En 2013, les clubs russes ont dépensé 250 millions d'euros en transferts. Le Zenit avait enrôlé Hulk et Axel Witsel pour 90 millions. Trois ans plus tard, les footballeurs de renom désertent la Russie. La Chine est devenue leur eldorado.

Pourquoi ? La Russie souffre de la chute du prix du baril de pétrole et des sanctions infligées par l'Europe. Le rouble a perdu la moitié de sa valeur. En plus, l'UEFA a limité l'immixtion des états dans la gestion des clubs.

Le Dinamo Moscou est un bel exemple: il est dirigé par Boris Rotenberg, un ami de Vladimir Poutine, soutenu par la banque nationale. Le club a été écarté de la scène européenne cette saison à cause de problèmes comptables. Du coup, Mathieu Valbuena, William Vainqueur et Douglas ont quitté le navire.

Les clubs russes dépendent du mécénat ou du soutien de l'état. L'assistance est maigre -7.000 en moyenne, les Russes achètent peu de maillots et le contrat TV ne génère que 40 millions par saison. Le président Poutine espère toutefois que la Coupe du Monde boostera le football, notamment grâce aux nouveaux stades.

Par Matthias Stockmans

En 2013, les clubs russes ont dépensé 250 millions d'euros en transferts. Le Zenit avait enrôlé Hulk et Axel Witsel pour 90 millions. Trois ans plus tard, les footballeurs de renom désertent la Russie. La Chine est devenue leur eldorado.Pourquoi ? La Russie souffre de la chute du prix du baril de pétrole et des sanctions infligées par l'Europe. Le rouble a perdu la moitié de sa valeur. En plus, l'UEFA a limité l'immixtion des états dans la gestion des clubs.Le Dinamo Moscou est un bel exemple: il est dirigé par Boris Rotenberg, un ami de Vladimir Poutine, soutenu par la banque nationale. Le club a été écarté de la scène européenne cette saison à cause de problèmes comptables. Du coup, Mathieu Valbuena, William Vainqueur et Douglas ont quitté le navire. Les clubs russes dépendent du mécénat ou du soutien de l'état. L'assistance est maigre -7.000 en moyenne, les Russes achètent peu de maillots et le contrat TV ne génère que 40 millions par saison. Le président Poutine espère toutefois que la Coupe du Monde boostera le football, notamment grâce aux nouveaux stades.Par Matthias Stockmans