Antonio Cassano, ça vous dit quelque chose ? Dans ses grandes années, cet enfant terrible du foot italien formait un duo infernal avec Mario Balotelli, autre tête brûlée, en équipe nationale. Cassano a aujourd'hui 38 ans, et a mis fin à sa carrière en 2017. Onze ans auparavant, il avait fait un passage au Real (2006-2008). Mais ça n'a pas été sa période la plus glorieuse : il n'a joué que 29 matches sous le maillot du géant espagnol et marqué seulement quatre buts.

Un bilan insuffisant qui s'expliquait par un conflit avec le coach, Fabio Capello, et par un problème de surpoids. Un souci qui n'était pas simplement dû à de mauvaises habitudes alimentaires. Il était aussi provoqué par... un sponsor du Real. C'est en tout cas ce que Cassano a dévoilé récemment. "Chaque mois, on recevait cinq kilos de Nutella. Je l'avalais directement, à la cuillère. En sept mois, j'ai pris quatorze kilos."

On attend maintenant le premier match qu'Eden Hazard disputera intégralement. Ce n'est pas encore arrivé cette saison.

On a vérifié, Nutella n'est plus sponsor du Real aujourd'hui. Donc, pas de choco gratos pour Eden Hazard. On a aussi checké, des firmes comme McDonald's et Burger King ne sponsorisent pas le Real. Par contre, il y a Mahou (une bière espagnole) et Coca-Cola...

90 minutes, c'est pour quand ?

Le Real a eu toute la semaine pour préparer son match de ce samedi contre Levante. Vu l'élimination pénible en Coupe d'Espagne par un club de D4, l'équipe était au repos forcé cette semaine. D'un coup, le calendrier est devenu un peu moins infernal. Toute situation problématique peut avoir l'un ou l'autre avantage ! Le fait de pouvoir souffler, c'est tout bénéfice pour Eden Hazard, qui continue à soigner son retour en pleine forme. On attend maintenant le premier match qu'il disputera intégralement. Ce n'est pas encore arrivé cette saison.

La victoire 1-4 sur le terrain du Deportivo Alavés n'était que le deuxième match de la saison où le Real marquait quatre buts ou plus. La fois précédente, c'était fin octobre face à Huesca (4-1). Ce jour-là, Karim Benzema en avait mis deux, et Hazard avait lui aussi scoré.

Eden marque toutes les 187 minutes, soit un but tous les deux matches environ. Ce n'est pas mauvais. Mais ça pourrait être mieux...

La saison passée, le Real s'est imposé six fois sur une différence d'au moins quatre goals. La saison d'avant, celle où trois entraîneurs s'étaient relayés, dix fois. L'équipe a donc du retard sur sa feuille de route. Et on reparle inévitablement de Cristiano Ronaldo et du vide qu'il a laissé. Lors de sa dernière saison en Espagne, en 2017-2018, l'équipe avait marqué près de 2,5 buts par match de Liga en moyenne. Aujourd'hui, le Real en est à 34 buts en 19 matches, soit une moyenne de 1,78.

Eden Hazard n'est pas un buteur-type mais on le juge, lui aussi, sur ses statistiques offensives. Et cette saison, elles ne ressemblent pas à grand-chose : trois buts et pas un seul assist. Toutefois, pour que l'analyse soit complète, on doit signaler qu'il ne totalise que 561 minutes de jeu. Il marque donc toutes les 187 minutes, soit un but tous les deux matches environ. Ce n'est pas mauvais. Mais ça pourrait être mieux... On en revient à la théorie de la bouteille de ketchup développée par Philippe Clement : rien ne sort pendant tout un temps, puis tout vient d'un coup.

Antonio Cassano, ça vous dit quelque chose ? Dans ses grandes années, cet enfant terrible du foot italien formait un duo infernal avec Mario Balotelli, autre tête brûlée, en équipe nationale. Cassano a aujourd'hui 38 ans, et a mis fin à sa carrière en 2017. Onze ans auparavant, il avait fait un passage au Real (2006-2008). Mais ça n'a pas été sa période la plus glorieuse : il n'a joué que 29 matches sous le maillot du géant espagnol et marqué seulement quatre buts.Un bilan insuffisant qui s'expliquait par un conflit avec le coach, Fabio Capello, et par un problème de surpoids. Un souci qui n'était pas simplement dû à de mauvaises habitudes alimentaires. Il était aussi provoqué par... un sponsor du Real. C'est en tout cas ce que Cassano a dévoilé récemment. "Chaque mois, on recevait cinq kilos de Nutella. Je l'avalais directement, à la cuillère. En sept mois, j'ai pris quatorze kilos."On a vérifié, Nutella n'est plus sponsor du Real aujourd'hui. Donc, pas de choco gratos pour Eden Hazard. On a aussi checké, des firmes comme McDonald's et Burger King ne sponsorisent pas le Real. Par contre, il y a Mahou (une bière espagnole) et Coca-Cola...Le Real a eu toute la semaine pour préparer son match de ce samedi contre Levante. Vu l'élimination pénible en Coupe d'Espagne par un club de D4, l'équipe était au repos forcé cette semaine. D'un coup, le calendrier est devenu un peu moins infernal. Toute situation problématique peut avoir l'un ou l'autre avantage ! Le fait de pouvoir souffler, c'est tout bénéfice pour Eden Hazard, qui continue à soigner son retour en pleine forme. On attend maintenant le premier match qu'il disputera intégralement. Ce n'est pas encore arrivé cette saison.La victoire 1-4 sur le terrain du Deportivo Alavés n'était que le deuxième match de la saison où le Real marquait quatre buts ou plus. La fois précédente, c'était fin octobre face à Huesca (4-1). Ce jour-là, Karim Benzema en avait mis deux, et Hazard avait lui aussi scoré.La saison passée, le Real s'est imposé six fois sur une différence d'au moins quatre goals. La saison d'avant, celle où trois entraîneurs s'étaient relayés, dix fois. L'équipe a donc du retard sur sa feuille de route. Et on reparle inévitablement de Cristiano Ronaldo et du vide qu'il a laissé. Lors de sa dernière saison en Espagne, en 2017-2018, l'équipe avait marqué près de 2,5 buts par match de Liga en moyenne. Aujourd'hui, le Real en est à 34 buts en 19 matches, soit une moyenne de 1,78.Eden Hazard n'est pas un buteur-type mais on le juge, lui aussi, sur ses statistiques offensives. Et cette saison, elles ne ressemblent pas à grand-chose : trois buts et pas un seul assist. Toutefois, pour que l'analyse soit complète, on doit signaler qu'il ne totalise que 561 minutes de jeu. Il marque donc toutes les 187 minutes, soit un but tous les deux matches environ. Ce n'est pas mauvais. Mais ça pourrait être mieux... On en revient à la théorie de la bouteille de ketchup développée par Philippe Clement : rien ne sort pendant tout un temps, puis tout vient d'un coup.