Le contexte du match de ce mercredi en Champions League semblait idéal pour relancer Eden Hazard dans le grand bain madrilène. La veille,Carlo Ancelotti le disait prêt mais il ne l'a même pas utilisé alors que certains l'imaginaient sur la pelouse dès le coup d'envoi. Après la victoire dans la douleur desMerengue contre les Ukrainiens grâce à un doublé du véritable patron de l'équipe, Karim Benzema, le technicien italien a évidemment dû revenir sur le cas du Brainois, arrivé roi désormais laquais, en conférence de presse.

"Eden Hazard est prêt à jouer. Cela aurait pu être aujourd'hui mais cela sera peut-être samedi (NDLR: le Real affronte le Rayo Vallecano en Liga)", a commencé par expliquer Carletto avant de partir dans une explication plutôt... hasardeuse. "Il lui faut du temps de jeu pour être en bonne condition et il va l'avoir. J'avais pensé le titulariser ce soir pour le relancer. Mais, pour des raisons stratégiques, j'ai finalement opté pour un ailier pur comme Lucas Vazquez. Je pense qu'Hazard est désormais meilleur lorsqu'il est dans l'axe, proche de l'attaquant de pointe."

Mais cela impliquerait alors une modification du système. Par le passé, Ancelotti a rarement employé un schéma avec un neuf et demi, poste auquel il verrait soi-disant mieux Eden Hazard. Mais ces déclarations sous-entendent en tout cas que le technicien considère désormais le Belge comme un remplaçant sur le côté gauche. Et ce n'est pas la nouvelle belle prestation du jour de Vinicius Jr, auteur des deux passes décivives pour KB9 contre les Ukrainiens, qui devrait pousser l'Italien à l'oeil mi-clos à changer son fusil d'épaule.

Difficile d'imaginer Hazard pouvoir inverser les places sur la photo et devenir le titulaire remplacé., iStock
Difficile d'imaginer Hazard pouvoir inverser les places sur la photo et devenir le titulaire remplacé. © iStock

Le coach a ensuite répondu à une question sur la gestion mentale d'Hazard. "Je sais ce qu'il se passe dans la tête d'un joueur quand il s'échauffe et n'entre finalement pas en jeu. S'il est en colère au fond de lui, je le comprends. Tout ce que je peux dire, c'est que je suis désolé de la situation. Mais Hazard n'est pas le seul grand nom dans cette situation dans un grand club comme le Real Madrid. Marcelo a gagné quatre C1 et s'est échauffé pendant près de 40 minutes pour rien. Mon travail d'entraîneur, c'est d'employer un joueur à bon escient et j'ai estimé que ce n'était pas le bon moment."

Les déboires d'Eden Hazard depuis son arrivée dans la capitale espagnole en 2019 font évidemment les choux gras de la presse locale qui n'a jamais hésité à le tacler après des prestations en deça des immenses attentes suscité par son statut et son prix de transfert. Ce matin, dans les journaux, le ton oscillait entre fatalisme et questions. As, le média sans doute le plus proche de l'actualité de la Casa Blanca (mais aussi de celle du voisin de l'Atlético Madrid), estimait qu'il y avait désormais un problème Hazard au Real. "Il n'a plus sa place dans le onze de Carlo Ancelotti. Et ce, malgré que le poste sur le côté droit de l'attaque n'a pas encore trouvé de preneur fixe. Il n'a pas joué malgré l'absence de Rodrygo ou la méforme de Marcos Asensio. Le rôle que peut jouer le Belge dans ce 4-3-3 est de plus en plus flou. Ses chances de jouer sont réduites.", assénait le quotidien dans son édition de ce jeudi. Les journalistes de As affirment même qu'Ancelotti enfûme son monde avec un double discours alors qu'il a déjà décidé dans sa tête qu'Hazard n'avait plus d'avenir au Santiago Bernabeu. Et pour justifier son propos, As s'appuie sur quelques chiffres plutôt éloquents.

"Lorsque l'on interroge Ancelotti sur Hazard, il essaye de se montrer positif. Il essaye de lui insuffler de la confiance si on l'écoute mais il explique aussi qu'il reviendra à son meilleur niveau à force de travail à l'entraînement pour rejouer.MaisLes chiffres sont éloquents. Hazard n'a joué que 409 minutes avec le Real Madrid cette saison, soit 30,2 % du temps de jeu possible. Cela ne représente même pas un tiers des matchs joués par les Merengue. Il ne se retrouve qu'au 14ème rang des joueurs les plus utilisés par Carlo Ancelotti. A titre de comparaison, il a joué 251 minutes lors des cinq matches avec la Belgique, soit 55,7% du temps de jeu possible avec les Diables rouges. Ce chiffre grimpe même à 69,7% si l'on ne prend pas compte le match pour la troisième place de la Ligue des Nations qu'il a manqué pour cause de blessure."

Pour conclure son papier, le quotidien sportif madrilène revient sur le coût par minute de notre compatriote depuis arrivée en 2019 :"Son transfert n'est toujours pas rentabilisé. Il a joué 53 matches et 2849 minutes de jeu depuis sa venue. Chaque minute de jeu a donc coûté 35 100 euros."

Dans l'émission radio El Larguero, Julio Pulido est aussi revenu sur le cas Hazard et n'a pas mâché ses mots: "C'est très grave que le joueur vedette ne soit pas décisif et qu'on n'en parle pas, qu'ik ne joue plus et que ce ne soit plus d'actualité, qu'il soit au chaud sur le banc, qu'il ne monte même pas et que ça ne fasse une plus actualité. Tout ce qui concerne Hazard n'est plus une information. Les fans se sont habitués à la situation."Il a ensuite taclé Ancelotti en estimant que l'Italien ne traitait pas le Belge de la même manière que Bale ou Jovic. "Quelque chose s'est brisé entre Ancelotti et Hazard, car la façon dont il le traite par rapport à Bale est diamétralement opposé. Hazard prend le visage de Bale. Pourtant, l'entraîneur le traite différemment. C'est très injuste en effet. Le Bale d'aujourd'hui se moque de Madrid et Ancelotti l'a défendu. Et que dire Jovic qui se traine 5 ou 6 kilos de trop"., estime Julio Pulido.

Les poignées de main sont de moins en moins franches entre Eden Hazard et Carlo Ancelotti., iStock
Les poignées de main sont de moins en moins franches entre Eden Hazard et Carlo Ancelotti. © iStock

"EDEN HAZARD EST L'ECHEC D'UN ANCELOTTI QUI NE SAIT PAS GERER SON BANC EN GENERAL"

Du côté de l'autre grand quotidien sportif de la capitale, Marca, on essayait encore de trouver quelques circonstances atténuantes au Brainois. Raul Varela, présentateur de l'émission A Diario sur Radio Marca, généralise la situation du Belge en expliquant que le problème actuel du Real Madrid est d'avoir un banc qui n'apporte pas grand chose et que l'entraîneur est responsable de la situation.

"Eden Hazard est le premier échec d'Ancelotti.L'entraîneur semble figé dans ses choix et continue de le garder de manière incompréhensible au frigo. D'ailleurs, pourquoi les remplaçants du Real ne parviennent-ils pas à changer le cours des matchs qui tournent mal?", s'interroge le journaliste ."Les faits ne trompent pas. Entre les blessures et la méfiance du coach envers Hazard, Bale, Jovic, Asensio, Isco et même Camavinga pourtant convaincant à son arrivée, le banc n'apporte aucune solution. Cela risque de devenir un problème à moyen terme car Vinicius ne pourra pas maintenir ce niveau de forme toute la saison. C'est pourquoi il est urgent de relancer un Hazard. Il faut accepter qu'il ne sera plus le joueur de Chelsea et qu'il ne justifiera jamais les 115 millions dépensés pour sa venue. Mais le voir trainer avec le préparateur physique Pintus au coin du banc sans jouer est un échec majeur pour Carletto", conclut Raul Varela.

Et alors que le mercato hivernal approche, et avec lui son lot de rumeurs, l'on imagine qu'il sera difficile pour Eden Hazard de conclure sur une note positive son histoire d'amour impossible avec le Real Madrid.

Le contexte du match de ce mercredi en Champions League semblait idéal pour relancer Eden Hazard dans le grand bain madrilène. La veille,Carlo Ancelotti le disait prêt mais il ne l'a même pas utilisé alors que certains l'imaginaient sur la pelouse dès le coup d'envoi. Après la victoire dans la douleur desMerengue contre les Ukrainiens grâce à un doublé du véritable patron de l'équipe, Karim Benzema, le technicien italien a évidemment dû revenir sur le cas du Brainois, arrivé roi désormais laquais, en conférence de presse."Eden Hazard est prêt à jouer. Cela aurait pu être aujourd'hui mais cela sera peut-être samedi (NDLR: le Real affronte le Rayo Vallecano en Liga)", a commencé par expliquer Carletto avant de partir dans une explication plutôt... hasardeuse. "Il lui faut du temps de jeu pour être en bonne condition et il va l'avoir. J'avais pensé le titulariser ce soir pour le relancer. Mais, pour des raisons stratégiques, j'ai finalement opté pour un ailier pur comme Lucas Vazquez. Je pense qu'Hazard est désormais meilleur lorsqu'il est dans l'axe, proche de l'attaquant de pointe."Mais cela impliquerait alors une modification du système. Par le passé, Ancelotti a rarement employé un schéma avec un neuf et demi, poste auquel il verrait soi-disant mieux Eden Hazard. Mais ces déclarations sous-entendent en tout cas que le technicien considère désormais le Belge comme un remplaçant sur le côté gauche. Et ce n'est pas la nouvelle belle prestation du jour de Vinicius Jr, auteur des deux passes décivives pour KB9 contre les Ukrainiens, qui devrait pousser l'Italien à l'oeil mi-clos à changer son fusil d'épaule.Le coach a ensuite répondu à une question sur la gestion mentale d'Hazard. "Je sais ce qu'il se passe dans la tête d'un joueur quand il s'échauffe et n'entre finalement pas en jeu. S'il est en colère au fond de lui, je le comprends. Tout ce que je peux dire, c'est que je suis désolé de la situation. Mais Hazard n'est pas le seul grand nom dans cette situation dans un grand club comme le Real Madrid. Marcelo a gagné quatre C1 et s'est échauffé pendant près de 40 minutes pour rien. Mon travail d'entraîneur, c'est d'employer un joueur à bon escient et j'ai estimé que ce n'était pas le bon moment." Les déboires d'Eden Hazard depuis son arrivée dans la capitale espagnole en 2019 font évidemment les choux gras de la presse locale qui n'a jamais hésité à le tacler après des prestations en deça des immenses attentes suscité par son statut et son prix de transfert. Ce matin, dans les journaux, le ton oscillait entre fatalisme et questions. As, le média sans doute le plus proche de l'actualité de la Casa Blanca (mais aussi de celle du voisin de l'Atlético Madrid), estimait qu'il y avait désormais un problème Hazard au Real. "Il n'a plus sa place dans le onze de Carlo Ancelotti. Et ce, malgré que le poste sur le côté droit de l'attaque n'a pas encore trouvé de preneur fixe. Il n'a pas joué malgré l'absence de Rodrygo ou la méforme de Marcos Asensio. Le rôle que peut jouer le Belge dans ce 4-3-3 est de plus en plus flou. Ses chances de jouer sont réduites.", assénait le quotidien dans son édition de ce jeudi. Les journalistes de As affirment même qu'Ancelotti enfûme son monde avec un double discours alors qu'il a déjà décidé dans sa tête qu'Hazard n'avait plus d'avenir au Santiago Bernabeu. Et pour justifier son propos, As s'appuie sur quelques chiffres plutôt éloquents. "Lorsque l'on interroge Ancelotti sur Hazard, il essaye de se montrer positif. Il essaye de lui insuffler de la confiance si on l'écoute mais il explique aussi qu'il reviendra à son meilleur niveau à force de travail à l'entraînement pour rejouer.MaisLes chiffres sont éloquents. Hazard n'a joué que 409 minutes avec le Real Madrid cette saison, soit 30,2 % du temps de jeu possible. Cela ne représente même pas un tiers des matchs joués par les Merengue. Il ne se retrouve qu'au 14ème rang des joueurs les plus utilisés par Carlo Ancelotti. A titre de comparaison, il a joué 251 minutes lors des cinq matches avec la Belgique, soit 55,7% du temps de jeu possible avec les Diables rouges. Ce chiffre grimpe même à 69,7% si l'on ne prend pas compte le match pour la troisième place de la Ligue des Nations qu'il a manqué pour cause de blessure." Pour conclure son papier, le quotidien sportif madrilène revient sur le coût par minute de notre compatriote depuis arrivée en 2019 :"Son transfert n'est toujours pas rentabilisé. Il a joué 53 matches et 2849 minutes de jeu depuis sa venue. Chaque minute de jeu a donc coûté 35 100 euros."Dans l'émission radio El Larguero, Julio Pulido est aussi revenu sur le cas Hazard et n'a pas mâché ses mots: "C'est très grave que le joueur vedette ne soit pas décisif et qu'on n'en parle pas, qu'ik ne joue plus et que ce ne soit plus d'actualité, qu'il soit au chaud sur le banc, qu'il ne monte même pas et que ça ne fasse une plus actualité. Tout ce qui concerne Hazard n'est plus une information. Les fans se sont habitués à la situation."Il a ensuite taclé Ancelotti en estimant que l'Italien ne traitait pas le Belge de la même manière que Bale ou Jovic. "Quelque chose s'est brisé entre Ancelotti et Hazard, car la façon dont il le traite par rapport à Bale est diamétralement opposé. Hazard prend le visage de Bale. Pourtant, l'entraîneur le traite différemment. C'est très injuste en effet. Le Bale d'aujourd'hui se moque de Madrid et Ancelotti l'a défendu. Et que dire Jovic qui se traine 5 ou 6 kilos de trop"., estime Julio Pulido.Du côté de l'autre grand quotidien sportif de la capitale, Marca, on essayait encore de trouver quelques circonstances atténuantes au Brainois. Raul Varela, présentateur de l'émission A Diario sur Radio Marca, généralise la situation du Belge en expliquant que le problème actuel du Real Madrid est d'avoir un banc qui n'apporte pas grand chose et que l'entraîneur est responsable de la situation."Eden Hazard est le premier échec d'Ancelotti.L'entraîneur semble figé dans ses choix et continue de le garder de manière incompréhensible au frigo. D'ailleurs, pourquoi les remplaçants du Real ne parviennent-ils pas à changer le cours des matchs qui tournent mal?", s'interroge le journaliste ."Les faits ne trompent pas. Entre les blessures et la méfiance du coach envers Hazard, Bale, Jovic, Asensio, Isco et même Camavinga pourtant convaincant à son arrivée, le banc n'apporte aucune solution. Cela risque de devenir un problème à moyen terme car Vinicius ne pourra pas maintenir ce niveau de forme toute la saison. C'est pourquoi il est urgent de relancer un Hazard. Il faut accepter qu'il ne sera plus le joueur de Chelsea et qu'il ne justifiera jamais les 115 millions dépensés pour sa venue. Mais le voir trainer avec le préparateur physique Pintus au coin du banc sans jouer est un échec majeur pour Carletto", conclut Raul Varela.Et alors que le mercato hivernal approche, et avec lui son lot de rumeurs, l'on imagine qu'il sera difficile pour Eden Hazard de conclure sur une note positive son histoire d'amour impossible avec le Real Madrid.