La belle histoire de Mertens commence en août 2012 contre les Pays-Bas. À cette occasion, l'ailier de poche, qui évolue alors aux PSV, est l'auteur d'une excellente montée au jeu. Marc Wilmots lui accorde alors sa confiance pour la première rencontre de qualification, à Cardiff.

Dries Mertens est, à ce moment, un membre à part entière de l'équipe. S'il n'est pas aligné d'entrée, il monte au jeu.

Le 26 mars, Dries Mertens est titularisé contre la Macédoine. À la mi-temps, il cède sa place à Kévin Mirallas. Après la rencontre, le louvaniste lâchera : "Ce n'est pas gai. Il faudra qu'on m'explique..."

A l'époque, il ne le sait pas encore, mais ce qui sera encore moins gai pour Dries Mertens, c'est que cela sera sa dernière apparition dans cette phase de qualification. À gauche, Eden Hazard monte progressivement en puissance au fil des matchs. A droite, Kevin De Bruyne s'est imposé comme l'un des poumons de l'équipe. Dans les faits, ce sont souvent Kevin Mirallas et Nacer Chadli qui les remplacent.

Le statut de "joker de luxe", que maudissait tant Dries Mertens, est désormais posé sur la tête d'un Kevin Mirallas, efficace à chaque montée au jeu. Le Napolitain vit dans l'ombre de ces joueurs, et doit se contenter d'une place sur le banc pour les cinq dernières rencontres.

Sa place est-elle mise en danger pour la Coupe du monde ?

Contre le Pays de Galles, Dries Mertens n'aura pas participé à la fête. Les deux attaquants latéraux ont pourtant été remplacés en cours de match. Mais lui est resté sur le banc, au profit de ... Zakaria Bakkali. Néo-Diable Rouge, le belgo-marocain a reçu ses premières minutes de temps de jeu sous la vareuse rouge.

En attaque, les flancs belges sont plutôt bien garnis. Chadli, Hazard, Mirallas, De Bruyne, Mertens, Bakkali sont des candidats sérieux. Si l'on ajoute à cela l'intégration progressive de Thorgan Hazard et Maxime Lestienne lors du stage aux USA, ou les déclarations récentes de Marc Wilmots à propos de Yannick Ferreira Carrasco, les places pour le Brésil risquent d'être chères.

Dries Mertens part bien sûr avec un avantage sur Thorgan Hazard ou Lestienne, mais attention tout de même! Avec Hazard, Mirallas, Bakkali et Mertens, Marc Wilmots dispose de quatre formats de poche, vifs et percutants. Trop de profils similaires pour trop peu de places disponibles ?

En difficulté dans son club de Naples, Dries Mertens va devoir sortir une grosse saison pour bousculer la hiérarchie.

La belle histoire de Mertens commence en août 2012 contre les Pays-Bas. À cette occasion, l'ailier de poche, qui évolue alors aux PSV, est l'auteur d'une excellente montée au jeu. Marc Wilmots lui accorde alors sa confiance pour la première rencontre de qualification, à Cardiff. Dries Mertens est, à ce moment, un membre à part entière de l'équipe. S'il n'est pas aligné d'entrée, il monte au jeu. Le 26 mars, Dries Mertens est titularisé contre la Macédoine. À la mi-temps, il cède sa place à Kévin Mirallas. Après la rencontre, le louvaniste lâchera : "Ce n'est pas gai. Il faudra qu'on m'explique..."A l'époque, il ne le sait pas encore, mais ce qui sera encore moins gai pour Dries Mertens, c'est que cela sera sa dernière apparition dans cette phase de qualification. À gauche, Eden Hazard monte progressivement en puissance au fil des matchs. A droite, Kevin De Bruyne s'est imposé comme l'un des poumons de l'équipe. Dans les faits, ce sont souvent Kevin Mirallas et Nacer Chadli qui les remplacent. Le statut de "joker de luxe", que maudissait tant Dries Mertens, est désormais posé sur la tête d'un Kevin Mirallas, efficace à chaque montée au jeu. Le Napolitain vit dans l'ombre de ces joueurs, et doit se contenter d'une place sur le banc pour les cinq dernières rencontres. Sa place est-elle mise en danger pour la Coupe du monde ? Contre le Pays de Galles, Dries Mertens n'aura pas participé à la fête. Les deux attaquants latéraux ont pourtant été remplacés en cours de match. Mais lui est resté sur le banc, au profit de ... Zakaria Bakkali. Néo-Diable Rouge, le belgo-marocain a reçu ses premières minutes de temps de jeu sous la vareuse rouge. En attaque, les flancs belges sont plutôt bien garnis. Chadli, Hazard, Mirallas, De Bruyne, Mertens, Bakkali sont des candidats sérieux. Si l'on ajoute à cela l'intégration progressive de Thorgan Hazard et Maxime Lestienne lors du stage aux USA, ou les déclarations récentes de Marc Wilmots à propos de Yannick Ferreira Carrasco, les places pour le Brésil risquent d'être chères.Dries Mertens part bien sûr avec un avantage sur Thorgan Hazard ou Lestienne, mais attention tout de même! Avec Hazard, Mirallas, Bakkali et Mertens, Marc Wilmots dispose de quatre formats de poche, vifs et percutants. Trop de profils similaires pour trop peu de places disponibles ? En difficulté dans son club de Naples, Dries Mertens va devoir sortir une grosse saison pour bousculer la hiérarchie.