La première période a été relativement calme. Après un arrêt d'Evrard sur une frappe de Girelli (2e), les Red Flames se sont montrées offensives, mais elles n'ont pas réussi à convertir les opportunités offertes par les approximations de la défense italienne. Parmi celles-ci, un centre de Wullaert en direction de Dhont à la suite d'une action initiée par Eurlings, mais l'attaquante n'a pas réussi à reprendre le ballon avec suffisamment de puissance (8e).

La fin de mi-temps a tourné à l'avantage de la Squadra Azzura, mais les tentatives italiennes sont restées trop lointaines et timides pour qu'Evrard ne doive s'employer.

Au retour des vestiaires, De Caigny a libéré les Red Flames en ouvrant le score (0-1, 49e). La milieu de terrain a hérité d'un ballon dans la surface après une phase négociée avec approximation par la défense italienne. Elle a décoché une frappe sèche du pied droit qui a fini sa course au fond des filets italiens.

Ce but a semblé donner un second souffle aux Italiennes, qui ont directement adopté un rythme bien plus soutenu. Evrard a dû compter sur sa transversale pour sauver une frappe lumineuse de Girelli (52e). La présence italienne de plus en plus insistante dans la moitié de terrain des Flames s'est convertie en occasions, dont une percée de Giacinti qui a abouti à une tentative croisée déviée in extremis au-delà du poteau (78e). Dans les dernières minutes, au milieu des assauts italiens, Wullaert a bien failli doubler la mise mais le poteau a préservé le suspense (90e) jusqu'au coup de sifflet final.

L'Islande a bien failli gâcher la fête, mais l'égalisation tardive face à la France (1-1) n'a pas suffi à accrocher la deuxième place du groupe. Derrière la France (7 points), les Red Flames s'offrent la 2e place qualificative pour les quarts de finale après avoir pris 4 points sur 9. L'Islande suit, avec 3 points, devant l'Italie qui n'en compte que 1.

La première période a été relativement calme. Après un arrêt d'Evrard sur une frappe de Girelli (2e), les Red Flames se sont montrées offensives, mais elles n'ont pas réussi à convertir les opportunités offertes par les approximations de la défense italienne. Parmi celles-ci, un centre de Wullaert en direction de Dhont à la suite d'une action initiée par Eurlings, mais l'attaquante n'a pas réussi à reprendre le ballon avec suffisamment de puissance (8e). La fin de mi-temps a tourné à l'avantage de la Squadra Azzura, mais les tentatives italiennes sont restées trop lointaines et timides pour qu'Evrard ne doive s'employer. Au retour des vestiaires, De Caigny a libéré les Red Flames en ouvrant le score (0-1, 49e). La milieu de terrain a hérité d'un ballon dans la surface après une phase négociée avec approximation par la défense italienne. Elle a décoché une frappe sèche du pied droit qui a fini sa course au fond des filets italiens. Ce but a semblé donner un second souffle aux Italiennes, qui ont directement adopté un rythme bien plus soutenu. Evrard a dû compter sur sa transversale pour sauver une frappe lumineuse de Girelli (52e). La présence italienne de plus en plus insistante dans la moitié de terrain des Flames s'est convertie en occasions, dont une percée de Giacinti qui a abouti à une tentative croisée déviée in extremis au-delà du poteau (78e). Dans les dernières minutes, au milieu des assauts italiens, Wullaert a bien failli doubler la mise mais le poteau a préservé le suspense (90e) jusqu'au coup de sifflet final. L'Islande a bien failli gâcher la fête, mais l'égalisation tardive face à la France (1-1) n'a pas suffi à accrocher la deuxième place du groupe. Derrière la France (7 points), les Red Flames s'offrent la 2e place qualificative pour les quarts de finale après avoir pris 4 points sur 9. L'Islande suit, avec 3 points, devant l'Italie qui n'en compte que 1.