La technologie Pavegen fonctionne grâce à l'installation de 200 plaques disposées en dessous de la pelouse. Ces plaques composées à 80% de matériaux recyclés collectent l'énergie cinétique générée par les joueurs. L'énergie récoltée est ensuite couplée à celle fournie par un panneau solaire proche du terrain.

La légende du football Pelé s'est dite impressionnée par le système développé par une entreprise britannique. " Les technologies ont tellement évolué depuis que j'ai arrêté le football. Ce terrain est le résultat d'une extraordinaire alliance entre le football et la science. Les habitants de Mineira pourront jouer au football de manière sûre grâce à ce système".

Un cadeau aux habitants, mais qui a un coût

Le terrain a été entièrement financé par la compagnie pétrolière Shell, qui soutient chaque année des projets de jeunes entrepreneurs. "Nous sommes encore en train de développer cette technologie de sorte que les coûts ne cessent de diminuer", a expliqué à l'AFP le président-fondateur de l'entreprise Pavegen, le britannique Lawrence Kembell-Cook. "Nous avons tout implanté gratuitement. Ce projet ne va rien coûter aux habitants", a promis André Araujo, président de la compagnie Shell Brasil, qui a donné l'impulsion à ce projet avec la mairie de Rio. "Maintenant, nous laissons toute la gestion du stade entre les mains des habitants", a-t-il ajouté.

Gratuit pour les habitants ? A première vue oui, mais dans les faits, c'est différent. Le projet, d'abord approuvé par les habitants, divise Mineira. Certains se plaignent du prix de location exorbitant. Pour jouer en semaine, ils doivent dépenser 18€ par heure et par équipe. Le week-end, cela grimpe à 22€. Des sommes conséquentes pour ces habitants d'une zone défavorisée. "Du lundi au vendredi, le terrain est vide ", explique Bruno Olivera, un employé hospitalier âgé de 25 ans. "Aujourd'hui, nous devons jouer hors de notre communauté parce que nous ne sommes pas en condition de payer. Ceux qui jouent ici viennent d'ailleurs ", se plaint-il.

La technologie Pavegen fonctionne grâce à l'installation de 200 plaques disposées en dessous de la pelouse. Ces plaques composées à 80% de matériaux recyclés collectent l'énergie cinétique générée par les joueurs. L'énergie récoltée est ensuite couplée à celle fournie par un panneau solaire proche du terrain.La légende du football Pelé s'est dite impressionnée par le système développé par une entreprise britannique. " Les technologies ont tellement évolué depuis que j'ai arrêté le football. Ce terrain est le résultat d'une extraordinaire alliance entre le football et la science. Les habitants de Mineira pourront jouer au football de manière sûre grâce à ce système". Un cadeau aux habitants, mais qui a un coûtLe terrain a été entièrement financé par la compagnie pétrolière Shell, qui soutient chaque année des projets de jeunes entrepreneurs. "Nous sommes encore en train de développer cette technologie de sorte que les coûts ne cessent de diminuer", a expliqué à l'AFP le président-fondateur de l'entreprise Pavegen, le britannique Lawrence Kembell-Cook. "Nous avons tout implanté gratuitement. Ce projet ne va rien coûter aux habitants", a promis André Araujo, président de la compagnie Shell Brasil, qui a donné l'impulsion à ce projet avec la mairie de Rio. "Maintenant, nous laissons toute la gestion du stade entre les mains des habitants", a-t-il ajouté.Gratuit pour les habitants ? A première vue oui, mais dans les faits, c'est différent. Le projet, d'abord approuvé par les habitants, divise Mineira. Certains se plaignent du prix de location exorbitant. Pour jouer en semaine, ils doivent dépenser 18€ par heure et par équipe. Le week-end, cela grimpe à 22€. Des sommes conséquentes pour ces habitants d'une zone défavorisée. "Du lundi au vendredi, le terrain est vide ", explique Bruno Olivera, un employé hospitalier âgé de 25 ans. "Aujourd'hui, nous devons jouer hors de notre communauté parce que nous ne sommes pas en condition de payer. Ceux qui jouent ici viennent d'ailleurs ", se plaint-il.