Roberto Mancini, le sélectionneur de l'Italie, n'a pas voulu tomber dans l'euphorie après la qualification de la Squadra Azzura pour la finale de l'Euro 2020 mardi à Londres après sa victoire aux tirs aux buts contre l'Espagne.

null, iStock
null © iStock

"Ce sont les tirs au but... Cela a été un match très dur. L'Espagne est une très grande équipe, qui a très bien joué", a analysé Mancini au micro de la RAI. "On a fait un bon match, pas tout à fait comme d'habitude. On savait qu'on souffrirait dans un tel match. Ils nous ont mis en difficulté. Ce sont des maitres dans la maitrise du ballon."

Développant un football séduisant depuis le début du tournoi, l'Italie a cette fois laissé l'initiative à l'Espagne avec seulement 35% de possession de balle sur la rencontre. "Les équipes de foot attaquent et défendent. Cela n'existe pas les équipes qui ne font qu'attaquer", a ajouté Mancini. "On a eu les occasions pour marquer d'autres buts. C'était ouvert entre deux belles équipes. Toutes les équipes doivent défendre, pas seulement les équipes italiennes." Absente du Mondial 2018, l'Italie a pris une belle revanche en se qualifiant pour la finale de l'Euro, la quatrième de son histoire après 1968, 2000 et 2012. "Le mérite, c'est d'abord celui des joueurs qui y ont cru depuis trois ans, mais ce n'est pas fini, on doit récupérer les forces abandonnées ce soir", a conclu Mancini.

BUSQUETS DONNE RENDEZ-VOUS DANS LES PROCHAINS TOURNOIS

Sergio Busquets, le capitaine espagnol, était logiquement déçu après l'élimination de l'Espagne en demi-finale de l'Euro contre l'Italie aux tirs aux buts. Malgré la déception, le joueur du FC Barcelone veut retenir le positif. "Dans les prochains tournois, nous reviendrons et nous nous battrons pour ce que nous méritons : des titres", a réagi Busquets après la rencontre au journal AS.

Menée au score en seconde période, la Roja a trouvé les ressources pour égaliser via Morata à dix minutes du terme. L'Espagne n'a ensuite pas su concrétiser sa domination et a dû s'incliner aux tirs aux buts. "On était meilleurs, notre jeu était meilleur, on ne méritait pas d'être menés. Je suis très fier pour tous mes coéquipiers, pour le groupe, pour le tournoi que nous avons fait", a souligné le capitaine espagnol.

"Il est clair que l'Italie était le favori, mais nous avons été meilleurs qu'eux. Nous avons dominé avec notre jeu avec le ballon. Ils ont bien joué aussi, mais dans l'ensemble nous étions supérieurs. Le football est ainsi fait, alors tout ce que nous pouvons faire est de les féliciter et de passer à autre chose." Après un début poussif et deux nuls en deux rencontres, l'équipe de Luis Enrique est montée en puissance au fil des matches pour échouer aux portes de la finale.

null, iStock
null © iStock

BUSQUETS N'A PAS ENCORE DÉCIDÉ DE SON AVENIR

"Nous avons beaucoup de choses à dire, nous avons beaucoup de jeunes joueurs. Cela va nous permettre d'acquérir de l'expérience. Dans les prochains tournois, nous reviendrons et nous nous battrons pour ce que nous méritons : des titres." À 32 ans, le joueur du FC Barcelone a peut-être disputé son dernier grand tournoi avec l'Espagne. "Ce n'est pas le moment de penser à moi, je ne sais pas. C'est le moment d'être triste et fier en même temps", a ajouté Busquets. "L'important, c'est l'objectif et l'avenir, que je sois là ou pas. C'est une expérience importante pour la Coupe du monde. Il y a un grand groupe et un grand staff. Nous devons regarder l'ensemble et être fiers de cette équipe nationale."

Roberto Mancini, le sélectionneur de l'Italie, n'a pas voulu tomber dans l'euphorie après la qualification de la Squadra Azzura pour la finale de l'Euro 2020 mardi à Londres après sa victoire aux tirs aux buts contre l'Espagne."Ce sont les tirs au but... Cela a été un match très dur. L'Espagne est une très grande équipe, qui a très bien joué", a analysé Mancini au micro de la RAI. "On a fait un bon match, pas tout à fait comme d'habitude. On savait qu'on souffrirait dans un tel match. Ils nous ont mis en difficulté. Ce sont des maitres dans la maitrise du ballon." Développant un football séduisant depuis le début du tournoi, l'Italie a cette fois laissé l'initiative à l'Espagne avec seulement 35% de possession de balle sur la rencontre. "Les équipes de foot attaquent et défendent. Cela n'existe pas les équipes qui ne font qu'attaquer", a ajouté Mancini. "On a eu les occasions pour marquer d'autres buts. C'était ouvert entre deux belles équipes. Toutes les équipes doivent défendre, pas seulement les équipes italiennes." Absente du Mondial 2018, l'Italie a pris une belle revanche en se qualifiant pour la finale de l'Euro, la quatrième de son histoire après 1968, 2000 et 2012. "Le mérite, c'est d'abord celui des joueurs qui y ont cru depuis trois ans, mais ce n'est pas fini, on doit récupérer les forces abandonnées ce soir", a conclu Mancini.BUSQUETS DONNE RENDEZ-VOUS DANS LES PROCHAINS TOURNOISSergio Busquets, le capitaine espagnol, était logiquement déçu après l'élimination de l'Espagne en demi-finale de l'Euro contre l'Italie aux tirs aux buts. Malgré la déception, le joueur du FC Barcelone veut retenir le positif. "Dans les prochains tournois, nous reviendrons et nous nous battrons pour ce que nous méritons : des titres", a réagi Busquets après la rencontre au journal AS. Menée au score en seconde période, la Roja a trouvé les ressources pour égaliser via Morata à dix minutes du terme. L'Espagne n'a ensuite pas su concrétiser sa domination et a dû s'incliner aux tirs aux buts. "On était meilleurs, notre jeu était meilleur, on ne méritait pas d'être menés. Je suis très fier pour tous mes coéquipiers, pour le groupe, pour le tournoi que nous avons fait", a souligné le capitaine espagnol. "Il est clair que l'Italie était le favori, mais nous avons été meilleurs qu'eux. Nous avons dominé avec notre jeu avec le ballon. Ils ont bien joué aussi, mais dans l'ensemble nous étions supérieurs. Le football est ainsi fait, alors tout ce que nous pouvons faire est de les féliciter et de passer à autre chose." Après un début poussif et deux nuls en deux rencontres, l'équipe de Luis Enrique est montée en puissance au fil des matches pour échouer aux portes de la finale. BUSQUETS N'A PAS ENCORE DÉCIDÉ DE SON AVENIR"Nous avons beaucoup de choses à dire, nous avons beaucoup de jeunes joueurs. Cela va nous permettre d'acquérir de l'expérience. Dans les prochains tournois, nous reviendrons et nous nous battrons pour ce que nous méritons : des titres." À 32 ans, le joueur du FC Barcelone a peut-être disputé son dernier grand tournoi avec l'Espagne. "Ce n'est pas le moment de penser à moi, je ne sais pas. C'est le moment d'être triste et fier en même temps", a ajouté Busquets. "L'important, c'est l'objectif et l'avenir, que je sois là ou pas. C'est une expérience importante pour la Coupe du monde. Il y a un grand groupe et un grand staff. Nous devons regarder l'ensemble et être fiers de cette équipe nationale."