Sans surprise, Barcelone et l'Atalanta Bergame ont assuré jeudi leur place en quarts de finale de l'Europa League. En revanche les deux clubs de Séville, le FC Séville et le Betis, ont chuté au stade des huitièmes en C3, tous les deux après prolongation.

Le FC Séville, six fois vainqueur de l'Europa League et actuel deuxième de Liga, est tombé à Londres sur le terrain de West Ham, vainqueur 2-0 avec notamment un second but de l'Ukrainien Andriy Yarmolenko (88e), fêté comme il se doit par ses coéquipiers et ovationné par le public. Les Andalous l'avaient emporté 1-0 à l'aller. Quant au Betis, battu 2-1 chez lui par l'Eintracht lors de la première manche, il a rendu les armes à Francfort (1-1), un but égalisateur de l'Autrichien Martin Hinteregger au bout de la prolongation (120+1) ruinant les rêves des Espagnols que Borja Iglesias avait ravivés à la fin du temps réglementaire (90e). Le Barça, de son côté, a préparé de la meilleure façon son Clasico contre le Real Madrid dimanche en s'imposant 2-1 sur le terrain de Galatasaray.

Dans une atmosphère plus hostile que Santiago-Bernabeu dans trois jours, les hommes de Xavi ont renversé la rencontre. Après le 0-0 de l'aller, ses joueurs étaient pourtant virtuellement éliminés après l'ouverture du score de Marçao (29e). Le défenseur brésilien, d'une tête plongeante a devancé Ferran Torres sur corner. Mais la pépite Pedri, 19 ans, a égalisé dans la foulée (37e) d'un but tout en finesse en se jouant de deux adversaires dans la surface stambouliote. Seul face au but après une remise de la tête pleine de sang froid de Frenkie de Jong, Pierre-Emerick Aubameyang (50e) a empilé un septième but depuis son arrivée en Catalogne cet hiver pour placer le club blaugrana devant.

Dans le choc de ces huitième entre l'Atalanta et le Bayer Leverkusen, les Bergamasques ont confirmé leur succès 3-2 de l'aller en s'imposant 1-0 en Allemagne. Un succès in extremis, au bout d'une rencontre pourtant globalement dominée par la bande de Moussa Diaby, grâce à un déboulé de Jérémie Boga qui a conclu de près (90e). Lyon, qui avait rapporté une victoire très flatteuse de Porto à l'aller (1-0), a beaucoup plus souffert cette fois face au leader du championnat portugais, qui a causé bien du souci à l'équipe française (1-1), finalement qualifiée.

Sans surprise, Barcelone et l'Atalanta Bergame ont assuré jeudi leur place en quarts de finale de l'Europa League. En revanche les deux clubs de Séville, le FC Séville et le Betis, ont chuté au stade des huitièmes en C3, tous les deux après prolongation. Le FC Séville, six fois vainqueur de l'Europa League et actuel deuxième de Liga, est tombé à Londres sur le terrain de West Ham, vainqueur 2-0 avec notamment un second but de l'Ukrainien Andriy Yarmolenko (88e), fêté comme il se doit par ses coéquipiers et ovationné par le public. Les Andalous l'avaient emporté 1-0 à l'aller. Quant au Betis, battu 2-1 chez lui par l'Eintracht lors de la première manche, il a rendu les armes à Francfort (1-1), un but égalisateur de l'Autrichien Martin Hinteregger au bout de la prolongation (120+1) ruinant les rêves des Espagnols que Borja Iglesias avait ravivés à la fin du temps réglementaire (90e). Le Barça, de son côté, a préparé de la meilleure façon son Clasico contre le Real Madrid dimanche en s'imposant 2-1 sur le terrain de Galatasaray. Dans une atmosphère plus hostile que Santiago-Bernabeu dans trois jours, les hommes de Xavi ont renversé la rencontre. Après le 0-0 de l'aller, ses joueurs étaient pourtant virtuellement éliminés après l'ouverture du score de Marçao (29e). Le défenseur brésilien, d'une tête plongeante a devancé Ferran Torres sur corner. Mais la pépite Pedri, 19 ans, a égalisé dans la foulée (37e) d'un but tout en finesse en se jouant de deux adversaires dans la surface stambouliote. Seul face au but après une remise de la tête pleine de sang froid de Frenkie de Jong, Pierre-Emerick Aubameyang (50e) a empilé un septième but depuis son arrivée en Catalogne cet hiver pour placer le club blaugrana devant. Dans le choc de ces huitième entre l'Atalanta et le Bayer Leverkusen, les Bergamasques ont confirmé leur succès 3-2 de l'aller en s'imposant 1-0 en Allemagne. Un succès in extremis, au bout d'une rencontre pourtant globalement dominée par la bande de Moussa Diaby, grâce à un déboulé de Jérémie Boga qui a conclu de près (90e). Lyon, qui avait rapporté une victoire très flatteuse de Porto à l'aller (1-0), a beaucoup plus souffert cette fois face au leader du championnat portugais, qui a causé bien du souci à l'équipe française (1-1), finalement qualifiée.