Dans le groupe A, beaucoup s'attendaient à une qualification de la Pologne, pays organisateur, et de la Russie, favorite du quatuor, pour les quarts de finale. Contre toute attente, ce sont toutefois les Tchèques, montés en puissance au fil des matches, et la Grèce, au prix d'un football hyper-réaliste, qui ont passé le tour. Tout porte à penser, toutefois, que leur aventure s'arrêtera là. Car, en quarts, l'Allemagne, souveraine jusqu'ici, devrait faire sauter logiquement le verrou grec, tandis que le Portugal devrait prendre le meilleur sur les Tchèques.

Dans le groupe B, qualifié de groupe de la mort, c'est évidemment l'élimination des Pays-Bas qui fait débat. Finalistes de la Coupe du Monde 2010 et intouchables lors des qualifications, les Néerlandais ont touché le fond en ne grappillant pas le moindre point en trois matches. Un zéro sur toute la ligne qui devrait coûter la tête du sélectionneur, Bert Van Marwijk. Son homologue batave Dick Advocaat, malgré l'élimination précoce des Russes, ne subira pas le même sort. Prévoyant comme toujours (les Diables Rouges en savent quelque chose), Dickie avait pris ses précautions en pleine campagne qualificative pour l'Euro 2012 en paraphant un contrat au PSV Eindhoven !

Ce lundi soir et demain, on connaîtra les derniers quarts de finaliste. Dans le groupe C, l'Italie, avec ses 2 points, doit absolument battre l'Irlande (0 au compteur et d'ores et déjà éliminée) et espérer que l'Espagne et la Croatie (nantis de 4 unités chacun) jouent franchement le jeu si elle veut encore s'inscrire dans la durée en Pologne et en Ukraine.

Enfin, dans le groupe D, la France (4 points) partira favorite devant la Suède (0 et évincée de l'épreuve elle aussi). Quant à l'Ukraine, pays organisateur conjointement avec la Pologne, elle jouera sa survie dans son dernier match contre l'Angleterre. Suspense garanti !

Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Dans le groupe A, beaucoup s'attendaient à une qualification de la Pologne, pays organisateur, et de la Russie, favorite du quatuor, pour les quarts de finale. Contre toute attente, ce sont toutefois les Tchèques, montés en puissance au fil des matches, et la Grèce, au prix d'un football hyper-réaliste, qui ont passé le tour. Tout porte à penser, toutefois, que leur aventure s'arrêtera là. Car, en quarts, l'Allemagne, souveraine jusqu'ici, devrait faire sauter logiquement le verrou grec, tandis que le Portugal devrait prendre le meilleur sur les Tchèques. Dans le groupe B, qualifié de groupe de la mort, c'est évidemment l'élimination des Pays-Bas qui fait débat. Finalistes de la Coupe du Monde 2010 et intouchables lors des qualifications, les Néerlandais ont touché le fond en ne grappillant pas le moindre point en trois matches. Un zéro sur toute la ligne qui devrait coûter la tête du sélectionneur, Bert Van Marwijk. Son homologue batave Dick Advocaat, malgré l'élimination précoce des Russes, ne subira pas le même sort. Prévoyant comme toujours (les Diables Rouges en savent quelque chose), Dickie avait pris ses précautions en pleine campagne qualificative pour l'Euro 2012 en paraphant un contrat au PSV Eindhoven ! Ce lundi soir et demain, on connaîtra les derniers quarts de finaliste. Dans le groupe C, l'Italie, avec ses 2 points, doit absolument battre l'Irlande (0 au compteur et d'ores et déjà éliminée) et espérer que l'Espagne et la Croatie (nantis de 4 unités chacun) jouent franchement le jeu si elle veut encore s'inscrire dans la durée en Pologne et en Ukraine. Enfin, dans le groupe D, la France (4 points) partira favorite devant la Suède (0 et évincée de l'épreuve elle aussi). Quant à l'Ukraine, pays organisateur conjointement avec la Pologne, elle jouera sa survie dans son dernier match contre l'Angleterre. Suspense garanti ! Bruno Govers, Sport/Foot Magazine