"Nous sommes prêts à faire appel, a affirmé M. Fursenko à l'agence de presse RIA Novosti, reconnaissant toutefois que la sanction est "méritée". "C'est une situation délicate pour une équipe de devoir être responsable du comportement inacceptable de ses supporteurs", a-t-il ajouté.

Mercredi, l'UEFA a sanctionné la Russie de 6 points de pénalité avec sursis lors des éliminatoires de l'Euro 2016, avec une période probatoire qui commence maintenant, pendant l'Euro 2012, et s'achèvera après les barrages des qualifications de l'Euro 2016, soit à l'automne 2015. La Russie ne pourra faire appel qu'après notification de cette sanction.

Les faits reprochés remontent à vendredi dernier à Wroclaw (Pologne) en marge de Russie-République Tchèque (4-1). Il était reproché aux supporteurs russes une "mauvaise conduite" (bagarres avec des stadiers à Wroclaw), des jets de fusées et le déploiement de "bannières illicites" (drapeaux de l'Empire russe à connotation nationaliste).

Cette sanction ne concerne pas les incidents en marge de Pologne-Russie (1-1) mardi soir à Varsovie, entre hooligans russes et polonais dans les rues avant le match.

Parallèlement à cela, l'UEFA enquête toujours pour savoir si des incidents racistes avaient été causés par des fans Russes, visant le joueur tchèque Theodor Gebreselassie, de père éthiopien.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Nous sommes prêts à faire appel, a affirmé M. Fursenko à l'agence de presse RIA Novosti, reconnaissant toutefois que la sanction est "méritée". "C'est une situation délicate pour une équipe de devoir être responsable du comportement inacceptable de ses supporteurs", a-t-il ajouté. Mercredi, l'UEFA a sanctionné la Russie de 6 points de pénalité avec sursis lors des éliminatoires de l'Euro 2016, avec une période probatoire qui commence maintenant, pendant l'Euro 2012, et s'achèvera après les barrages des qualifications de l'Euro 2016, soit à l'automne 2015. La Russie ne pourra faire appel qu'après notification de cette sanction. Les faits reprochés remontent à vendredi dernier à Wroclaw (Pologne) en marge de Russie-République Tchèque (4-1). Il était reproché aux supporteurs russes une "mauvaise conduite" (bagarres avec des stadiers à Wroclaw), des jets de fusées et le déploiement de "bannières illicites" (drapeaux de l'Empire russe à connotation nationaliste). Cette sanction ne concerne pas les incidents en marge de Pologne-Russie (1-1) mardi soir à Varsovie, entre hooligans russes et polonais dans les rues avant le match. Parallèlement à cela, l'UEFA enquête toujours pour savoir si des incidents racistes avaient été causés par des fans Russes, visant le joueur tchèque Theodor Gebreselassie, de père éthiopien. Sportfootmagazine.be, avec Belga