Revenu d'une opération au péroné effectuée début mars, et aligné d'entrée pour le grand retour du Real Madrid en Liga après la pandémie dimanche contre Eibar (3-1), Eden Hazard a prouvé que son talent n'avait pas disparu pendant le confinement.

Dimanche, le petit stade d'entraînement Alfredo Di Stefano était vide, mais le public merengue a pu apprécier devant sa télévision le retour en forme de l'international belge (29 ans, 105 sél.), passeur décisif sur le but de Sergio Ramos avant de sortir à l'heure de jeu... finalement par simple précaution.

"Il offre des buts et nous égaie déjà", a résumé Marca, le journal le plus vendu du pays, dans son édition en ligne dimanche. "Hazard a donné l'impression qu'il sera le leader du Real pour la dernière ligne droite de cette saison. C'est un crack."

Son duo avec l'avant-centre Karim Benzema a fait des étincelles. "Son association avec Benzema a envoyé un message: pour viser le titre, la plupart des options passeront par eux", a assuré Marca.

Régal

"Pour ceux qui aiment le foot, c'est un régal de les voir combiner", a encensé Zidane dimanche après le match, ravi de ce nouveau tandem de l'attaquant français, un peu esseulé après le départ de Cristiano Ronaldo.

Cette relation particulière avec un autre francophone déjà installé depuis des années à Madrid est une des raisons qui a convaincu Hazard de signer au Real, l'été dernier.

"Pour moi, c'est le meilleur avant-centre du monde. Je crois que le fait de m'entraîner à ses côtés va me faire progresser. Je m'imagine déjà combiner avec lui, même s'il faut déjà que je joue pour cela", déclarait l'ailier lors de sa première conférence de presse à la "Maison blanche", l'été dernier.

Une phrase qui semble aujourd'hui prémonitoire. Car avec 24 matches manqués cette saison pour cause de blessures, les premiers mois au Real d'"Ederzinho", comme le surnomment les Brésiliens du club, ont ressemblé à un cauchemar.

Après avoir manqué la reprise du championnat 2019/20, Hazard a été touché à la cheville droite lors d'un contact avec son compatriote Thomas Meunier contre le Paris SG en Ligue des champions le 26 novembre (2-2).

"Il n'a pas peur"

D'abord soigné pour une simple "contusion", Hazard devait être indisponible dix jours. Mais une "microfracture" à la malléole droite lui a ensuite été diagnostiquée, prolongeant sa convalescence jusqu'en février.

Quelques jours après son retour à la compétition, le Real Madrid essuie alors sa deuxième défaite de la saison en championnat sur le terrain de Levante (1-0) et Hazard s'écroule à nouveau.

L'ancien de Chelsea et de Lille regagne son banc en boitant et une poche de glace lui est posée sur cette même cheville droite. Bilan: fissure au "péroné distal droit". Trois mois d'absence.

Le confinement lié à la pandémie de nouveau coronavirus a permis au Belge de poursuivre sa rééducation sans rater trop de matches, après son opération le 5 mars à Dallas (Texas, Etats-Unis).

La réapparition de cette même poche de glace sur sa cheville droite, dimanche soir après sa sortie (61e), a donc inquiété les supporters madrilènes. Une frayeur bénigne, un soin préventif.

"Ca fait du bien du voir qu'il n'a pas peur d'aller au contact", s'est réjoui "Zizou" dimanche, après s'être assuré que son protégé allait bien. "Hazard est revenu et n'a peur de rien", a prévenu le journal As lundi.

L'ailier s'est entraîné normalement avec le reste de ses coéquipiers mardi, et devrait être dans le groupe pour affronter Valence jeudi (22h00/20h00 GMT). Un match déjà crucial pour le Real et Hazard, distancés à cinq points du leader Barcelone mardi après la victoire blaugrana contre Leganés (2-0).

Revenu d'une opération au péroné effectuée début mars, et aligné d'entrée pour le grand retour du Real Madrid en Liga après la pandémie dimanche contre Eibar (3-1), Eden Hazard a prouvé que son talent n'avait pas disparu pendant le confinement.Dimanche, le petit stade d'entraînement Alfredo Di Stefano était vide, mais le public merengue a pu apprécier devant sa télévision le retour en forme de l'international belge (29 ans, 105 sél.), passeur décisif sur le but de Sergio Ramos avant de sortir à l'heure de jeu... finalement par simple précaution."Il offre des buts et nous égaie déjà", a résumé Marca, le journal le plus vendu du pays, dans son édition en ligne dimanche. "Hazard a donné l'impression qu'il sera le leader du Real pour la dernière ligne droite de cette saison. C'est un crack."Son duo avec l'avant-centre Karim Benzema a fait des étincelles. "Son association avec Benzema a envoyé un message: pour viser le titre, la plupart des options passeront par eux", a assuré Marca."Pour ceux qui aiment le foot, c'est un régal de les voir combiner", a encensé Zidane dimanche après le match, ravi de ce nouveau tandem de l'attaquant français, un peu esseulé après le départ de Cristiano Ronaldo.Cette relation particulière avec un autre francophone déjà installé depuis des années à Madrid est une des raisons qui a convaincu Hazard de signer au Real, l'été dernier. "Pour moi, c'est le meilleur avant-centre du monde. Je crois que le fait de m'entraîner à ses côtés va me faire progresser. Je m'imagine déjà combiner avec lui, même s'il faut déjà que je joue pour cela", déclarait l'ailier lors de sa première conférence de presse à la "Maison blanche", l'été dernier.Une phrase qui semble aujourd'hui prémonitoire. Car avec 24 matches manqués cette saison pour cause de blessures, les premiers mois au Real d'"Ederzinho", comme le surnomment les Brésiliens du club, ont ressemblé à un cauchemar.Après avoir manqué la reprise du championnat 2019/20, Hazard a été touché à la cheville droite lors d'un contact avec son compatriote Thomas Meunier contre le Paris SG en Ligue des champions le 26 novembre (2-2). D'abord soigné pour une simple "contusion", Hazard devait être indisponible dix jours. Mais une "microfracture" à la malléole droite lui a ensuite été diagnostiquée, prolongeant sa convalescence jusqu'en février.Quelques jours après son retour à la compétition, le Real Madrid essuie alors sa deuxième défaite de la saison en championnat sur le terrain de Levante (1-0) et Hazard s'écroule à nouveau. L'ancien de Chelsea et de Lille regagne son banc en boitant et une poche de glace lui est posée sur cette même cheville droite. Bilan: fissure au "péroné distal droit". Trois mois d'absence.Le confinement lié à la pandémie de nouveau coronavirus a permis au Belge de poursuivre sa rééducation sans rater trop de matches, après son opération le 5 mars à Dallas (Texas, Etats-Unis).La réapparition de cette même poche de glace sur sa cheville droite, dimanche soir après sa sortie (61e), a donc inquiété les supporters madrilènes. Une frayeur bénigne, un soin préventif."Ca fait du bien du voir qu'il n'a pas peur d'aller au contact", s'est réjoui "Zizou" dimanche, après s'être assuré que son protégé allait bien. "Hazard est revenu et n'a peur de rien", a prévenu le journal As lundi.L'ailier s'est entraîné normalement avec le reste de ses coéquipiers mardi, et devrait être dans le groupe pour affronter Valence jeudi (22h00/20h00 GMT). Un match déjà crucial pour le Real et Hazard, distancés à cinq points du leader Barcelone mardi après la victoire blaugrana contre Leganés (2-0).