Représenté, lui aussi, par l'agent Jorge Mendes, l'ancien joueur du Real Madrid aurait transféré ses revenus liés à ses droits d'image à une société offshore domiciliée aux Iles Vierges britanniques, écrit Expresso, partenaire du consortium de journaux européens baptisé European Investigative Collaborations (EIC).

Après l'ouverture en février 2015 d'une enquête du fisc espagnol, qui le soupçonnait "de ne pas avoir déclaré près de deux millions d'euros de recettes publicitaires en 2011 et 2012", Ricardo Carvalho aurait, selon le journal, modifié rétrospectivement l'accord signé en 2004 avec cette société écran, Alda Ventures.

Dans cet avenant au contrat reproduit par Expresso, Alda Ventures s'engage à verser au joueur les recettes provenant de l'exploitation de ses droits d'image seulement "un an après son départ officiel à la retraite comme footballeur professionnel".

En février 2016, le fisc espagnol, qui disposerait de reçus témoignant de paiements effectués par le Real Madrid, où le défenseur central évoluait entre 2010 et 2013, lui a réclamé le paiement de 545.000 euros.

Actuellement sans club, l'ancien défenseur central de l'AS Monaco désormais âgé de 38 ans n'a pas répondu aux questions adressées par Expresso à Gestifute, la société de Jorge Mendes.

Outre Cristiano Ronaldo, l'entraîneur de Manchester United Jose Mourinho aurait également participé à ce "système de dissimulation fiscale et de blanchiment", selon le consortium de journaux, ce que contestent les représentants des deux vedettes.

Représenté, lui aussi, par l'agent Jorge Mendes, l'ancien joueur du Real Madrid aurait transféré ses revenus liés à ses droits d'image à une société offshore domiciliée aux Iles Vierges britanniques, écrit Expresso, partenaire du consortium de journaux européens baptisé European Investigative Collaborations (EIC). Après l'ouverture en février 2015 d'une enquête du fisc espagnol, qui le soupçonnait "de ne pas avoir déclaré près de deux millions d'euros de recettes publicitaires en 2011 et 2012", Ricardo Carvalho aurait, selon le journal, modifié rétrospectivement l'accord signé en 2004 avec cette société écran, Alda Ventures.Dans cet avenant au contrat reproduit par Expresso, Alda Ventures s'engage à verser au joueur les recettes provenant de l'exploitation de ses droits d'image seulement "un an après son départ officiel à la retraite comme footballeur professionnel". En février 2016, le fisc espagnol, qui disposerait de reçus témoignant de paiements effectués par le Real Madrid, où le défenseur central évoluait entre 2010 et 2013, lui a réclamé le paiement de 545.000 euros.Actuellement sans club, l'ancien défenseur central de l'AS Monaco désormais âgé de 38 ans n'a pas répondu aux questions adressées par Expresso à Gestifute, la société de Jorge Mendes. Outre Cristiano Ronaldo, l'entraîneur de Manchester United Jose Mourinho aurait également participé à ce "système de dissimulation fiscale et de blanchiment", selon le consortium de journaux, ce que contestent les représentants des deux vedettes.