Il ne fallait pas chercher la surprise dans la composition des équipes, inchangées par rapport à leur premier match, jeudi à Poznan au coup d'envoi du choc Italie - Croatie, comptant pour la 2e journée du Groupe C de l'Euro 2012.

Cesare Prandelli avait en effet maintenu sa confiance à Mario Balotelli, malgré la grosse occasion manquée dimanche contre l'Espagne (1-1), plutôt que de placer Antonio Di Natale, buteur dès son entrée en jeu, au côté d'Antonio Cassano.

Slaven Bilic avait de son côté reconduit l'équipe et le 4-4-2 qui avaient réduit l'Irlande en cendres (3-1).

Balotelli se montra d'emblée dangereux (2e, 15e), tout comme Marchisio (10-ème). Buffon ne fut pour la première fois sérieusement sollicité qu'à la 19e, sur un centre au cordeau de Srna. L'Italie semblait proche de l'ouverture de la marque. Pletikosa repoussa l'échéance grâce à un double sauvetage miraculeux devant Marchisio (37e), avant d'être trahi par son mur sur un coup-franc diabolique de Pirlo (39e).

Modric mena la révolte croate à la reprise. L'Italie était contrainte au repli organisé devant Buffon. Ce dernier dut toutefois s'incliner face à Mandzukic, qui malgré un contrôle un peu long et une reprise sur le montant (intérieur), égalisa sur un centre de Strinic à la 72e (1-1).

L'Italie s'efforça de reprendre le dessus, mais Pletikosa ne se laissa pas surprendre par Montolivo (75e).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Il ne fallait pas chercher la surprise dans la composition des équipes, inchangées par rapport à leur premier match, jeudi à Poznan au coup d'envoi du choc Italie - Croatie, comptant pour la 2e journée du Groupe C de l'Euro 2012. Cesare Prandelli avait en effet maintenu sa confiance à Mario Balotelli, malgré la grosse occasion manquée dimanche contre l'Espagne (1-1), plutôt que de placer Antonio Di Natale, buteur dès son entrée en jeu, au côté d'Antonio Cassano. Slaven Bilic avait de son côté reconduit l'équipe et le 4-4-2 qui avaient réduit l'Irlande en cendres (3-1). Balotelli se montra d'emblée dangereux (2e, 15e), tout comme Marchisio (10-ème). Buffon ne fut pour la première fois sérieusement sollicité qu'à la 19e, sur un centre au cordeau de Srna. L'Italie semblait proche de l'ouverture de la marque. Pletikosa repoussa l'échéance grâce à un double sauvetage miraculeux devant Marchisio (37e), avant d'être trahi par son mur sur un coup-franc diabolique de Pirlo (39e). Modric mena la révolte croate à la reprise. L'Italie était contrainte au repli organisé devant Buffon. Ce dernier dut toutefois s'incliner face à Mandzukic, qui malgré un contrôle un peu long et une reprise sur le montant (intérieur), égalisa sur un centre de Strinic à la 72e (1-1). L'Italie s'efforça de reprendre le dessus, mais Pletikosa ne se laissa pas surprendre par Montolivo (75e). Sportfootmagazine.be, avec Belga