"Il a eu un peu de mal à entrer dans le match, il a été meilleur en deuxième période. Il n'a pas l'habitude de jouer sur le côté droit comme cela, mais quand il est venu jouer dans l'axe pour combiner avec Karim (Benzema), il a été très bon, très actif. Il pourra être une menace supplémentaire pour la deuxième partie de saison". Ca c'est pour la version officielle de Carlo Ancelotti sur la prestation d'Eden Hazard ce dimanche contre Cadiz. Le technicien italien a toujours été un adepte de la langue de bois comme en attestent ses déclarations passées.
...

"Il a eu un peu de mal à entrer dans le match, il a été meilleur en deuxième période. Il n'a pas l'habitude de jouer sur le côté droit comme cela, mais quand il est venu jouer dans l'axe pour combiner avec Karim (Benzema), il a été très bon, très actif. Il pourra être une menace supplémentaire pour la deuxième partie de saison". Ca c'est pour la version officielle de Carlo Ancelotti sur la prestation d'Eden Hazard ce dimanche contre Cadiz. Le technicien italien a toujours été un adepte de la langue de bois comme en attestent ses déclarations passées."Il va avoir du temps de jeu, mais en tant que titulaire, il faut que j'y réfléchisse. S'il garde la foi, il aura une opportunité. Ça peut être demain, ça peut ne pas être demain. L'important est qu'il reste investi. ", ces propos datent du 5 novembre et il aura fallu plus d'un mois pour retrouver Hazard dans la peau d'un titulaire au Real Madrid... L'ailier belge a bien été touché par une grippe intestinale qui a encore ralenti son retour mais cette accumulation de déboires a forcément fini par lasser Carletto pour qui le Diable rouge ne ferait toujours pas assez preuve de sérieux selon certaines rumeurs lancées dans la presse d'outre-Pyrénées. Sans compter que ses pépins physiques posent aussi la question de son rôle dans le 4-3-3 de l'entraîneur transalpin. Barré sur le flanc gauche par un Vinicius Jr en pleine bourre cette saison, Hazard a du être replacé sur l'autre flanc où il n'a jamais su exprimer ses qualités même au sommet de son art. Moins dans le un contre un et moins vif, le numéro 7 madrilène se sent sans doute plus à l'aise dans un rôle axial près de l'attaquant qui n'existe pas vraiment dans le système de Carletto. Pour espérer briller au Santiago Bernabeu, Hazard est donc contraint de s'adapter ou de se réinventer car le joueur qui a tant enchanté les pelouses anglaises semble désormais être qu'un lointain souvenir.Contre Cadiz, le capitaine des Diables rouges retrouvait une place dans le onze de base merengue pour la première fois depuis 3 mois jour pour jour. Le 19 septembre, Hazard restait 78 minutes sur la pelouse du Mestalla où les pensionnaires de la Casa Blanca l'emportaient sur le score de 1-2. Cette fois, le natif de La Louvière est resté l'ensemble des 90 minutes sur la pelouse. Et pour retrouver trace d'un match complet d'Eden Hazard sous le maillot blanc, il faut remonter au 23 novembre... 2019 lors d'un match de Liga contre la Real Sociedad, soit... deux ans et 26 jours. On pourrait signaler qu'il n'avait été remplacé qu'à la 89e minute de la demi-finale retour de la Champions League contre Chelsea le 5 mai (7 mois et 14 jours) de cette année et que cela pourrait aussi compter pour un match complet. Avec les Diables rouges, il faut remonter au match de poule de l'Euro contre la Finlande du 21 juin pour retrouver trace du dernier match complet du capitaine de la sélection nationale.Niveau stats, Eden Hazard n'aura pas su marquer son retour de son empreinte, le Real Madrid étant finalement accroché dans son Santiago Bernabeu. Son dernier et seul assist de la saison remonte à la première journée de Liga lors du déplacement au Deportivo Alaves (14 août) et pour trouver trace de son dernier but, il faut même faire un retour dans le passé à la saison précédente et un but à Séville le 9 mai. Resté sur le banc lors des trois derniers duels des Merengue, Hazard n'avait plus joué une seule minute pour ses couleurs en championnat depuis le 6 novembre contre le Rayo Vallecano (7 minutes ce jour là). Seule exception, les 9 minutes contre l'Inter dans un match de Ligue des Champions comptant pour du beurre voici 12 jours.Le passif d'Eden Hazard à la Casa Blanca semble être devenu trop important que pour espérer un retour en grâce. Et ce, malgré qu'Ancelotti ait dit qu'il pourrait être une menace supplémentaire pour la deuxième partie de saison. On sait évidemment que la roue peut tourner très vite en football, mais le problème reste que le Brainois n'a plus droit, depuis bien longtemps, au moindre cadeau, tant de la part du public madrilène, que de la presse ou de son club, résigné à devoir admettre que les 160 millions dépensés lors de l'été 2019 l'ont été pour rien. On ressortira encore les statistiques, mais c'est certain qu'un but toutes les 591 minutes et un assist toutes les 328 minutes quand vous n'avez déjà disputé que 28 % du temps de jeu possible depuis votre arrivée ne vous aide pas à vous faire que des amis.Le retour du numéro 7 madrilène contre Cadiz a évidemment attiré l'attention de la presse espagnole, toujours prompte à dégainer dès qu'il s'agit de parler de l'onéreuse recrue. As s'est plutôt montré encourageant à l'égard de l'aîné des frères Hazard en soulignant qu'il avait été l'attaquant le plus incisif des siens. "En deuxième mi-temps, Eden Hazard a montré ce qu'il pouvait apporter à cette équipe. Sa première mi-temps a été médiocre, à l'image du reste de l'équipe, mais il a montré ensuite qu'il n'est pas totalement perdu et qu'il peut apporter un plus à l'attaque madrilène. Quand le match était compliqué pour Madrid, c'est lui qui créait le plus de danger et il aurait pu marquer de la tête. Il a tiré deux fois au but, provoqué trois fautes et réussi 46 des 55 passes (83,6%) qu'il a tentées. Sans aucun doute, l'attaquant le plus incisif pour les Merengues dans un match loin d'être simple pour un retour." En effet, on peut voir quelques légers signes d'amélioration dans ses chiffres du jours. Deux tirs, c'est pratiquement le double de ses tentatives en moyenne depuis qu'il a débarqué Liga. Son pourcentage de passes réussies est en revanche en-dessous de sa moyenne en Liga cette saison (90.9%) et de son plus mauvais pourcentage moyen en Espagne (85,9% lors de l'exercice 2019-2020). Il se trouve même en dessous de moyenne de l'Euro avec pourtant un match très compliqué contre le Portugal où il fut matraqué en permanence (86,3%). Mais la lecture peut aussi être vue différemment en tenant compte des prises de risques et des initiatives amorcées avec ses passes. En accumulant les blessures, Hazard a fini par moins provoquer ses adversaires et avoir tendance à assurer des passes simples sans grandes prises de risque. Lors de ses grandes années à Chelsea où il fut élu meilleur joueur de la compétition (2015) et meilleur passeur de Premier League (2019), le Brainois tournait environ entre 84 et 85% de passes réussies, preuve qu'un pourcentage plus élevé ne rend pas forcément un joueur meilleur surtout dans ce rôle d'ailier. Il a aussi tenté 55 passes dans ce match contre Cadiz, c'est à dire dans les standards de ses meilleures saisons avec Chelsea ou les Diables rouges. Il a aussi réussi 5 passes clés (soit une de moins que lors de sa dernière titularisation à Valence), touché 83 ballons (11 de plus que Vinicius et 10 de plus que Benzema) et perdu 17 ballons (seul Casemiro a fait moins bien au Real lors de ce match).Preuve qu'Hazard revient un peu dans le bon , même si ce nombre élevé s'explique aussi en grande partie par la physionomie d'un match ou la Casa Blanca a eu la possession du cuir pendant 82% du temps.UN LEGER MIEUX STATISTIQUE EN TROMPE-L'OEILLors de ses bonnes saisons en Blue, le nombre de tentatives de tirs par match du capitaine belge tournait aussi entre 2 et 2,5 par rencontres. Il a tenté deux tirs ce dimanche soir dans un match où les ouailles de Carlo Ancelotti auront tiré à 36 reprises en direction du but de Cadiz, en vain. Niveau dribbles, Hazard en a réussi 3 (sur 8 cependant). C'est bien meilleur que ses moyennes madrilène mais à peine proche de ce qu'il réussissait à Chelsea ou sous les couleurs nationales. On est évidemment très loin des 10 dribbles réussis en autant de tentatives lors de son récital contre le Brésil en quart de finale du Mondial 2018.Si ces chiffres montrent quand même une petite éclaircie, ils ne doivent évidemment pas inciter à un enthousiasme et à un optimisme le plus débordant. La Belgique du foot aimerait sauver le soldat Hazard, mais il faut aussi garder de la lucidité. L'analyse de l'autre quotidien de la capitale espagnole Marca, allait d'ailleurs plutôt dans ce sens. "Eden Hazard a-t-il mal joué ? Non... Mais ce n'était pas bon non plus. On attend beaucoup de lui et le sentiment actuel reste qu'il est à des années-lumière de son meilleur niveau... et de celui de ses coéquipiers. Il a proposé trop peu footballistiquement et manqué d'enthousiasme en première mi-temps. Il serait injuste de le condamner sur ce seul match, mais on attendait un peu plus de lui pour une fois qu'il avait droit à sa place dans le onze. Dans la dernière partie de la rencontre, il s'est un peu amélioré. Au moins, il a essayé... Mais son physique ne lui permet plus de déborder comme avant et son football s'en ressent forcément." CINQ MOIS POUR CHANGER SA SITUATION AVANT LA VENUE D'MBAPPE ?Marca met évidemment le doigt là où ça fait mal: le physique. Le joueur déroutant que l'on a connu appartient malheureusement au passé et n'a pas su se réinventer pour contrer non seulement les dégâts causés à son corps par les blessures mais aussi les effets naturels du temps sur son potentiel physique. Eden n'a jamais été un accro de l'entraînement. Il a pu capitaliser sur son incroyable talent pendant de nombreuses années en fermant les yeux sur le fait que quand le corps ne suivrait plus son jeu en pâtirait forcément. Le voici désormais condamné à mettre le cap au centre ou à droite pour espérer avoir droit à du temps sur le pré s'il continue de porter la tunique blanche. Contre Cadiz, les statistiques d'un Vinicius Jr qui avait laissé une partie de son inspiration au vestiaire n'étaient certainement pas inférieures à celles d'Hazard: 4 tirs, 4 dribbles, 96% de passes réussies, 73 ballons touchés, 1 passe clé et seulement 2 ballons dont il fut dépossédé (pour quatre à Hazard). Et comme le rappelle As, pourtant le plus indulgent à son égard : "La concurrence sur l'aile et l'arrivée potentielle de Mbappé rendent difficile pour lui de se faire une place dans l'équipe", commente AS. "Il aura besoin de régularité et de buts pour y parvenir. Il a désormais cinq mois pour changer sa situation."Mais Eden Hazard en est-il encore capable et surtout est-ce qu'Ancelotti est prêt à l'aider ? Rien n'est moins sûr et le risque que les paroles d'après-match de l'Italien résonnent comme le refrain d'une célèbre chanson de Dalida est grand.