"Mou" ne fera cependant pas de sentiments au moment de recroiser son ancien avant-centre fétiche, qui a fait les beaux jours des Blues de 2004 à 2012 avec à la clé un succès en C1. Avec l'arrivée du technicien portugais, Chelsea, actuel leader de la Premier League, est redevenu un coffre-fort et un candidat crédible à la victoire finale dans le sillage d'un Eden Hazard en feu.

Malgré toute la bonne volonté de Drogba et de Wesley Sneijder, un autre ex-joueur de Mourinho avec qui il a remporté la Ligue des champions sous les couleurs de l'Inter Milan en 2010, Galatasaray, largement distancé en Turquie par Fenerbahçe, aura bien du mal à bouger les Londoniens.

Le Real ira également en Allemagne avec une confiance au top surtout depuis sa prise de pouvoir en Liga. Mais l'une des missions assignées à Carlo Ancelotti est de ramener une 10e Ligue des champions, 12 ans après la dernière, et l'Italien n'aura pas vraiment le droit à l'erreur sur la scène européenne, du moins à ce stade de l'épreuve contre un adversaire à sa portée. Reste aux Merengues à briser une terrible statistique: le Real n'a gagné qu'un seul match sur 25 disputés en Allemagne, et c'était il y a 14 ans. Les Madrilènes ont ainsi concédé 6 défaites consécutives en Allemagne, dont un cinglant 4-1 l'an dernier à Dortmund, en demi-finale.

"Mou" ne fera cependant pas de sentiments au moment de recroiser son ancien avant-centre fétiche, qui a fait les beaux jours des Blues de 2004 à 2012 avec à la clé un succès en C1. Avec l'arrivée du technicien portugais, Chelsea, actuel leader de la Premier League, est redevenu un coffre-fort et un candidat crédible à la victoire finale dans le sillage d'un Eden Hazard en feu. Malgré toute la bonne volonté de Drogba et de Wesley Sneijder, un autre ex-joueur de Mourinho avec qui il a remporté la Ligue des champions sous les couleurs de l'Inter Milan en 2010, Galatasaray, largement distancé en Turquie par Fenerbahçe, aura bien du mal à bouger les Londoniens. Le Real ira également en Allemagne avec une confiance au top surtout depuis sa prise de pouvoir en Liga. Mais l'une des missions assignées à Carlo Ancelotti est de ramener une 10e Ligue des champions, 12 ans après la dernière, et l'Italien n'aura pas vraiment le droit à l'erreur sur la scène européenne, du moins à ce stade de l'épreuve contre un adversaire à sa portée. Reste aux Merengues à briser une terrible statistique: le Real n'a gagné qu'un seul match sur 25 disputés en Allemagne, et c'était il y a 14 ans. Les Madrilènes ont ainsi concédé 6 défaites consécutives en Allemagne, dont un cinglant 4-1 l'an dernier à Dortmund, en demi-finale.