Les PSG-OM ne sont jamais des rencontres comme les autres mais le duel de la 26-ème journée entre les deux vieux rivaux prend cette année une dimension particulière avec la présence attendue de la superstar anglaise sur la feuille de match. Les propriétaires qataris du club parisien ne peuvent pas rêver d'une meilleure exposition pour étrenner leur dernière prise, symbole de leurs hautes ambitions à l'échelle internationale.

Et pour ajouter encore un peu plus au clinquant de la soirée, allécher les médias étrangers et faire de ce clasico un rendez-vous unique, les dirigeants parisiens ont convié "Il Fenomeno" Ronaldo pour en donner le coup d'envoi fictif.

Le transfert de Beckham à presque 38 ans (le 5 mai) est-il un coup marketing d'envergure ou constitue-t-il une réelle plus-value sportive ? Trois semaines après son arrivée retentissante dans la capitale, le Spice Boy devrait fournir enfin des premiers éléments de réponse, même s'il pourrait se contenter que d'une apparition en fin de match. Carlo Ancelotti ne prendra en effet aucun risque avec "Beck" qui n'a plus joué depuis le 1-er décembre et la finale de la MLS américaine remportée avec les Los Angeles Galaxy contre Houston (3-1).

Le business-plan parisien a beau recommander la présence de Beckham sur le pelouse, le technicien italien a surtout des impératifs sportifs beaucoup plus terre à terre. Le revers à Sochaux (3-2) a en effet réduit à trois points l'avance du PSG sur Lyon, qui recevra Lorient dimanche (14h00).

Ibra et Lucas attendus Si le camouflet subi dans le Doubs pouvait être mis sur le compte d'un manque de motivation après la démonstration en Ligue des champions à Valence (1-2, le 12 février), un nouveau faux-pas ferait cette fois désordre pour une équipe taillée à coups de millions pour écraser le championnat.

Ancelotti espère secrètement que la réception de l'OM sonnera l'heure du réveil pour Ibrahimovic, en mode mineur depuis le début de la phase retour (3 buts dont 1 sur penalty en 6 matches de championnat). L'attaquant suédois voudra sans doute frapper de nouveau un grand coup pour ramener à lui un peu de la lumière accaparée par Beckham.

Lucas sera également particulièrement attendu. Après son festival à Valence, le prodige brésilien a dû soigner des douleurs à une cheville, mais devrait être apte pour son premier clasico. De quoi faire trembler des Marseillais qui se cramponnent comme ils peuvent parmi le trio de tête (3-èmes à 5 points de Paris) malgré un début d'année assez morose (2 succès en 6 matches) et vont débarquer au Parc sans certitudes sur leur jeu.

Elie Baup doit en outre composer avec plusieurs absences de poids (blessures de Cheyrou et Amalfitano, suspension de Jordan Ayew).

Les PSG-OM ne sont jamais des rencontres comme les autres mais le duel de la 26-ème journée entre les deux vieux rivaux prend cette année une dimension particulière avec la présence attendue de la superstar anglaise sur la feuille de match. Les propriétaires qataris du club parisien ne peuvent pas rêver d'une meilleure exposition pour étrenner leur dernière prise, symbole de leurs hautes ambitions à l'échelle internationale. Et pour ajouter encore un peu plus au clinquant de la soirée, allécher les médias étrangers et faire de ce clasico un rendez-vous unique, les dirigeants parisiens ont convié "Il Fenomeno" Ronaldo pour en donner le coup d'envoi fictif. Le transfert de Beckham à presque 38 ans (le 5 mai) est-il un coup marketing d'envergure ou constitue-t-il une réelle plus-value sportive ? Trois semaines après son arrivée retentissante dans la capitale, le Spice Boy devrait fournir enfin des premiers éléments de réponse, même s'il pourrait se contenter que d'une apparition en fin de match. Carlo Ancelotti ne prendra en effet aucun risque avec "Beck" qui n'a plus joué depuis le 1-er décembre et la finale de la MLS américaine remportée avec les Los Angeles Galaxy contre Houston (3-1). Le business-plan parisien a beau recommander la présence de Beckham sur le pelouse, le technicien italien a surtout des impératifs sportifs beaucoup plus terre à terre. Le revers à Sochaux (3-2) a en effet réduit à trois points l'avance du PSG sur Lyon, qui recevra Lorient dimanche (14h00). Ibra et Lucas attendus Si le camouflet subi dans le Doubs pouvait être mis sur le compte d'un manque de motivation après la démonstration en Ligue des champions à Valence (1-2, le 12 février), un nouveau faux-pas ferait cette fois désordre pour une équipe taillée à coups de millions pour écraser le championnat. Ancelotti espère secrètement que la réception de l'OM sonnera l'heure du réveil pour Ibrahimovic, en mode mineur depuis le début de la phase retour (3 buts dont 1 sur penalty en 6 matches de championnat). L'attaquant suédois voudra sans doute frapper de nouveau un grand coup pour ramener à lui un peu de la lumière accaparée par Beckham. Lucas sera également particulièrement attendu. Après son festival à Valence, le prodige brésilien a dû soigner des douleurs à une cheville, mais devrait être apte pour son premier clasico. De quoi faire trembler des Marseillais qui se cramponnent comme ils peuvent parmi le trio de tête (3-èmes à 5 points de Paris) malgré un début d'année assez morose (2 succès en 6 matches) et vont débarquer au Parc sans certitudes sur leur jeu. Elie Baup doit en outre composer avec plusieurs absences de poids (blessures de Cheyrou et Amalfitano, suspension de Jordan Ayew).