois les filets avec la réserve monégasque.