• FC Copenhague

Pourquoi ils vont la gagner

Grand habitué de la compétition, le FC Copenhague a écarté le Celtic Glasgow en février dernier et n'a pas renoncé à une qualification en quart contre Istanbul Basaksehir, malgré un but à remonter. Le format inédit de la compétition sans double confrontation leur permet de rêver d'un exploit.

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

Tout est jouable face aux Turcs, mais face aux gros calibres restant de la compétition, imaginer le club danois aller jusqu'au bout relève probablement de la douce utopie.

  • Istanbul Basaksehir

Pourquoi ils vont la gagner

Champion de la Süper Lig pour la première fois de son histoire, le club turc a l'opportunité de rebondir sur ses bonnes performances afin de s'offrir un joli parcours européen. L'avantage lui est donné face à Copenhague, contre qui il s'est imposé 1-0 au match aller. Avant d'espérer un scénario à la David contre Goliath face à Man U.

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

Si le vent se montre favorable, Istanbul rejoindra Manchester United en quart. Quand bien même ils élimineraient les Mancuniens, Demba Ba et les siens se trouvent dans la partie de tableau regroupant la majorité des favoris avec notamment le FC Séville ou la Roma. Pas évident.

Demba Ba, l'attaquant-vedette d'Istanbul Basaksehir., IMAGO
Demba Ba, l'attaquant-vedette d'Istanbul Basaksehir. © IMAGO
  • Shakhtar Donetsk

Pourquoi ils vont la gagner

Les Ukrainiens n'en sont eux aussi pas à leur coup d'essai en Europe. Ils sont d'ailleurs tout à fait en droit d'espérer aligner une ligne de plus à leur palmarès déjà très étoffé au niveau national. Vainqueur de la compétition en 2009, les Mineurs sont déjà en bonne posture pour s'imposer chez eux face aux Allemands de Wolfsburg.

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

Si les Ukrainiens semblent intouchables chez eux, la concurrence est d'un tout autre calibre en Europe. Et puis le temps des Fernandinho, Willian et autre Douglas Costa paraît bien loin.

  • Wolfsburg

Pourquoi ils vont la gagner

S'ils parviennent à renverser la vapeur face au Shakhtar, les Allemands disputeront le reste de la compétition "à domicile". Autre avantage pour les Teutons, la Bundesliga est le premier championnat à avoir repris et à s'être terminé. Ils peuvent donc espérer bénéficier d'une fraîcheur non négligeable face à des adversaires émoussés par le rythme des rencontres.

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

Si Wolfsburg a terminé la saison à une honorable septième place, son bilan depuis la reprise face aux ténors de la Bundesliga est loin d'être affriolant. Seul un nul obtenu contre Leipzig vient contrebalancer les défaites encourues face à Dortmund (0-2), à l'Eintracht (1-2), à Gladbach (3-0) et au Bayern (0-4).

Koen Casteels rêve d'exploits européens avec Wolfsburg., ATP
Koen Casteels rêve d'exploits européens avec Wolfsburg. © ATP
  • Manchester United

Pourquoi ils vont la gagner

La reprise de la Premier League n'aura été que bénéfique pour les Red Devils, qui n'ont concédé que deux matches nuls depuis la reprise du championnat et affiché, malgré le revers essuyé en demi-finale de la FA Cup face à Chelsea, la consistance qui leur faisant régulièrement défaut avant l'arrêt des compétitions. Si le suspense ne sera pas de mise ce soir, les hommes d'Ole Gunnar Solskjær peuvent sans conteste prétendre à la victoire finale. Le retour de Paul Pogba, l'adaptation et l'efficacité de Bruno Fernandes et le rodage de l'animation offensive ponctuée par l'explosion de la pépite Mason Greenwood sont autant de signaux positifs.

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

Après une fin de championnat en trombe qui récompensera Manchester d'une troisième place, dans un premier temps inattendue, Solskjær sera amené à faire tourner son effectif intelligemment pour espérer enchaîner les victoires jusqu'à la fin du mois d'août. Les ressources physiques et mentales se dressent comme le principal adversaire des Red Devils pour la conclusion de la compétition.

  • LASK Linz

Pourquoi ils vont la gagner

Vous avez vu le score du match aller ?

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

Vous avez vu le score du match aller...

Bruno Fernandes a rendu des couleurs aux Red Devils., AFP
Bruno Fernandes a rendu des couleurs aux Red Devils. © AFP
  • Inter

Pourquoi ils vont la gagner

Les Nerazzuri sont incontestablement candidats au titre. Soulever une coupe européenne viendrait combler la déception flagrante d'une 3e place en phase de groupes de la Ligue des Champions et d'une place de dauphin, à un petit point (82) d'une Juventus méconnaissable (83). L'EL se présente comme une consolation plus que bienvenue pour satisfaire les ambitions d'une équipe pimpante, mais encore orpheline de toute récompense sous l'ère Antonio Conte.

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

L'Inter n'aura pas droit à l'erreur, la compétition ayant été interrompue avant même que le club lombard ait pu disputer le match-aller de son huitième de finale. Les troupes de Conte ne pourront donc pas flancher dans ce match à élimination directe face à un Getafe accrocheur. Par ailleurs, les relations ne sont pas au beau fixe entre Antonio Conte et la direction du club et ne créent par les conditions idéales avant une rencontre européenne décisive. Conte, ayant récemment qualifié le club de "faible", accuse la direction de ne pas assez prendre la défense de son entraîneur et de ses joueurs face aux nombreuses critiques. Le départ du coach semble presqu'inéluctable.

  • CF Getafe

Pourquoi ils vont la gagner

Ayant déchu l'Ajax de ses ambitions continentales au tour précédent, Getafe n'a pour ainsi dire rien à perdre pour sa première participation à une Coupe européenne. Basé sur un jeu rugueux et physique, les Azulones peuvent surprendre n'importe quel adversaire. Et puis, la Grèce a bien remporté l'EURO 2004...

Pourquoi ils ne vont pas la gagner

L'après-pause Covid n'aura pas réussi à l'effectif de Bordalas, qui conclut une saison pourtant partie sur les chapeaux de roues par une seule et unique victoire en douze journées. Pas de quoi se montrer très optimiste à l'heure d'affronter la bande à Lukaku.

L'Inter veut s'offrir une nouvelle coupe européenne., AFP
L'Inter veut s'offrir une nouvelle coupe européenne. © AFP

Chloé Vincent (st.) et Jules Monnier

Grand habitué de la compétition, le FC Copenhague a écarté le Celtic Glasgow en février dernier et n'a pas renoncé à une qualification en quart contre Istanbul Basaksehir, malgré un but à remonter. Le format inédit de la compétition sans double confrontation leur permet de rêver d'un exploit.Tout est jouable face aux Turcs, mais face aux gros calibres restant de la compétition, imaginer le club danois aller jusqu'au bout relève probablement de la douce utopie.Champion de la Süper Lig pour la première fois de son histoire, le club turc a l'opportunité de rebondir sur ses bonnes performances afin de s'offrir un joli parcours européen. L'avantage lui est donné face à Copenhague, contre qui il s'est imposé 1-0 au match aller. Avant d'espérer un scénario à la David contre Goliath face à Man U.Si le vent se montre favorable, Istanbul rejoindra Manchester United en quart. Quand bien même ils élimineraient les Mancuniens, Demba Ba et les siens se trouvent dans la partie de tableau regroupant la majorité des favoris avec notamment le FC Séville ou la Roma. Pas évident.Les Ukrainiens n'en sont eux aussi pas à leur coup d'essai en Europe. Ils sont d'ailleurs tout à fait en droit d'espérer aligner une ligne de plus à leur palmarès déjà très étoffé au niveau national. Vainqueur de la compétition en 2009, les Mineurs sont déjà en bonne posture pour s'imposer chez eux face aux Allemands de Wolfsburg.Si les Ukrainiens semblent intouchables chez eux, la concurrence est d'un tout autre calibre en Europe. Et puis le temps des Fernandinho, Willian et autre Douglas Costa paraît bien loin.Pourquoi ils vont la gagnerS'ils parviennent à renverser la vapeur face au Shakhtar, les Allemands disputeront le reste de la compétition "à domicile". Autre avantage pour les Teutons, la Bundesliga est le premier championnat à avoir repris et à s'être terminé. Ils peuvent donc espérer bénéficier d'une fraîcheur non négligeable face à des adversaires émoussés par le rythme des rencontres.Pourquoi ils ne vont pas la gagnerSi Wolfsburg a terminé la saison à une honorable septième place, son bilan depuis la reprise face aux ténors de la Bundesliga est loin d'être affriolant. Seul un nul obtenu contre Leipzig vient contrebalancer les défaites encourues face à Dortmund (0-2), à l'Eintracht (1-2), à Gladbach (3-0) et au Bayern (0-4).La reprise de la Premier League n'aura été que bénéfique pour les Red Devils, qui n'ont concédé que deux matches nuls depuis la reprise du championnat et affiché, malgré le revers essuyé en demi-finale de la FA Cup face à Chelsea, la consistance qui leur faisant régulièrement défaut avant l'arrêt des compétitions. Si le suspense ne sera pas de mise ce soir, les hommes d'Ole Gunnar Solskjær peuvent sans conteste prétendre à la victoire finale. Le retour de Paul Pogba, l'adaptation et l'efficacité de Bruno Fernandes et le rodage de l'animation offensive ponctuée par l'explosion de la pépite Mason Greenwood sont autant de signaux positifs.Après une fin de championnat en trombe qui récompensera Manchester d'une troisième place, dans un premier temps inattendue, Solskjær sera amené à faire tourner son effectif intelligemment pour espérer enchaîner les victoires jusqu'à la fin du mois d'août. Les ressources physiques et mentales se dressent comme le principal adversaire des Red Devils pour la conclusion de la compétition.Vous avez vu le score du match aller ?Vous avez vu le score du match aller...Les Nerazzuri sont incontestablement candidats au titre. Soulever une coupe européenne viendrait combler la déception flagrante d'une 3e place en phase de groupes de la Ligue des Champions et d'une place de dauphin, à un petit point (82) d'une Juventus méconnaissable (83). L'EL se présente comme une consolation plus que bienvenue pour satisfaire les ambitions d'une équipe pimpante, mais encore orpheline de toute récompense sous l'ère Antonio Conte.L'Inter n'aura pas droit à l'erreur, la compétition ayant été interrompue avant même que le club lombard ait pu disputer le match-aller de son huitième de finale. Les troupes de Conte ne pourront donc pas flancher dans ce match à élimination directe face à un Getafe accrocheur. Par ailleurs, les relations ne sont pas au beau fixe entre Antonio Conte et la direction du club et ne créent par les conditions idéales avant une rencontre européenne décisive. Conte, ayant récemment qualifié le club de "faible", accuse la direction de ne pas assez prendre la défense de son entraîneur et de ses joueurs face aux nombreuses critiques. Le départ du coach semble presqu'inéluctable.Ayant déchu l'Ajax de ses ambitions continentales au tour précédent, Getafe n'a pour ainsi dire rien à perdre pour sa première participation à une Coupe européenne. Basé sur un jeu rugueux et physique, les Azulones peuvent surprendre n'importe quel adversaire. Et puis, la Grèce a bien remporté l'EURO 2004...L'après-pause Covid n'aura pas réussi à l'effectif de Bordalas, qui conclut une saison pourtant partie sur les chapeaux de roues par une seule et unique victoire en douze journées. Pas de quoi se montrer très optimiste à l'heure d'affronter la bande à Lukaku.Chloé Vincent (st.) et Jules Monnier