Il était promis bien des tourments à des Anglais qui avaient connu un changement de sélectionneur imprévu (Capello remplacé par Hodgson) et se présentaient particulièrement diminués (forfaits de Lampard, Barry, Cahill). Sans oublier la suspension de Rooney, qui a regardé le match en tribunes en trépignant d'impatience et en souffrant à la vue du match.

En l'absence de son buteur vedette, le sélectionneur Roy Hodgson a créé une petite surprise en titularisant Oxlade-Chamberlain pour la 2e fois consécutive. Il s'agit seulement de la 3e sélection du jeune joueur d'Arsenal, 18 ans, qui a occupé le côté gauche du milieu de terrain.

A la demi-heure de jeu, c'est sur un coup franc parfait du capitaine de l'équipe aux "Trois Lions", Gerrard, que Lescott a profité du mauvais marquage du milieu de terrain français Diarra pour reprendre de la tête le ballon et tromper le gardien Lloris (1-0, 30e).

Réveil de Nasri Il a fallu ce but pour que l'équipe de France se réveille et égalise par un partenaire de Lescott à Manchester City, Nasri (1-1, 39e). Décidément, les phases finales se suivent et se ressemblent pour les Bleus qui n'ont plus remporté de première rencontre dans une compétition internationale depuis 2004 et un succès contre... les Anglais sur un doublé de Zinédine Zidane dans les arrêts de jeu (2-1).

La série d'invincibilité de l'équipe de France est portée à 22 matches mais ce chiffre ne consolera pas Laurent Blanc même si ses Bleus ont globalement maîtrisé les débats, une fois réveillés par le coup de boule de Lescott.

L'équipe de France a eu bien du mal à imposer son jeu, sous les 30 degrés de ce début de soirée, n'étant jamais à l'abri d'un contre impulsé par les deux véloces attaquants anglais, Young et Welbeck, aidés par la surprise Chamberlain.

Vainqueur de son plus vieil ennemi en amical dans son antre de Wembley, en novembre 2010 (1-2), l'équipe de France plutôt jeune et inexpérimentée a ainsi pu mesurer l'écart entre une rencontre de gala et une phase finale. Pour les Anglais, il ne reste plus qu'un match à jouer avant le retour de Rooney.

Laurent Blanc: "Nous devons être contents. Nous avons joué trop tendus. Paradoxalement, il a fallu concéder un but pour prendre l'initiative. Ce 1-1 est OK. Un match d'ouverture est difficile. Je peux vivre avec ça. En fin de compte, un partage est correct pour les deux équipes."

Roy Hodgson: "Je pense que nous avons bien joué contre une équipe difficile. Notre discipline nous a permis d'obtenir le nul 1-1, et nous pouvons en être heureux. Mais nous sommes aussi déçus d'avoir concédé le but du nul, non pas parce que nous les dominons vraiment, mais parce que nous avons eu des occasions. Je pense qu'il (Oxlade-Chamberlain) a bien joué et doit être content de sa performance. La France est une bonne équipe, 21 matches sans défaite (22 en fait), c'est un vrai prétendant au titre. Je suis content des jeunes qui ne sont pas loin de ce que je leur demande. Ils devraient être fiers de leurs performances. Cependant, nous devrons nous améliorer dans le dernier geste."

Avec Belga.

Il était promis bien des tourments à des Anglais qui avaient connu un changement de sélectionneur imprévu (Capello remplacé par Hodgson) et se présentaient particulièrement diminués (forfaits de Lampard, Barry, Cahill). Sans oublier la suspension de Rooney, qui a regardé le match en tribunes en trépignant d'impatience et en souffrant à la vue du match. En l'absence de son buteur vedette, le sélectionneur Roy Hodgson a créé une petite surprise en titularisant Oxlade-Chamberlain pour la 2e fois consécutive. Il s'agit seulement de la 3e sélection du jeune joueur d'Arsenal, 18 ans, qui a occupé le côté gauche du milieu de terrain. A la demi-heure de jeu, c'est sur un coup franc parfait du capitaine de l'équipe aux "Trois Lions", Gerrard, que Lescott a profité du mauvais marquage du milieu de terrain français Diarra pour reprendre de la tête le ballon et tromper le gardien Lloris (1-0, 30e). Réveil de Nasri Il a fallu ce but pour que l'équipe de France se réveille et égalise par un partenaire de Lescott à Manchester City, Nasri (1-1, 39e). Décidément, les phases finales se suivent et se ressemblent pour les Bleus qui n'ont plus remporté de première rencontre dans une compétition internationale depuis 2004 et un succès contre... les Anglais sur un doublé de Zinédine Zidane dans les arrêts de jeu (2-1). La série d'invincibilité de l'équipe de France est portée à 22 matches mais ce chiffre ne consolera pas Laurent Blanc même si ses Bleus ont globalement maîtrisé les débats, une fois réveillés par le coup de boule de Lescott. L'équipe de France a eu bien du mal à imposer son jeu, sous les 30 degrés de ce début de soirée, n'étant jamais à l'abri d'un contre impulsé par les deux véloces attaquants anglais, Young et Welbeck, aidés par la surprise Chamberlain. Vainqueur de son plus vieil ennemi en amical dans son antre de Wembley, en novembre 2010 (1-2), l'équipe de France plutôt jeune et inexpérimentée a ainsi pu mesurer l'écart entre une rencontre de gala et une phase finale. Pour les Anglais, il ne reste plus qu'un match à jouer avant le retour de Rooney. Laurent Blanc: "Nous devons être contents. Nous avons joué trop tendus. Paradoxalement, il a fallu concéder un but pour prendre l'initiative. Ce 1-1 est OK. Un match d'ouverture est difficile. Je peux vivre avec ça. En fin de compte, un partage est correct pour les deux équipes." Roy Hodgson: "Je pense que nous avons bien joué contre une équipe difficile. Notre discipline nous a permis d'obtenir le nul 1-1, et nous pouvons en être heureux. Mais nous sommes aussi déçus d'avoir concédé le but du nul, non pas parce que nous les dominons vraiment, mais parce que nous avons eu des occasions. Je pense qu'il (Oxlade-Chamberlain) a bien joué et doit être content de sa performance. La France est une bonne équipe, 21 matches sans défaite (22 en fait), c'est un vrai prétendant au titre. Je suis content des jeunes qui ne sont pas loin de ce que je leur demande. Ils devraient être fiers de leurs performances. Cependant, nous devrons nous améliorer dans le dernier geste." Avec Belga.