Pour ce quart de finale, le sélectionneur allemand Joachim Löw avait changé radicalement son attaque en titularisant Miroslav Klose en pointe, à la place de Mario Gomez, auteur pourtant de trois buts lors du premier tour. Et pour le soutenir, Löw avait choisi de lancer André Schürrle et Marco Reus sur les côtés, au lieu des habituels titulaires Müller et de Podolski.

Le pari a été plus que gagnant. Puisque les Allemands ont inscrit 4 buts, dont trois en seconde période après l'égalisation grecque. Lahm (39e), Khedira (61) Klose (68) et Reus (74e) ont été les buteurs du soir.

Pour les amoureux de chiffres, avec 64 buts, l'Allemagne est le pays qui a marqué le plus de buts dans l'histoire de l'Euro.

A leur manière, les Grecs ont aussi participé à la fête offensive puisque leurs 2 buts ont permis de sceller le score à 4 à 2, le plus prolifique du tournoi.

Le fil de la rencontre

Les occasions - manquées - se succédèrent pour l'Allemagne après un but annulé de Klose dès la 4-ème minute. Elle s'offrit le luxe de les galvauder, en particulier Özil, esseulé face au gardien par l'omniprésent Reus à la 23-ème, dont l'envoi manqua de violence pour faire mouche. Ninis mit également Neuer à contribution à la 32-ème. Le tir ne semblait toutefois pas cadré. Il fallut finalement une frappe atomique de l'arrière Lahm pour enfin débloquer le marquoir à la 39-ème. Angela Merkel jubilait.

L'Allemagne continua à dominer à la reprise, mais perdit quelques ballons. Elle s'en repentit à la 55-ème, quand Salpingidis s'enfonça sur le flanc droit et offrit l'égalisation à Samaras, plus rapide que Boateng : 1-1.

Le bonheur grec ne dura que 6 minutes. Khedira expédia en effet le ballon juste en-dessous de la latte sur un centre de Boateng à la 61-ème. Klose justifia ensuite pleinement sa sélection en marquant de la tête sur un coup-franc d'Özil(3-1, 68-ème). Puis Reus signa magistralement le numéro 4 (74-ème), avant un penalty qui permit à Salpingidis de sauver une 2-ème fois l'honneur (4-2, 89-ème).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Pour ce quart de finale, le sélectionneur allemand Joachim Löw avait changé radicalement son attaque en titularisant Miroslav Klose en pointe, à la place de Mario Gomez, auteur pourtant de trois buts lors du premier tour. Et pour le soutenir, Löw avait choisi de lancer André Schürrle et Marco Reus sur les côtés, au lieu des habituels titulaires Müller et de Podolski. Le pari a été plus que gagnant. Puisque les Allemands ont inscrit 4 buts, dont trois en seconde période après l'égalisation grecque. Lahm (39e), Khedira (61) Klose (68) et Reus (74e) ont été les buteurs du soir. Pour les amoureux de chiffres, avec 64 buts, l'Allemagne est le pays qui a marqué le plus de buts dans l'histoire de l'Euro. A leur manière, les Grecs ont aussi participé à la fête offensive puisque leurs 2 buts ont permis de sceller le score à 4 à 2, le plus prolifique du tournoi. Le fil de la rencontre Les occasions - manquées - se succédèrent pour l'Allemagne après un but annulé de Klose dès la 4-ème minute. Elle s'offrit le luxe de les galvauder, en particulier Özil, esseulé face au gardien par l'omniprésent Reus à la 23-ème, dont l'envoi manqua de violence pour faire mouche. Ninis mit également Neuer à contribution à la 32-ème. Le tir ne semblait toutefois pas cadré. Il fallut finalement une frappe atomique de l'arrière Lahm pour enfin débloquer le marquoir à la 39-ème. Angela Merkel jubilait. L'Allemagne continua à dominer à la reprise, mais perdit quelques ballons. Elle s'en repentit à la 55-ème, quand Salpingidis s'enfonça sur le flanc droit et offrit l'égalisation à Samaras, plus rapide que Boateng : 1-1. Le bonheur grec ne dura que 6 minutes. Khedira expédia en effet le ballon juste en-dessous de la latte sur un centre de Boateng à la 61-ème. Klose justifia ensuite pleinement sa sélection en marquant de la tête sur un coup-franc d'Özil(3-1, 68-ème). Puis Reus signa magistralement le numéro 4 (74-ème), avant un penalty qui permit à Salpingidis de sauver une 2-ème fois l'honneur (4-2, 89-ème). Sportfootmagazine.be, avec Belga