Cette fois il serait fort surprenant que les Français échouent si près du but surtout contre un adversaire suédois qui n'a plus rien à espérer alors qu'eux sont en tête de leur poule avec 4 points en deux matches. Il s'agit aussi d'effacer les mauvais souvenir de l'Euro 2008 et du Mondial 2010 où ils ont été éliminés au premier tour.

Blanc : "ne pas sous-estimer la Suède"

Pour que le tableau soit sans tâche, le sélectionneur Laurent Blanc, qui vient de signer la 2e plus longue série d'invincibilité de l'histoire des Bleus (23 matches), se verrait bien boucler le groupe D à la première place. Cette position n'aurait rien de symbolique puisqu'elle éviterait à l'équipe de France de croiser le vainqueur de la poule C : l'Espagne championne d'Europe et du monde en titre.

"Il y a de la joie et de la satisfaction après le match contre l'Ukraine mais il faut se replonger dans la préparation, ce qu'un match comme celui-là nécessite", a estimé le sélectionneur français. "Il y a une équipe qui joue pour se qualifier et une équipe pas qualifiée qui va essayer de jouer ce match pour le gagner. Il ne faudra pas sous-estimer l'équipe de Suède."

Hamren : "nous prenons cette rencontre au sérieux"

Concernant la Suède, il est toujours difficile de pronostiquer le comportement d'une équipe déjà éliminée. Les Suédois ont sans surprise assuré que leur motivation restait entière et qu'ils viseraient la victoire pour leurs adieux au stade olympique de Kiev et à leurs 15.000 formidables supporteurs qui les suivent depuis le début de l'épreuve.

"Nous allons essayer de gagner le match. Nous n'avons rien à perdre et donc nous pourrons jouer libérés", a confié l'entraîneur de la Suède Erik Hamren. "Nous prenons cette rencontre très au sérieux. Il ne s'agit pas seulement de nous et de notre fierté mais aussi des supporters."

On peut les croire, mais on peut aussi penser qu'ils auraient sans doute du mal à se relever d'une bonne entame française. Les Bleus se méfieront tout de même d'une équipe qui a ouvert la marque lors de ses deux premières rencontres et qui compte dans ses rangs un joueur de la trempe de Zlatan Ibrahimovic.

Qui pour débuter ?

Remporter la poule offrirait de surcroît cinq jours de repos, soit un de plus que le 2e qualifié. Blanc ne devrait donc ménager que les joueurs avertis (Ménez, Debuchy, Mexès), les deux premiers pourraient céder leurs places. Des changements sont aussi à prévoir dans le fameux "coeur du jeu" cher à Blanc. Mvila, remis de sa blessure à la cheville, est partant certain, d'autant que Blanc voudra sans doute reposer Yohan Cabaye, qui a ressenti une petite pointe sans gravité derrière une cuisse.

Côté scandinave, l'attaquant Johan Elmander et le milieu de terrain Rasmus Elm, blessés, ne pourront pas jouer ce mardi. "Elmander n'est pas apte. Il est toujours touché à un pied et dans la mesure où ce n'est pas un match décisif, je ne veux pas prendre de risque. J'ai du respect pour lui et son club", a déclaré Hamren à propos de l'attaquant de Galatasaray. "Elm est touché à une cuisse. A part ça, tous sont prêts et motivés et ont envie de jouer ce match", a-t-il ajouté.

Les cas de figure

La France sera qualifiée pour les quarts de finale :

- si elle ne perd pas contre la Suède ou alors par un but d'écart.

- si l'Ukraine ne bat pas l'Angleterre.

- si elle et l'Angleterre perdent par le même écart.

- si elle perd par deux buts d'écart en ayant marqué au moins deux buts (4-2 par exemple) et que l'Angleterre perd 1-0. Et ainsi de suite (5-3/2-1, 6-4/3-2, etc.).

- si elle perd par trois buts d'écart en ayant marqué au moins deux buts (5-2 par exemple) et que l'Angleterre perd 2-0. Et ainsi de suite (6-3/3-0, 7-4/4-0, etc).

Les compos probables

France : Lloris - Evra, Mexès ?, Rami, Debuchy ? - Cabaye ?, M'Vila, Martin - Ribéry, Menez ?, Benzema

Suède : Isaksson ; Granqvist, Mellberg, J Olsson, M Olsson ; Svensson, Källström ; Larsson, Ibrahimovic, Bajrami ; Toivonen

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Cette fois il serait fort surprenant que les Français échouent si près du but surtout contre un adversaire suédois qui n'a plus rien à espérer alors qu'eux sont en tête de leur poule avec 4 points en deux matches. Il s'agit aussi d'effacer les mauvais souvenir de l'Euro 2008 et du Mondial 2010 où ils ont été éliminés au premier tour. Blanc : "ne pas sous-estimer la Suède" Pour que le tableau soit sans tâche, le sélectionneur Laurent Blanc, qui vient de signer la 2e plus longue série d'invincibilité de l'histoire des Bleus (23 matches), se verrait bien boucler le groupe D à la première place. Cette position n'aurait rien de symbolique puisqu'elle éviterait à l'équipe de France de croiser le vainqueur de la poule C : l'Espagne championne d'Europe et du monde en titre. "Il y a de la joie et de la satisfaction après le match contre l'Ukraine mais il faut se replonger dans la préparation, ce qu'un match comme celui-là nécessite", a estimé le sélectionneur français. "Il y a une équipe qui joue pour se qualifier et une équipe pas qualifiée qui va essayer de jouer ce match pour le gagner. Il ne faudra pas sous-estimer l'équipe de Suède." Hamren : "nous prenons cette rencontre au sérieux" Concernant la Suède, il est toujours difficile de pronostiquer le comportement d'une équipe déjà éliminée. Les Suédois ont sans surprise assuré que leur motivation restait entière et qu'ils viseraient la victoire pour leurs adieux au stade olympique de Kiev et à leurs 15.000 formidables supporteurs qui les suivent depuis le début de l'épreuve. "Nous allons essayer de gagner le match. Nous n'avons rien à perdre et donc nous pourrons jouer libérés", a confié l'entraîneur de la Suède Erik Hamren. "Nous prenons cette rencontre très au sérieux. Il ne s'agit pas seulement de nous et de notre fierté mais aussi des supporters." On peut les croire, mais on peut aussi penser qu'ils auraient sans doute du mal à se relever d'une bonne entame française. Les Bleus se méfieront tout de même d'une équipe qui a ouvert la marque lors de ses deux premières rencontres et qui compte dans ses rangs un joueur de la trempe de Zlatan Ibrahimovic. Qui pour débuter ? Remporter la poule offrirait de surcroît cinq jours de repos, soit un de plus que le 2e qualifié. Blanc ne devrait donc ménager que les joueurs avertis (Ménez, Debuchy, Mexès), les deux premiers pourraient céder leurs places. Des changements sont aussi à prévoir dans le fameux "coeur du jeu" cher à Blanc. Mvila, remis de sa blessure à la cheville, est partant certain, d'autant que Blanc voudra sans doute reposer Yohan Cabaye, qui a ressenti une petite pointe sans gravité derrière une cuisse. Côté scandinave, l'attaquant Johan Elmander et le milieu de terrain Rasmus Elm, blessés, ne pourront pas jouer ce mardi. "Elmander n'est pas apte. Il est toujours touché à un pied et dans la mesure où ce n'est pas un match décisif, je ne veux pas prendre de risque. J'ai du respect pour lui et son club", a déclaré Hamren à propos de l'attaquant de Galatasaray. "Elm est touché à une cuisse. A part ça, tous sont prêts et motivés et ont envie de jouer ce match", a-t-il ajouté. Les cas de figure La France sera qualifiée pour les quarts de finale : - si elle ne perd pas contre la Suède ou alors par un but d'écart. - si l'Ukraine ne bat pas l'Angleterre. - si elle et l'Angleterre perdent par le même écart. - si elle perd par deux buts d'écart en ayant marqué au moins deux buts (4-2 par exemple) et que l'Angleterre perd 1-0. Et ainsi de suite (5-3/2-1, 6-4/3-2, etc.). - si elle perd par trois buts d'écart en ayant marqué au moins deux buts (5-2 par exemple) et que l'Angleterre perd 2-0. Et ainsi de suite (6-3/3-0, 7-4/4-0, etc). Les compos probables France : Lloris - Evra, Mexès ?, Rami, Debuchy ? - Cabaye ?, M'Vila, Martin - Ribéry, Menez ?, Benzema Suède : Isaksson ; Granqvist, Mellberg, J Olsson, M Olsson ; Svensson, Källström ; Larsson, Ibrahimovic, Bajrami ; Toivonen Sportfootmagazine.be, avec Belga