Cristiano Ronaldo (Attaquant du Portugal) : "J'ai pas vraiment eu d'opportunité de marquer ce soir (mercredi). J'essaie toujours de faire de mon mieux. On était bien dans le tournoi mais on ne gagne pas par manque de chance. On est frustré de s'arrêter là. Mais on doit aussi être fiers de notre parcours."

Cesc Fabregas (attaquant de l'Espagne) à la chaîne de télévision Telecinco : "On m'a dit que j'allais tirer en deuxième, mais j'ai répondu que je voulais plutôt tirer en cinquième. J'avais le pressentiment, l'intuition que les choses se passeraient bien et que la vie me réservait quelque chose d'aussi beau que ce moment-là. J'ai eu la bonne intuition, même s'il faut reconnaître que c'est plus facile de tirer pour se qualifier que dans une situation contraire, où si on le manque on est éliminé. Nous sommes très heureux d'atteindre une autre finale, je ne sais pas si une autre équipe est déjà parvenue à le faire autant de fois consécutivement dans l'histoire, mais c'est un exploit authentique." (Seule l'Allemagne de l'Ouest a réussi une telle performance, trois finales de rang, entre 1972 et 1976.)

Paulo Bento (sélectionneur du Portugal ) : "On a effectué un très bon tournoi si on considère la façon dont on a joué et les équipes contre lesquelles on a joué : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et la République Tchèque. On a joué de manière fantastique et ce soir on a été meilleur durant les 90 premières minutes mais on n'a pas été assez efficace en prolongation. L'Espagne a été plus forte en prolongation mais si je devais choisir une façon de perdre, je ne choisirais pas cette voie. L'Espagne est une très belle équipe mais mes joueurs ont mérité leurs vacances. On a maintenant la certitude que l'on peut rivaliser avec n'importe quelle équipe dans n'importe quel tournoi. Le pays peut être fier des efforts de son équipe."

Vincente Del Bosque (sélectionneur de l'Espagne) sur uefa.com : "Ce fut un match équilibré. Peut-être nous avons été un peu meilleurs dans la prolongation, ils ont semblé un peu fatigués, mais on avait eu quelques occasions avant cela. Cela n'a pas été facile de mettre leur défense hors de position. Le Portugal nous a été supérieur en termes de défense. Nous n'avons pas eu beaucoup d'occasions, alors cela a été très équilibré. Je veux dire bravo Portugal parce qu'ils ont fait un grand tournoi, mais cette fois, c'est nous qui avons eu le plus de chance. Nous ne faisons pas que défendre, nous attaquons aussi. L'autre demi-finale sera également équilibrée alors nous allons attendre jusqu'à demain."

Iker Casillas (gardien de but et capitaine de l'Espagne) au micro de la radio espagnole Cope : "C'est sûr, nous nous souviendrons de ce moment quand le temps passera, surtout quand nous n'atteindrons plus les finales. Tout ça, n'est pas à la portée de tout le monde. L'équipe est là. C'est une équipe qui a été faite à base de souffrance, de critiques, mais grâce à elle, tout le monde est content, le public, la presse et les joueurs. Nous voulons continuer à donner de la joie. D'ici à dimanche, nous allons faire en sorte que tout le monde soit content. Les tirs au but c'est de la chance..."

Xabi Alonso (milieu de terrain de l'Espagne) au micro de la radio espagnole Cope : "(qui de l'Italie ou de l'Allemagne préfère-t-il comme adversaire en finale ?) Je n'ai pas de préférence, les deux sont de très bonnes équipes, ça ne sera pas facile. Il se passera ce qui se passera en finale, le mérite et l'orgueil seront prépondérants, mais il est clair qu'une fois que nous serons sur la pelouse, nous ferons tout pour ramener la Coupe chez nous. (sur son tir au but repoussé par le gardien qui avait été conseillé par Cristiano Ronaldo) J'ai pensé changer ma façon de tirer, il a fait un bel arrêt. Mes coéquipiers ont réparé mon erreur qui, heureusement, est devenue anecdotique."

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Cristiano Ronaldo (Attaquant du Portugal) : "J'ai pas vraiment eu d'opportunité de marquer ce soir (mercredi). J'essaie toujours de faire de mon mieux. On était bien dans le tournoi mais on ne gagne pas par manque de chance. On est frustré de s'arrêter là. Mais on doit aussi être fiers de notre parcours." Cesc Fabregas (attaquant de l'Espagne) à la chaîne de télévision Telecinco : "On m'a dit que j'allais tirer en deuxième, mais j'ai répondu que je voulais plutôt tirer en cinquième. J'avais le pressentiment, l'intuition que les choses se passeraient bien et que la vie me réservait quelque chose d'aussi beau que ce moment-là. J'ai eu la bonne intuition, même s'il faut reconnaître que c'est plus facile de tirer pour se qualifier que dans une situation contraire, où si on le manque on est éliminé. Nous sommes très heureux d'atteindre une autre finale, je ne sais pas si une autre équipe est déjà parvenue à le faire autant de fois consécutivement dans l'histoire, mais c'est un exploit authentique." (Seule l'Allemagne de l'Ouest a réussi une telle performance, trois finales de rang, entre 1972 et 1976.) Paulo Bento (sélectionneur du Portugal ) : "On a effectué un très bon tournoi si on considère la façon dont on a joué et les équipes contre lesquelles on a joué : l'Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et la République Tchèque. On a joué de manière fantastique et ce soir on a été meilleur durant les 90 premières minutes mais on n'a pas été assez efficace en prolongation. L'Espagne a été plus forte en prolongation mais si je devais choisir une façon de perdre, je ne choisirais pas cette voie. L'Espagne est une très belle équipe mais mes joueurs ont mérité leurs vacances. On a maintenant la certitude que l'on peut rivaliser avec n'importe quelle équipe dans n'importe quel tournoi. Le pays peut être fier des efforts de son équipe." Vincente Del Bosque (sélectionneur de l'Espagne) sur uefa.com : "Ce fut un match équilibré. Peut-être nous avons été un peu meilleurs dans la prolongation, ils ont semblé un peu fatigués, mais on avait eu quelques occasions avant cela. Cela n'a pas été facile de mettre leur défense hors de position. Le Portugal nous a été supérieur en termes de défense. Nous n'avons pas eu beaucoup d'occasions, alors cela a été très équilibré. Je veux dire bravo Portugal parce qu'ils ont fait un grand tournoi, mais cette fois, c'est nous qui avons eu le plus de chance. Nous ne faisons pas que défendre, nous attaquons aussi. L'autre demi-finale sera également équilibrée alors nous allons attendre jusqu'à demain." Iker Casillas (gardien de but et capitaine de l'Espagne) au micro de la radio espagnole Cope : "C'est sûr, nous nous souviendrons de ce moment quand le temps passera, surtout quand nous n'atteindrons plus les finales. Tout ça, n'est pas à la portée de tout le monde. L'équipe est là. C'est une équipe qui a été faite à base de souffrance, de critiques, mais grâce à elle, tout le monde est content, le public, la presse et les joueurs. Nous voulons continuer à donner de la joie. D'ici à dimanche, nous allons faire en sorte que tout le monde soit content. Les tirs au but c'est de la chance..." Xabi Alonso (milieu de terrain de l'Espagne) au micro de la radio espagnole Cope : "(qui de l'Italie ou de l'Allemagne préfère-t-il comme adversaire en finale ?) Je n'ai pas de préférence, les deux sont de très bonnes équipes, ça ne sera pas facile. Il se passera ce qui se passera en finale, le mérite et l'orgueil seront prépondérants, mais il est clair qu'une fois que nous serons sur la pelouse, nous ferons tout pour ramener la Coupe chez nous. (sur son tir au but repoussé par le gardien qui avait été conseillé par Cristiano Ronaldo) J'ai pensé changer ma façon de tirer, il a fait un bel arrêt. Mes coéquipiers ont réparé mon erreur qui, heureusement, est devenue anecdotique." Sportfootmagazine.be, avec Belga