La saison fut éprouvante mais Chelsea Women a remporté son troisième titre de champion d'Angleterre consécutif le week-end dernier. Un trophée acquis au bout du suspense puisqu'il a changé cinq fois de mains au cours des matches disputés par les deux prétendants. C'est la capitaine suédoise des Blues, Magdalena Eriksson qui a pu brandir la Coupe à la fin.

Pour devenir champion, Arsenal devait faire mieux que Chelsea, qui avait un point d'avance à l'entame de la dernière journée de compétition. Quelques jours avant, l'attaquant des Blues Sam Kerr déclarait au micro deSky : "Je préfère être dans notre position, parce que nous avons encore notre sort entre nos mains. L'année dernière, c'était le même scénario contre Manchester City, donc ce n'est pas nouveau pour nous."

Si l'adversaire de Chelsea, Manchester United (4e du classement), ne comptait pas faire de cadeau, c'est parce qu'il pouvait décrocher un billet qualificatif pour la prochaine Ligue des champions, pour la première fois de son histoire. Après une première mi-temps médiocre, le club londonien est mené 2-1 au tableau d'affichage. Ce résultat signifiait qu'Arsenal était champion.

L'entraîneuse de Chelsea aurait bien changé pratiquement toute son équipe à la demi-heure

Emma Hayes, l'entraîneuse de Chelsea, était loin d'être satisfaite après ces 45 premières minutes. "Pour être honnête, j'aurais pu changer presque tous les joueuses après une demi-heure. Nous pensions trop à une éventuelle défaite", estimait-elle.

Avec les remplacements de Ji So-Yun et Beth England, les choses se sont améliorées dans le milieu de terrain. Un superbe but de Kerr a permis à Chelsea de prendre l'avance pour la première fois de la rencontre. Arsenal s'est imposé 4-2 de son côté, mais comme leurs rivales londoniennes n'ont finalement pas perdu de plumes dans leur duel, cette victoire n'a pas changé grand chose au classement final.

Les championnes en titre sont donc parvenues à conserver leur bien malgré un noyau qui, selon Emma Hayes, était en transformation. "Nous avions un noyau vieillissant et nous devions remédier à la situation. En même temps, nous devions continuer à lutter pour le titre. Combien d'équipes auraient géré ces absences comme nous l'avons fait ?", estime la coach de Chelsea.

Sam Kerr a marqué le but du titre pour Chelsea., iStock
Sam Kerr a marqué le but du titre pour Chelsea. © iStock

Un football qui n'a pas fait rêver

La saison n'a pas été de tout repos pour Chelsea. En plus des problèmes extra-sportifs du club, Hayes a également dû composer avec un noyau décimé par les absentes. Plusieurs joueuses importantes se sont blessées ou sont tombées malades. D'autres avaient des obligations nationales avec la Coupe d'Asie. Les schémas tactiques et les joueuses ont été régulièrement changés. Même la première gardienne n'était plus sûre de sa place entre les perches.

Cette victoire finale en championnat est donc plus la récompense du travail, de la motivation et de la capacité du groupe à s'adapter plutôt que celle de stars ayant joué à un haut niveau toute la saison. La qualité de football laissait souvent à désirer, mais quand elle n'était pas au mieux de sa forme, l'équipe parvenait à obtenir de bons résultats.

Les habituelles candidates au titre

Avec un noyau composé de nombreuses joueuses qui sont capitaines de leur sélection nationale, Hayes disposait d'une équipe qui parvenait toujours à résoudre les problèmes qui se posaient sur le terrain. Quand Arsenal a souffert de la pression liée à la course au titre, Chelsea a alors retrouvé son meilleur niveau. "Je pense que mon équipe gère les crises de manière fantastique. Même lorsque nous étions menées à la mi-temps contre Manchester United, le vestiaire est resté extrêmement calme", a déclaré Hayes au Guardian après le dernier match de la saison.

Dans un championnat où le titre est partagé entre quatre équipes, Chelsea, Arsenal, Manchester City et Liverpool, depuis onze ans, la saison prochaine s'annonce encore plus passionnante.

Chelsea risque en effet de perdre quelques joueuses expérimentées, mais pourra encore compter sur Sam Kerr et Pernille Harder pour compenser ces départs. On ne pourra pas exclure une équipe comme City de la lutte pour le titre. Celle-ci s'est finalement remise de son début de saison difficile pour prendre la troisième place finale. Le dauphin d'Arsenal est une équipe qui dispose encore d'une marge de progression. Il faudra encore compter sur elle.

La saison fut éprouvante mais Chelsea Women a remporté son troisième titre de champion d'Angleterre consécutif le week-end dernier. Un trophée acquis au bout du suspense puisqu'il a changé cinq fois de mains au cours des matches disputés par les deux prétendants. C'est la capitaine suédoise des Blues, Magdalena Eriksson qui a pu brandir la Coupe à la fin. Pour devenir champion, Arsenal devait faire mieux que Chelsea, qui avait un point d'avance à l'entame de la dernière journée de compétition. Quelques jours avant, l'attaquant des Blues Sam Kerr déclarait au micro deSky : "Je préfère être dans notre position, parce que nous avons encore notre sort entre nos mains. L'année dernière, c'était le même scénario contre Manchester City, donc ce n'est pas nouveau pour nous."Si l'adversaire de Chelsea, Manchester United (4e du classement), ne comptait pas faire de cadeau, c'est parce qu'il pouvait décrocher un billet qualificatif pour la prochaine Ligue des champions, pour la première fois de son histoire. Après une première mi-temps médiocre, le club londonien est mené 2-1 au tableau d'affichage. Ce résultat signifiait qu'Arsenal était champion.Emma Hayes, l'entraîneuse de Chelsea, était loin d'être satisfaite après ces 45 premières minutes. "Pour être honnête, j'aurais pu changer presque tous les joueuses après une demi-heure. Nous pensions trop à une éventuelle défaite", estimait-elle.Avec les remplacements de Ji So-Yun et Beth England, les choses se sont améliorées dans le milieu de terrain. Un superbe but de Kerr a permis à Chelsea de prendre l'avance pour la première fois de la rencontre. Arsenal s'est imposé 4-2 de son côté, mais comme leurs rivales londoniennes n'ont finalement pas perdu de plumes dans leur duel, cette victoire n'a pas changé grand chose au classement final.Les championnes en titre sont donc parvenues à conserver leur bien malgré un noyau qui, selon Emma Hayes, était en transformation. "Nous avions un noyau vieillissant et nous devions remédier à la situation. En même temps, nous devions continuer à lutter pour le titre. Combien d'équipes auraient géré ces absences comme nous l'avons fait ?", estime la coach de Chelsea.La saison n'a pas été de tout repos pour Chelsea. En plus des problèmes extra-sportifs du club, Hayes a également dû composer avec un noyau décimé par les absentes. Plusieurs joueuses importantes se sont blessées ou sont tombées malades. D'autres avaient des obligations nationales avec la Coupe d'Asie. Les schémas tactiques et les joueuses ont été régulièrement changés. Même la première gardienne n'était plus sûre de sa place entre les perches.Cette victoire finale en championnat est donc plus la récompense du travail, de la motivation et de la capacité du groupe à s'adapter plutôt que celle de stars ayant joué à un haut niveau toute la saison. La qualité de football laissait souvent à désirer, mais quand elle n'était pas au mieux de sa forme, l'équipe parvenait à obtenir de bons résultats.Avec un noyau composé de nombreuses joueuses qui sont capitaines de leur sélection nationale, Hayes disposait d'une équipe qui parvenait toujours à résoudre les problèmes qui se posaient sur le terrain. Quand Arsenal a souffert de la pression liée à la course au titre, Chelsea a alors retrouvé son meilleur niveau. "Je pense que mon équipe gère les crises de manière fantastique. Même lorsque nous étions menées à la mi-temps contre Manchester United, le vestiaire est resté extrêmement calme", a déclaré Hayes au Guardian après le dernier match de la saison.Dans un championnat où le titre est partagé entre quatre équipes, Chelsea, Arsenal, Manchester City et Liverpool, depuis onze ans, la saison prochaine s'annonce encore plus passionnante.Chelsea risque en effet de perdre quelques joueuses expérimentées, mais pourra encore compter sur Sam Kerr et Pernille Harder pour compenser ces départs. On ne pourra pas exclure une équipe comme City de la lutte pour le titre. Celle-ci s'est finalement remise de son début de saison difficile pour prendre la troisième place finale. Le dauphin d'Arsenal est une équipe qui dispose encore d'une marge de progression. Il faudra encore compter sur elle.