Axel Witsel a ouvert le score pour Dortmund (38e). Raphaël Guerreiro (73e et 89e) et Jadon Sancho (83e), entrés en jeu en deuxième période, ont parachevé le succès.

Après le nul de Monaco à Bruges, Dortmund est désormais premier du groupe avec 9 points, devant l'Atlético qui reste à six points. L'ASM et Bruges suivent avec un point.

Ce succès impressionnant est la preuve que la cavalcade de Dortmund en tête de la Bundesliga n'est pas un feu de paille et que l'équipe est encore capable de hausser son niveau de jeu lors des rencontre européennes.

A la fin du match, l'entraîneur des Colchoneros Diego Simeone, qui n'avait jamais perdu 4-0 sur la scène internationale depuis qu'il a pris les rênes du club en 2011, a d'ailleurs rendu un hommage très appuyé à ses adversaires: "Le Borussia a été supérieur, c'est une très belle équipe", a-t-il dit, "ils ne jouent pas la possession de balle inutile, ils jouent verticalement, rapidement, c'est beau à voir. Il faut les féliciter, ils sont sur une très bonne voie."

Son homologue de Dortmund Lucien Favre a eu le triomphe modeste: "Si on analyse ce match, 4-0 est un score très lourd, c'est beaucoup", a-t-il dit: "A 1-0 pour nous, ils tirent sur la barre, ça ne tient pas à grand-chose, s'ils marquent on ne sait pas comment ça peut tourner."

- Docteur Reus -

Les deux équipes, qui se respectaient énormément, se sont en fait longtemps neutralisées. Resserrés en défense, renonçant au pressing haut, les deux blocs ont bien fermé les espaces pendant plus d'une heure.

"Nous allons devoir être patients", avait prédit le capitaine allemand Marco Reus: "Nous n'aurons pas beaucoup d'occasions de but, il sera donc essentiel de bien les utiliser. Ces dernières semaines, nous avons montré cette qualité-là".

Le diagnostic était juste. Jusqu'à la 38e minute, les attaquants des deux côtés n'ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Mais c'est Witsel, l'international belge qui rayonne cette saison au milieu de terrain à Dortmund, qui a le premier trouvé l'ouverture, d'un tir de 20 m, légèrement dévié par Saul, qui laissait Oblak sans réaction (1-0, 38e).

A la reprise, l'Atlético était obligé de se découvrir et passait la vitesse supérieure, sous l'impulsion d'un Rodri rentré à la pause. Saul trouvait même la transversale d'un superbe tir enrobé (53e), avant d'obliger Bürki à se coucher sur une frappe lointaine (56e). Dortmund souffrait mais ne lâchait rien.

Mais le Borussia, cette saison, n'a pas son pareil pour exploiter les contres. A la 73e minute, l'ancien Lorientais Raphaël Guerreiro reprenait victorieusement en pleine course un centre de la gauche d'Achrak Hakimi (2-0, 73e).

La cause était entendue. Et après un dernier tir sur le poteau de Diego Costa (78e), la petite pépite anglaise de Jadon Sancho (83e) puis de nouveau Guerreiro (89e) assommaient les Madrilènes.

Sous les ovations de son légendaire "Mur Jaune", Dortmund s'offrait la première place du groupe et une belle option sur la qualification.

Axel Witsel a ouvert le score pour Dortmund (38e). Raphaël Guerreiro (73e et 89e) et Jadon Sancho (83e), entrés en jeu en deuxième période, ont parachevé le succès.Après le nul de Monaco à Bruges, Dortmund est désormais premier du groupe avec 9 points, devant l'Atlético qui reste à six points. L'ASM et Bruges suivent avec un point.Ce succès impressionnant est la preuve que la cavalcade de Dortmund en tête de la Bundesliga n'est pas un feu de paille et que l'équipe est encore capable de hausser son niveau de jeu lors des rencontre européennes. A la fin du match, l'entraîneur des Colchoneros Diego Simeone, qui n'avait jamais perdu 4-0 sur la scène internationale depuis qu'il a pris les rênes du club en 2011, a d'ailleurs rendu un hommage très appuyé à ses adversaires: "Le Borussia a été supérieur, c'est une très belle équipe", a-t-il dit, "ils ne jouent pas la possession de balle inutile, ils jouent verticalement, rapidement, c'est beau à voir. Il faut les féliciter, ils sont sur une très bonne voie."Son homologue de Dortmund Lucien Favre a eu le triomphe modeste: "Si on analyse ce match, 4-0 est un score très lourd, c'est beaucoup", a-t-il dit: "A 1-0 pour nous, ils tirent sur la barre, ça ne tient pas à grand-chose, s'ils marquent on ne sait pas comment ça peut tourner."- Docteur Reus -Les deux équipes, qui se respectaient énormément, se sont en fait longtemps neutralisées. Resserrés en défense, renonçant au pressing haut, les deux blocs ont bien fermé les espaces pendant plus d'une heure."Nous allons devoir être patients", avait prédit le capitaine allemand Marco Reus: "Nous n'aurons pas beaucoup d'occasions de but, il sera donc essentiel de bien les utiliser. Ces dernières semaines, nous avons montré cette qualité-là".Le diagnostic était juste. Jusqu'à la 38e minute, les attaquants des deux côtés n'ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Mais c'est Witsel, l'international belge qui rayonne cette saison au milieu de terrain à Dortmund, qui a le premier trouvé l'ouverture, d'un tir de 20 m, légèrement dévié par Saul, qui laissait Oblak sans réaction (1-0, 38e).A la reprise, l'Atlético était obligé de se découvrir et passait la vitesse supérieure, sous l'impulsion d'un Rodri rentré à la pause. Saul trouvait même la transversale d'un superbe tir enrobé (53e), avant d'obliger Bürki à se coucher sur une frappe lointaine (56e). Dortmund souffrait mais ne lâchait rien.Mais le Borussia, cette saison, n'a pas son pareil pour exploiter les contres. A la 73e minute, l'ancien Lorientais Raphaël Guerreiro reprenait victorieusement en pleine course un centre de la gauche d'Achrak Hakimi (2-0, 73e).La cause était entendue. Et après un dernier tir sur le poteau de Diego Costa (78e), la petite pépite anglaise de Jadon Sancho (83e) puis de nouveau Guerreiro (89e) assommaient les Madrilènes. Sous les ovations de son légendaire "Mur Jaune", Dortmund s'offrait la première place du groupe et une belle option sur la qualification.