La Belgique qui se déplace en République tchèque samedi dans le cadre des qualifications pour le Mondial-2022, pense au futur.

Outre le jeune défenseur de Rennes, Martinez, a également contacté d'autres joueurs dont le Néerlandais Pascal Struijk évoluant à Leeds en Angleterre.

Mercredi face au pays de Galles (victoire 3-1), la Belgique alignait un trio défensif de trentenaires: Jan Verthongen (33 ans, 121 sélections), Thomas Vermaelen (35 ans, 77 sélections), Toby Alderweireld (32 ans, 103 sélections).

A eu trois : une défense centenaire (100 ans) totalisant 301 sélections. A court terme, cette arrière-garde devra être totalement renouvelée, d'autant plus que Vincent Kompany a pris sa retraite pour devenir entraîneur d'Anderlecht l'été dernier.

Si des éléments comme Jason Denayer (Lyon) ou Leander Dendoncker (Wolverhampton) sont des solutions pour l'avenir, les possibilités de remplacements ne sont pas légion.

D'où l'idée de Martinez de convaincre quelques binationaux de choisir d'évoluer à l'avenir avec les Diables Rouges.

"Il y en a plusieurs", assure le coach espagnol qui n'a toutefois pour le moment cité que deux noms: Adrien Truffert et Pascal Struijk.

Pour ce dernier, l'affaire serait bien engagée.

De nationalité néerlandaise, le protégé de Marcelo Bielsa à Leeds United (Premier League) est né à Anvers et donc éligible pour la sélection belge.

21 ans, grand et solide (1,99m), gaucher et bon relanceur: son profil plaît à Martinez.

"J'ai été très impressionné par ses performances lorsqu'il a commencé à jouer pour Leeds en Championship, confiait récemment Martinez à la RTBF. Nous devons regarder vers l'avenir, or nous n'avons pas ce genre de profil. Un défenseur central gaucher. C'est un joueur dynamique, très présent et qui peut jouer à différentes positions".

Avantage France pour Truffert

Struijk est à ce point flatté qu'il vient de refuser une sélection chez les U21 Oranje et se "donne le temps de la réflexion".

"Dès que nous aurons achevé la procédure d'obtention du passeport belge, il pourra analyser tout cela. Il ne pourra faire un choix définitif qu'à ce moment-là", a expliqué son père dans les médias néerlandais.

Le dossier Adrien Truffert (19 ans) est plus compliqué. Le défenseur de Rennes dispute l'Euro avec les Bleuets et aurait donné sa préférence à l'avenir pour l'équipe de France.

Martinez confirme avoir parlé avec le jeune Français né à Liège: "Oui, j'ai suivi Truffert et j'ai parlé avec lui, mais pas encore de façon concrète. Il s'agissait plus d'une prise d'informations. Ce n'est qu'une première étape."

Le discours de l'ancien entraîneur d'Everton n'a sans doute pas été assez convaincant, "La Truffe" ayant fait savoir à ses proches qu'il donnerait la priorité aux Bleus s'il devait être appelé, selon des médias belges.

Mais du côté de la Fédération belge, on ne désespère pas: tant qu'il n'aura pas joué un match officiel chez les Bleus, Adrien Truffert pourra envisager son avenir en noir-jaune-rouge.

Martinez croise les doigts. Et le coach assure qu'il suit aussi "d'autres joueurs intéressants", afin que la Belgique ne se trouve pas dépourvue quand la génération dorée actuelle fera partie du passé.

La Belgique qui se déplace en République tchèque samedi dans le cadre des qualifications pour le Mondial-2022, pense au futur.Outre le jeune défenseur de Rennes, Martinez, a également contacté d'autres joueurs dont le Néerlandais Pascal Struijk évoluant à Leeds en Angleterre.Mercredi face au pays de Galles (victoire 3-1), la Belgique alignait un trio défensif de trentenaires: Jan Verthongen (33 ans, 121 sélections), Thomas Vermaelen (35 ans, 77 sélections), Toby Alderweireld (32 ans, 103 sélections).A eu trois : une défense centenaire (100 ans) totalisant 301 sélections. A court terme, cette arrière-garde devra être totalement renouvelée, d'autant plus que Vincent Kompany a pris sa retraite pour devenir entraîneur d'Anderlecht l'été dernier.Si des éléments comme Jason Denayer (Lyon) ou Leander Dendoncker (Wolverhampton) sont des solutions pour l'avenir, les possibilités de remplacements ne sont pas légion.D'où l'idée de Martinez de convaincre quelques binationaux de choisir d'évoluer à l'avenir avec les Diables Rouges."Il y en a plusieurs", assure le coach espagnol qui n'a toutefois pour le moment cité que deux noms: Adrien Truffert et Pascal Struijk.Pour ce dernier, l'affaire serait bien engagée.De nationalité néerlandaise, le protégé de Marcelo Bielsa à Leeds United (Premier League) est né à Anvers et donc éligible pour la sélection belge.21 ans, grand et solide (1,99m), gaucher et bon relanceur: son profil plaît à Martinez."J'ai été très impressionné par ses performances lorsqu'il a commencé à jouer pour Leeds en Championship, confiait récemment Martinez à la RTBF. Nous devons regarder vers l'avenir, or nous n'avons pas ce genre de profil. Un défenseur central gaucher. C'est un joueur dynamique, très présent et qui peut jouer à différentes positions".Avantage France pour TruffertStruijk est à ce point flatté qu'il vient de refuser une sélection chez les U21 Oranje et se "donne le temps de la réflexion"."Dès que nous aurons achevé la procédure d'obtention du passeport belge, il pourra analyser tout cela. Il ne pourra faire un choix définitif qu'à ce moment-là", a expliqué son père dans les médias néerlandais.Le dossier Adrien Truffert (19 ans) est plus compliqué. Le défenseur de Rennes dispute l'Euro avec les Bleuets et aurait donné sa préférence à l'avenir pour l'équipe de France. Martinez confirme avoir parlé avec le jeune Français né à Liège: "Oui, j'ai suivi Truffert et j'ai parlé avec lui, mais pas encore de façon concrète. Il s'agissait plus d'une prise d'informations. Ce n'est qu'une première étape."Le discours de l'ancien entraîneur d'Everton n'a sans doute pas été assez convaincant, "La Truffe" ayant fait savoir à ses proches qu'il donnerait la priorité aux Bleus s'il devait être appelé, selon des médias belges.Mais du côté de la Fédération belge, on ne désespère pas: tant qu'il n'aura pas joué un match officiel chez les Bleus, Adrien Truffert pourra envisager son avenir en noir-jaune-rouge.Martinez croise les doigts. Et le coach assure qu'il suit aussi "d'autres joueurs intéressants", afin que la Belgique ne se trouve pas dépourvue quand la génération dorée actuelle fera partie du passé.