Revenant sur son audition pendant plus de 8 heures jeudi devant le président de la chambre de jugement de la commission d'éthique de la FIFA, le juge Hans-Joachim Eckert, Blatter a expliqué au quotidien suisse: "En particulier, le juge Eckert a été très correct. Le juge m'a indiqué au début: 'Les accusations de corruption sont retirées'".

Si les charges pour corruption avaient bien été retirées, d'autres pèseraient cependant encore sur Sepp Blatter: gestion déloyale, conflit d'intérêts voire falsification de comptes.

Celui-ci a été suspendu pendant 90 jours à titre provisoire jusqu'au 5 janvier par la commission d'éthique de la FIFA, pour "gestion déloyale et corruption" pour un paiement de 1,8 million d'euros reçu par Michel Platini en 2011 pour un travail de conseiller de Blatter achevé en 2002 sans contrat écrit.

Blatter doit de même s'expliquer sur un contrat de droits TV présumé déloyal envers la FIFA au sujet des Mondiaux 2010 et 2014.

"A la fin (de l'audition), j'avais le sentiment que la justice allait l'emporter", a précisé Blatter, alors qu'un jugement sur le fond est attendu lundi pour lui et Platini. Les deux hommes risquent la radiation à vie du football.

La justice interne de la FIFA a respectivement entendu Sepp Blatter jeudi pendant huit heures, et les avocats de Michel Platini vendredi pendant neuf heures.

Le Suisse est également poursuivi par la justice de son pays dans ces deux dossiers.

Revenant sur son audition pendant plus de 8 heures jeudi devant le président de la chambre de jugement de la commission d'éthique de la FIFA, le juge Hans-Joachim Eckert, Blatter a expliqué au quotidien suisse: "En particulier, le juge Eckert a été très correct. Le juge m'a indiqué au début: 'Les accusations de corruption sont retirées'". Si les charges pour corruption avaient bien été retirées, d'autres pèseraient cependant encore sur Sepp Blatter: gestion déloyale, conflit d'intérêts voire falsification de comptes. Celui-ci a été suspendu pendant 90 jours à titre provisoire jusqu'au 5 janvier par la commission d'éthique de la FIFA, pour "gestion déloyale et corruption" pour un paiement de 1,8 million d'euros reçu par Michel Platini en 2011 pour un travail de conseiller de Blatter achevé en 2002 sans contrat écrit. Blatter doit de même s'expliquer sur un contrat de droits TV présumé déloyal envers la FIFA au sujet des Mondiaux 2010 et 2014. "A la fin (de l'audition), j'avais le sentiment que la justice allait l'emporter", a précisé Blatter, alors qu'un jugement sur le fond est attendu lundi pour lui et Platini. Les deux hommes risquent la radiation à vie du football. La justice interne de la FIFA a respectivement entendu Sepp Blatter jeudi pendant huit heures, et les avocats de Michel Platini vendredi pendant neuf heures. Le Suisse est également poursuivi par la justice de son pays dans ces deux dossiers.