C'est une équipe presqu'inconnue des radars. Un club sans grande réputation, qui a surtout fait son vécu dans les divisions inférieures. Et c'est justement quand de nouvelles pages de son histoire sont en train de s'écrire que la magie opère. Revenu il y a 2 ans au sein de l'élite espagnole, le club andalou entame une métamorphose éclaire. Jusque-là, son meilleur placement en championnat était une 6ème place en 1974. Une éternité, car ensuite, le club a vacillé entre la deuxième et la troisième division. Engouffré dans des problèmes financiers, Grenade ne retrouvera plus la Liga pendant près de 35 ans. Les Andalous redescendront encore une fois en deuxième division, avant de remonter donc la saison dernière, sous les ordres de Diego Martinez. L'entraineur espagnol n'avait connu qu'une seule expérience, avec Osasuna en 2017-2018, mais il a réussi à remettre de la stabilité au sein de l'effectif. Il remonte après sa première saison à la tête du club, et pour son retour dans l'élite, il finit 7ème de Liga. Cette saison-là, il rivalisera avec les plus grosses écuries du pays, se payant même le luxe de battre le Barça. Il atteindra aussi les demi-finales de la Coupe du Roi, et bénéficiera d'un ticket pour les tous préliminaires de l'Europa League, ce qui conclut une saison plus que réussie.

Une nouvelle page est en train de s'écrire

Les tours préliminaires et les barrages remportés, Grenade participe donc à sa première coupe d'Europe. Dans un groupe homogène avec le PSV, le PAOK et l'Omonia, le club espagnol se débrouille plutôt bien et finit 2ème, avec une seule défaite. Ils surprennent aussi en finissant deuxième meilleure défense parmi les qualifiés, avec 3 buts encaissés. Les Andalous abordent donc le match face à Naples comme le plus important de leur histoire jusqu'ici. Une double confrontation qui tournera donc en faveur des coéquipiers de German Sanchez, le capitaine de 34 ans. Car l'effectif de Grenade est mélange de toutes les générations, atteignant une moyenne d'âge de plus ou moins 26 ans.

La connexion avec le club de Watford, leur permet d'obtenir le prêt ou l'achat de plusieurs joueurs de qualité. D'autres grands clubs n'hésitent pas à envoyer de jeunes talents en Andalousie pour qu'ils puissent y faire leurs gammes. C'est le cas du Real Madrid avec Vallejo, de Chelsea avec Kenedy, de l'Atletico avec Perez ou encore de Manchester City avec Herrera. Ce club forme donc un beau melting pot qui a rendez-vous avec son histoire, ce soir. L'occasion d'écrire de nouvelles pages d'un livre qui en demande tant.

Vincent Attardo (st.)

C'est une équipe presqu'inconnue des radars. Un club sans grande réputation, qui a surtout fait son vécu dans les divisions inférieures. Et c'est justement quand de nouvelles pages de son histoire sont en train de s'écrire que la magie opère. Revenu il y a 2 ans au sein de l'élite espagnole, le club andalou entame une métamorphose éclaire. Jusque-là, son meilleur placement en championnat était une 6ème place en 1974. Une éternité, car ensuite, le club a vacillé entre la deuxième et la troisième division. Engouffré dans des problèmes financiers, Grenade ne retrouvera plus la Liga pendant près de 35 ans. Les Andalous redescendront encore une fois en deuxième division, avant de remonter donc la saison dernière, sous les ordres de Diego Martinez. L'entraineur espagnol n'avait connu qu'une seule expérience, avec Osasuna en 2017-2018, mais il a réussi à remettre de la stabilité au sein de l'effectif. Il remonte après sa première saison à la tête du club, et pour son retour dans l'élite, il finit 7ème de Liga. Cette saison-là, il rivalisera avec les plus grosses écuries du pays, se payant même le luxe de battre le Barça. Il atteindra aussi les demi-finales de la Coupe du Roi, et bénéficiera d'un ticket pour les tous préliminaires de l'Europa League, ce qui conclut une saison plus que réussie.Les tours préliminaires et les barrages remportés, Grenade participe donc à sa première coupe d'Europe. Dans un groupe homogène avec le PSV, le PAOK et l'Omonia, le club espagnol se débrouille plutôt bien et finit 2ème, avec une seule défaite. Ils surprennent aussi en finissant deuxième meilleure défense parmi les qualifiés, avec 3 buts encaissés. Les Andalous abordent donc le match face à Naples comme le plus important de leur histoire jusqu'ici. Une double confrontation qui tournera donc en faveur des coéquipiers de German Sanchez, le capitaine de 34 ans. Car l'effectif de Grenade est mélange de toutes les générations, atteignant une moyenne d'âge de plus ou moins 26 ans. La connexion avec le club de Watford, leur permet d'obtenir le prêt ou l'achat de plusieurs joueurs de qualité. D'autres grands clubs n'hésitent pas à envoyer de jeunes talents en Andalousie pour qu'ils puissent y faire leurs gammes. C'est le cas du Real Madrid avec Vallejo, de Chelsea avec Kenedy, de l'Atletico avec Perez ou encore de Manchester City avec Herrera. Ce club forme donc un beau melting pot qui a rendez-vous avec son histoire, ce soir. L'occasion d'écrire de nouvelles pages d'un livre qui en demande tant. Vincent Attardo (st.)