Par Clément Daniez, L'Express.fr

C'est une issue que l'on préfère ne pas envisager, à la Fédération française de football comme chez les partenaires ou les médias. Et si la France ne passait pas l'obstacle du barrage contre l'Ukraine et ne participait pas à la Coupe du monde 2014 au Brésil? Sa dernière absence remonte à 20 ans, pour le Mondial aux Etats-Unis, après un but fatal du Bulgare Kostadinov un soir d'automne 1993. Qui risque de trinquer en cas de non-participation cette fois-ci?

Les Bleus? Oui et non. La déception serait énorme sportivement pour les membres de l'équipe de France, et moindre financièrement, par rapport à la totalité de leurs émoluments. "Si on va au Brésil, 30% de la somme versée par la Fifa sera versée aux joueurs qui ont participé à la qualification. Cette somme devrait être de 8 millions d'euros, soit environ 2,4 millions pour l'équipe", avait déclaré Noël Le Graët.

Lors de la phase finale, "30% de la prime Fifa sera également versée aux joueurs", avait précisé le président de la FFF. Combien cela représente-t-il? Lors de l'Euro 2012, la prime de victoire était de 320 000 euros par joueur (300 000 pour le Mondial 2010), 100 000 euros pour une finale, 70 000 pour une demie, 50 000 pour un quart et rien auparavant. "Par contre, en ce qui concerne la prime d'image, qui n'a pas bougé depuis longtemps, elle sera augmentée. De 10 000 euros par match, elle passe à 15 000 euros par match", avait ajouté à l'époque Le Graët.

Au niveau sportif, en cas d'absence, le nouvel objectif sera d'être prêts pour l'Euro 2016 tenu en France, où le statut d'organisateur évite d'en passer par des qualifications. Avec les mêmes? La volonté actuelle de Noël Le Graët est de conserver Didier Deschamps, avec qui il entretient d'excellentes relations, comme sélectionneur.

Autre conséquence possible: Franck Ribéry pourrait voir sa position fragilisée dans la course au Ballon d'Or - surtout s'il n'est pas brillant contre l'Ukraine. Alors que le gagnant du duel Portugal/Cristiano Ronaldo versus Suède/Zlatan Ibrahimovic en sortirait renforcé. Rien ne dit cependant que cela changerait l'issue du scrutin.

La Fédération française de football? Oui. L'équipementier des Bleus, Nike, paye 42,6 millions d'euros annuel jusqu'en juin 2018 pour fournir toutes les équipes des France de football, une dotation estimée à 2,5 millions d'euros par an. L'absence de qualification privera la FFR des primes de résultat prévues dans le contrat mis en application le 1er janvier 2011.

Selon Le Figaro, la "fédé" devrait surtout renoncer aux recettes supplémentaires négociées avec la moitié de ses sponsors en cas d'absence au Brésil, pour 1,5 à 2,5 millions d'euros. La déception liée à cette absence, si elle s'ajoute au désamour qui touche les Bleus, pourrait avoir des conséquences sur les prochaines signatures. Etait-ce vraiment un bon placement en termes d'image, pourraient s'interroger les sponsors. La FFF ne serait pas en position de force pour négocier à la hausse les partenariats, alors même que se prépare un Euro en France! Arrivant à échéance au Mondial 2014, ceux-ci représentent 30 millions d'euros de revenus annuels.

Les médias? Forcément.TF1 a acquis les droits de diffusion pour la Coupe du monde 2010 (120 millions d'euros) et celle de 2014 (130 millions) en juin 2005 - avant la finale de 2006, le coup de boule de Zidane, la main de Thierry Henry, l'affaire Zahia, la grève de Knysna, l'affaire des quotas, les insultes de Nasri lors de l'Euro 2012 et le désamour profond de l'opinion pour ses Bleus. En 2010, malgré la revente pour 33 millions d'euros, de droits à Canal+ et France Télévisions, TF1 a accusé une perte de 40 millions d'euros.
Et en 2014? TF1 devrait encore accuser une perte de plusieurs millions, voire dizaines de millions d'euros. Mais elle se résout à un tel sacrifice pour une question d'image, parce qu'elle se doit de rester la première chaîne française. Surtout qu'avec les matches à domicile des Bleus, le Mondial est le seul direct de sport qu'il lui reste avec l'Euro et la coupe du monde de rugby. Canal+ lui a chipé la Ligue des Champions et la Formule 1.

Pour le Mondial 2014, TF1 cherche à vendre 36 des 64 directs brésiliens qu'elle possède, un lot qui comprend aussi toutes les rediffusions, un magazine à une heure différente de celui de TF1 et tous les droits téléphones, PC et tablettes. Son prix? Une cinquantaine de millions d'euros, selon Le Figaro. Canal+ et beIN Sport devaient déposer leur projet d'acquisition mercredi... avant que l'on sache si la France jouera au Brésil!
L'absence de la France fera automatiquement baisser le coût moyen de la minute de publicité. A une échelle moindre, d'autres médias compteront moins de revenus publicitaires, en particulier des partenaires des Bleus. L'Equipe devra ainsi se passer des pages que les partenaires, soucieux de montrer leur attachement aux Bleus, auraient pris.

L'impact d'une présence des Bleus est plus une question de publicité (+5% de chiffre d'affaires) que de diffusion (+1 à 2% de CA). "Si on veut vendre, il faut qu'il y ait du bonheur", a assuré le directeur des rédactions de L'Equipe Fabrice Jouhaud à 20 Minutes. Pour augmenter la diffusion, il faudrait donc plus qu'une qualification: que la France gagne le Mondial! Financièrement, personne ne s'en plaindrait.

Par Clément Daniez, L'Express.frC'est une issue que l'on préfère ne pas envisager, à la Fédération française de football comme chez les partenaires ou les médias. Et si la France ne passait pas l'obstacle du barrage contre l'Ukraine et ne participait pas à la Coupe du monde 2014 au Brésil? Sa dernière absence remonte à 20 ans, pour le Mondial aux Etats-Unis, après un but fatal du Bulgare Kostadinov un soir d'automne 1993. Qui risque de trinquer en cas de non-participation cette fois-ci? Les Bleus? Oui et non. La déception serait énorme sportivement pour les membres de l'équipe de France, et moindre financièrement, par rapport à la totalité de leurs émoluments. "Si on va au Brésil, 30% de la somme versée par la Fifa sera versée aux joueurs qui ont participé à la qualification. Cette somme devrait être de 8 millions d'euros, soit environ 2,4 millions pour l'équipe", avait déclaré Noël Le Graët. Lors de la phase finale, "30% de la prime Fifa sera également versée aux joueurs", avait précisé le président de la FFF. Combien cela représente-t-il? Lors de l'Euro 2012, la prime de victoire était de 320 000 euros par joueur (300 000 pour le Mondial 2010), 100 000 euros pour une finale, 70 000 pour une demie, 50 000 pour un quart et rien auparavant. "Par contre, en ce qui concerne la prime d'image, qui n'a pas bougé depuis longtemps, elle sera augmentée. De 10 000 euros par match, elle passe à 15 000 euros par match", avait ajouté à l'époque Le Graët. Au niveau sportif, en cas d'absence, le nouvel objectif sera d'être prêts pour l'Euro 2016 tenu en France, où le statut d'organisateur évite d'en passer par des qualifications. Avec les mêmes? La volonté actuelle de Noël Le Graët est de conserver Didier Deschamps, avec qui il entretient d'excellentes relations, comme sélectionneur. Autre conséquence possible: Franck Ribéry pourrait voir sa position fragilisée dans la course au Ballon d'Or - surtout s'il n'est pas brillant contre l'Ukraine. Alors que le gagnant du duel Portugal/Cristiano Ronaldo versus Suède/Zlatan Ibrahimovic en sortirait renforcé. Rien ne dit cependant que cela changerait l'issue du scrutin. La Fédération française de football? Oui. L'équipementier des Bleus, Nike, paye 42,6 millions d'euros annuel jusqu'en juin 2018 pour fournir toutes les équipes des France de football, une dotation estimée à 2,5 millions d'euros par an. L'absence de qualification privera la FFR des primes de résultat prévues dans le contrat mis en application le 1er janvier 2011. Selon Le Figaro, la "fédé" devrait surtout renoncer aux recettes supplémentaires négociées avec la moitié de ses sponsors en cas d'absence au Brésil, pour 1,5 à 2,5 millions d'euros. La déception liée à cette absence, si elle s'ajoute au désamour qui touche les Bleus, pourrait avoir des conséquences sur les prochaines signatures. Etait-ce vraiment un bon placement en termes d'image, pourraient s'interroger les sponsors. La FFF ne serait pas en position de force pour négocier à la hausse les partenariats, alors même que se prépare un Euro en France! Arrivant à échéance au Mondial 2014, ceux-ci représentent 30 millions d'euros de revenus annuels. Les médias? Forcément.TF1 a acquis les droits de diffusion pour la Coupe du monde 2010 (120 millions d'euros) et celle de 2014 (130 millions) en juin 2005 - avant la finale de 2006, le coup de boule de Zidane, la main de Thierry Henry, l'affaire Zahia, la grève de Knysna, l'affaire des quotas, les insultes de Nasri lors de l'Euro 2012 et le désamour profond de l'opinion pour ses Bleus. En 2010, malgré la revente pour 33 millions d'euros, de droits à Canal+ et France Télévisions, TF1 a accusé une perte de 40 millions d'euros. Et en 2014? TF1 devrait encore accuser une perte de plusieurs millions, voire dizaines de millions d'euros. Mais elle se résout à un tel sacrifice pour une question d'image, parce qu'elle se doit de rester la première chaîne française. Surtout qu'avec les matches à domicile des Bleus, le Mondial est le seul direct de sport qu'il lui reste avec l'Euro et la coupe du monde de rugby. Canal+ lui a chipé la Ligue des Champions et la Formule 1. Pour le Mondial 2014, TF1 cherche à vendre 36 des 64 directs brésiliens qu'elle possède, un lot qui comprend aussi toutes les rediffusions, un magazine à une heure différente de celui de TF1 et tous les droits téléphones, PC et tablettes. Son prix? Une cinquantaine de millions d'euros, selon Le Figaro. Canal+ et beIN Sport devaient déposer leur projet d'acquisition mercredi... avant que l'on sache si la France jouera au Brésil! L'absence de la France fera automatiquement baisser le coût moyen de la minute de publicité. A une échelle moindre, d'autres médias compteront moins de revenus publicitaires, en particulier des partenaires des Bleus. L'Equipe devra ainsi se passer des pages que les partenaires, soucieux de montrer leur attachement aux Bleus, auraient pris. L'impact d'une présence des Bleus est plus une question de publicité (+5% de chiffre d'affaires) que de diffusion (+1 à 2% de CA). "Si on veut vendre, il faut qu'il y ait du bonheur", a assuré le directeur des rédactions de L'Equipe Fabrice Jouhaud à 20 Minutes. Pour augmenter la diffusion, il faudrait donc plus qu'une qualification: que la France gagne le Mondial! Financièrement, personne ne s'en plaindrait.