Respectivement deuxième et troisième en 2019/2020, le Partizan et Vojvodina ont subi la loi de l'Étoile Rouge de Belgrade, autoritaire leader du championnat de Serbie depuis trois ans. Cette saison, après huit journées de compétition, les trois équipes occupent la même position au classement. Le Partizan, avec six victoires et deux défaites, n'a qu'un point d'avance sur Vojvodina qui compte cinq victoires, deux nuls et une défaite.
...

Respectivement deuxième et troisième en 2019/2020, le Partizan et Vojvodina ont subi la loi de l'Étoile Rouge de Belgrade, autoritaire leader du championnat de Serbie depuis trois ans. Cette saison, après huit journées de compétition, les trois équipes occupent la même position au classement. Le Partizan, avec six victoires et deux défaites, n'a qu'un point d'avance sur Vojvodina qui compte cinq victoires, deux nuls et une défaite.Le Partizan Belgrade est un des clubs historiques de Serbie. Championne à huit reprises depuis 2008 et 19 fois avant l'indépendance du pays, l'équipe est une habituée des Coupes d'Europe. À son actif : une finale de Coupe des clubs champions, en 1966, avec une défaite face au Real Madrid à la clé. La saison dernière, les Serbes ont accédé au poules de l'Europa League. Après s'être inclinés deux fois contre Manchester United et avoir concédé deux nuls face à l'AZ Alkmaar, ils ont été éliminés.Aux premiers tours de qualifications, ils se sont imposés face aux Lettons du FK RFS et aux Moldaves du FC Sfintul Gheorghe sur le même score : 1-0. Dirigés par un nouveau coach depuis trois rencontres, Aleksandar Stanojevic, les joueurs sont toujours un peu en rodage. "Bibras Natcho est de loin le meilleur joueur de l'équipe. Un meneur de jeu expérimenté qui a déjà marqué cinq buts et délivré deux passes décisives en sept matches", a expliqué Mihaljo Todic, journaliste serbe, à Walfoot.Du côté de Novi Sad, l'expérience sur la scène européenne est plus limitée. Finalistes de la Coupe Intertoto en 1998, les Serbes s'étaient inclinés face au Werder Brême. Depuis la saison 1999-2000 et une défaite contre le Slavia Prague au premier tour de la Coupe UEFA, ils n'ont plus jamais atteint une phase finale. Leur dernier match de coupe d'Europe, avant la rencontre de ce soir, remonte à 2017, lorsqu'ils ont été éliminés au premier tour des qualifications de l'Europa League par les Slovaques du MFK Ruzomberok."Ils ont d'ores et déjà annoncé que ce serait le match du siècle. Ils en ont fait une priorité", a affirmé Ivan Vukomanovic, ancien coach serbe du Standard, à la DH. Mais les Rouches sont clairement favoris dans cet affrontement. Avec un budget sept fois supérieur, ils ont un noyau et un championnat d'une qualité supérieure. "Si vous entrez dans le défi physique, vous faites leurs affaires. Mais si le Standard met du rythme, avec des joueurs rapides comme Carcela, et joue les transitions, alors cela peut être plié en 45 minutes", précise Vukomanovic. Voilà les Liégeois prévenus.Liégeois et Carolos ont en tout cas leur chance et partent même favoris. Mais ils devront rester méfiants et fournir une prestation complète et sérieuse afin d'accéder aux barrages. S'ils remportent leur confrontation, les Rouches rencontreront le vainqueur de Fehérvar - Stade de Reims tandis que les Zèbres recevront le Lech Poznan pour atteindre leur objectif : les poules de l'Europa League.Par Samuel Gothot (st.)