"Il venait d'avoir dix-huit ans. Il était beau comme un enfant. Fort comme un homme" chantait la regrettée Dalida. Des paroles qui pourraient seoir au parcours de Pedro Gonzalez Lopez, dit Pedri. La jeune pépite espagnole de 18 ans a enchanté Wembley ce mardi soir même si la justesse de son "passing" n'a pas permis à la Roja d'atteindre le stade ultime de la compétition.

S'il s'est révélé cette saison dans l'entrejeu du Barça, Pedri n'est pourtant pas un produit de la Masia mais le fruit d'un bon travail de la cellule de recrutement. Originaire de Ténérife, c'est dans son village natal de Tegueste qu'il tape ses premiers ballons à l'ombre du Teide. Il passe ensuite par la Juventud Laguna avant de partir sur l'île voisine pour rejoindre l'Union Déportiva Las Palmas, le plus grand club de l'archipel.

Pedri sous le maillot de Las Palmas lors d'un match de D2 espagnole contre Extramadura, iStock
Pedri sous le maillot de Las Palmas lors d'un match de D2 espagnole contre Extramadura © iStock

UN OISILLON ENCHANTE LES CANARIES

Vice-champion d'Espagne en 1969, Las Palmas figurait parmi les 20 équipes de Liga jusqu'à la fin de la saison 2018 avant d'être rétrogradé à l'échelon inférieur. C'est d'ailleurs lors de l'exercice suivant que Pedri débarque au sein de l'équipe espoirs des Pio-pio. Juste avant de signer là-bas, le milieu de terrain avait passé des tests au Real Madrid: ils se sont révélés infructueux...

A 16 ans, 9 mois et 25 jours, Pedri entre déjà dans l'histoire du club de Gran Canaria en devenant son plus jeune buteur lors d'un match contre Gijon. La performance n'échappe pas aux recruteurs du Barça qui n'hésitent pas à offrir directement 5 millions d'euros pour acquérir ses services l'été suivant. Un recrutement hâtif qui allait s'assimiler à un coup dans le mille.

Malgré la perspective de ce transfert de prestige et son jeune âge, Pedri confirme ses bonnes dispositions en bénéficiant de la confiance de ses coaches Manolo Jimenez, Paco Herrera et Pep Mel qui le considèrent comme un titulaire indiscutable. Pour sa première saison chez les grands, l'adolescent dispute 37 matches, marque 4 goals et délivre 7 passes décisives. Une feuille de statistiques qui ferait pâlir d'envie n'importe quel vieux briscard.

Durant la préparation estival de 2020, Pedri est invité à s'entrainer avec lesBlaugranas, mais le club pense à le prêter pour le laisser s'aguerrir dans un contexte plus calme que celui d'un Barça qui reste sur une saison compliquée.

Comme Griezmann, Pedri s'est invité à la table de Lionel Messi, iStock
Comme Griezmann, Pedri s'est invité à la table de Lionel Messi © iStock

KOEMAN DIRECTEMENT CONQUIS

Mais Ronald Koeman est rapidement impressionné par les qualités balle au pied de ce jeune homme qui va à peine sur ses 18 printemps. Il l'incorpore dans le noyau A et le lance dans la bataille en Liga le 27 septembre 2020 contre Villareal. Le Canarien ne tarde pas à gagner ses galons de titulaire et inscrit son premier but blaugrana sur la scène continentale à l'occasion d'un match de poule de C1 contre les Hongrois de Ferencvaros. Lors de ce duel, il n'est d'ailleurs pas le seul gamin à marquer puisqu'Ansu Fati, lui aussi âgé de 17 ans, trouve aussi le chemin des filets. Barcelone devient ainsi le premier club de l'histoire de la Ligue des Champions à voir deux gamins de moins de 18 ans inscrire un goal dans la même rencontre.

Titulaire lors des Clasicos, Pedri sera le joueur de l'équipe première à disputer le plus de matches au terme de la saison. Ni Messi, ni de Jong, ni personne ne feront mieux. En plus d'être brillant dans l'art de la passe (87,7% de taux de réussite sur l'ensemble de la saison) et d'être décisif en termes d'assists (3) et de buts (3), le jeune homme semble aussi avoir le coffre physique nécessaire pour enchainer les matches. Une caractéristique qui n'échappe pas à Luis Enrique qui le fait sauter de la catégorie espoirs à l'équipe première espagnole en le convoquant en mars 2021 pour des matches de qualification pour le Mondial 2022.

"C'est mon ballon", iStock
"C'est mon ballon" © iStock

3 MATCHES POUR GAGNER SON BILLET POUR L'EURO

Il monte au jeu lors du premier duel contre la Géorgie et fait partie du onze de base pour le second contre les Grecs. Et comme Pedri est décidément précoce, c'est lors de la troisième rencontre qu'il se montre décisif en offrant un but à Ferran Torres contre le Kosovo. Le natif de Ténérife a bousculé la hiérarchie médiane de la Roja et Luis Enrique a trouvé son facteur X, ce jeune diamant capable de casser les lignes pour son premier grand tournoi international. A 18 ans et six mois, Pedri est déjà fort comme un homme en devenant le plus jeune joueur espagnol à participer à un championnat d'Europe.

Du côté de Thiago Alcantara, c'est la soupe à la grimace. Brillant au Bayern lors du titre européen des Bavarois mais beaucoup plus quelconque depuis son passage à Liverpool, le pur produit de la Masia est désormais devancé dans le coeur de son sélectionneur par le gamin des Canaries.

LA PLUS GRANDE DIS' DE LA DEMI-FINALE

Pedri a disputé les six rencontres de l'Espagne pendant cet Euro, totalisant 629 minutes de jeu. Plus précis encore que pendant sa saison au Barça avec 91% de passes réussies, la pépite espagnole parvient même à délivrer correctement 100% de ses passes pendant les premières 90 minutes de la demi-finale contre l'Italie. Lors des prolongations, Pedri en rate bien deux avec la fatigue mais la comparaison fait mal avec la copie rendue par son aîné Alcantara, monté en cours de partie. Avec cinq passes ratées sur 14 tentatives, Thiago n'a pas vraiment fait jouer la Roja sur du velours.

Car en plus de ses qualités balle au pied, Pedri s'avère aussi habile à la récupération. Le jeune homme a en effet gagné 25 de ses duels pendant la compétition, récupéré 25 ballons et obtenu 13 fautes.

Mais outre la précision de ses passes, c'est aussi l'usage du ballon de Pedri qui marque qui a marqué les observateurs ce mardi soir. Le gamin joue dès que possible vers l'avant et fait montre d'une extrême précision dans le dernier tiers du terrain. Lors de cet Euro, personne ne fait mieux que lui en la matière. Sur 200 tentatives dans cette zone du pré, 177 de ses passes ont trouvé sont arrivées à destination. Au total, Pedri a amené 11 possibilités d'occasion dont trois jugées très importantes. Une statistique bluffante, même si elle est favorisée par la maîtrise totale en terme de possession de balle de la sélection espagnole.

A 18 ans, Pedri vient donc d'écrire le premier chapitre international de son histoire. Il n'a certes pas réussi à ramener le trophée en Espagne comme Kylian Mbappé avec l'équipe de France au mondial, mais il aura tout autant marqué les esprits en étant moins spectaculaire et clinquant que l'attaquant du PSG. Par sa justesse technique et sa vista, Pedri incarne pour encore de nombreuses années ce football espagnol qui ne vit que pour l'amour du ballon et du jeu. On ne parlera pas encore de nouveau Xavi ou d'Iniesta pour éviter de le brûler. Pedro Gonzalez Lopez a encore le temps pour rédiger la suite de son histoire, les meilleurs livres se finissant souvent avec un meilleur épilogue que le prologue.

"Il venait d'avoir dix-huit ans. Il était beau comme un enfant. Fort comme un homme" chantait la regrettée Dalida. Des paroles qui pourraient seoir au parcours de Pedro Gonzalez Lopez, dit Pedri. La jeune pépite espagnole de 18 ans a enchanté Wembley ce mardi soir même si la justesse de son "passing" n'a pas permis à la Roja d'atteindre le stade ultime de la compétition.S'il s'est révélé cette saison dans l'entrejeu du Barça, Pedri n'est pourtant pas un produit de la Masia mais le fruit d'un bon travail de la cellule de recrutement. Originaire de Ténérife, c'est dans son village natal de Tegueste qu'il tape ses premiers ballons à l'ombre du Teide. Il passe ensuite par la Juventud Laguna avant de partir sur l'île voisine pour rejoindre l'Union Déportiva Las Palmas, le plus grand club de l'archipel.UN OISILLON ENCHANTE LES CANARIESVice-champion d'Espagne en 1969, Las Palmas figurait parmi les 20 équipes de Liga jusqu'à la fin de la saison 2018 avant d'être rétrogradé à l'échelon inférieur. C'est d'ailleurs lors de l'exercice suivant que Pedri débarque au sein de l'équipe espoirs des Pio-pio. Juste avant de signer là-bas, le milieu de terrain avait passé des tests au Real Madrid: ils se sont révélés infructueux...A 16 ans, 9 mois et 25 jours, Pedri entre déjà dans l'histoire du club de Gran Canaria en devenant son plus jeune buteur lors d'un match contre Gijon. La performance n'échappe pas aux recruteurs du Barça qui n'hésitent pas à offrir directement 5 millions d'euros pour acquérir ses services l'été suivant. Un recrutement hâtif qui allait s'assimiler à un coup dans le mille. Malgré la perspective de ce transfert de prestige et son jeune âge, Pedri confirme ses bonnes dispositions en bénéficiant de la confiance de ses coaches Manolo Jimenez, Paco Herrera et Pep Mel qui le considèrent comme un titulaire indiscutable. Pour sa première saison chez les grands, l'adolescent dispute 37 matches, marque 4 goals et délivre 7 passes décisives. Une feuille de statistiques qui ferait pâlir d'envie n'importe quel vieux briscard.Durant la préparation estival de 2020, Pedri est invité à s'entrainer avec lesBlaugranas, mais le club pense à le prêter pour le laisser s'aguerrir dans un contexte plus calme que celui d'un Barça qui reste sur une saison compliquée.KOEMAN DIRECTEMENT CONQUISMais Ronald Koeman est rapidement impressionné par les qualités balle au pied de ce jeune homme qui va à peine sur ses 18 printemps. Il l'incorpore dans le noyau A et le lance dans la bataille en Liga le 27 septembre 2020 contre Villareal. Le Canarien ne tarde pas à gagner ses galons de titulaire et inscrit son premier but blaugrana sur la scène continentale à l'occasion d'un match de poule de C1 contre les Hongrois de Ferencvaros. Lors de ce duel, il n'est d'ailleurs pas le seul gamin à marquer puisqu'Ansu Fati, lui aussi âgé de 17 ans, trouve aussi le chemin des filets. Barcelone devient ainsi le premier club de l'histoire de la Ligue des Champions à voir deux gamins de moins de 18 ans inscrire un goal dans la même rencontre. Titulaire lors des Clasicos, Pedri sera le joueur de l'équipe première à disputer le plus de matches au terme de la saison. Ni Messi, ni de Jong, ni personne ne feront mieux. En plus d'être brillant dans l'art de la passe (87,7% de taux de réussite sur l'ensemble de la saison) et d'être décisif en termes d'assists (3) et de buts (3), le jeune homme semble aussi avoir le coffre physique nécessaire pour enchainer les matches. Une caractéristique qui n'échappe pas à Luis Enrique qui le fait sauter de la catégorie espoirs à l'équipe première espagnole en le convoquant en mars 2021 pour des matches de qualification pour le Mondial 2022.3 MATCHES POUR GAGNER SON BILLET POUR L'EUROIl monte au jeu lors du premier duel contre la Géorgie et fait partie du onze de base pour le second contre les Grecs. Et comme Pedri est décidément précoce, c'est lors de la troisième rencontre qu'il se montre décisif en offrant un but à Ferran Torres contre le Kosovo. Le natif de Ténérife a bousculé la hiérarchie médiane de la Roja et Luis Enrique a trouvé son facteur X, ce jeune diamant capable de casser les lignes pour son premier grand tournoi international. A 18 ans et six mois, Pedri est déjà fort comme un homme en devenant le plus jeune joueur espagnol à participer à un championnat d'Europe.Du côté de Thiago Alcantara, c'est la soupe à la grimace. Brillant au Bayern lors du titre européen des Bavarois mais beaucoup plus quelconque depuis son passage à Liverpool, le pur produit de la Masia est désormais devancé dans le coeur de son sélectionneur par le gamin des Canaries.LA PLUS GRANDE DIS' DE LA DEMI-FINALEPedri a disputé les six rencontres de l'Espagne pendant cet Euro, totalisant 629 minutes de jeu. Plus précis encore que pendant sa saison au Barça avec 91% de passes réussies, la pépite espagnole parvient même à délivrer correctement 100% de ses passes pendant les premières 90 minutes de la demi-finale contre l'Italie. Lors des prolongations, Pedri en rate bien deux avec la fatigue mais la comparaison fait mal avec la copie rendue par son aîné Alcantara, monté en cours de partie. Avec cinq passes ratées sur 14 tentatives, Thiago n'a pas vraiment fait jouer la Roja sur du velours.Car en plus de ses qualités balle au pied, Pedri s'avère aussi habile à la récupération. Le jeune homme a en effet gagné 25 de ses duels pendant la compétition, récupéré 25 ballons et obtenu 13 fautes. Mais outre la précision de ses passes, c'est aussi l'usage du ballon de Pedri qui marque qui a marqué les observateurs ce mardi soir. Le gamin joue dès que possible vers l'avant et fait montre d'une extrême précision dans le dernier tiers du terrain. Lors de cet Euro, personne ne fait mieux que lui en la matière. Sur 200 tentatives dans cette zone du pré, 177 de ses passes ont trouvé sont arrivées à destination. Au total, Pedri a amené 11 possibilités d'occasion dont trois jugées très importantes. Une statistique bluffante, même si elle est favorisée par la maîtrise totale en terme de possession de balle de la sélection espagnole.A 18 ans, Pedri vient donc d'écrire le premier chapitre international de son histoire. Il n'a certes pas réussi à ramener le trophée en Espagne comme Kylian Mbappé avec l'équipe de France au mondial, mais il aura tout autant marqué les esprits en étant moins spectaculaire et clinquant que l'attaquant du PSG. Par sa justesse technique et sa vista, Pedri incarne pour encore de nombreuses années ce football espagnol qui ne vit que pour l'amour du ballon et du jeu. On ne parlera pas encore de nouveau Xavi ou d'Iniesta pour éviter de le brûler. Pedro Gonzalez Lopez a encore le temps pour rédiger la suite de son histoire, les meilleurs livres se finissant souvent avec un meilleur épilogue que le prologue.