On sait que la question paraît anodine mais la réponse ne coule cependant pas de source. Certains pensent que Wilmots pourrait être tenté d'utiliser une autre solution (genre Kevin Mirallas). D'autres doutent de la capacité de Lukaku à combiner. Pourtant, les statistiques anglaises des deux dernières saisons (2012-2013 et 2013-2014) démontent certaines idées reçues. Moins tranchant dans les combinaisons ? Faux.

Il a un meilleur pourcentage de passes dans les 30 derniers mètres que Benteke (65,1% pour 54,2%). Moins technique ? Faux. Il tente davantage de dribbles (76 contre 66) et en réussit plus que l'attaquant d'Aston Villa (48,7% contre 40,9%). Par contre, contrairement à l'idée reçue, il est moins physique que Benteke, ne gagnant que 37% de ses duels (contre 49,1%).

" José Mourinho, en début de saison, et Steve Clarke, la saison passée, ont souvent dit que Lukaku avait une puissance physique impressionnante mais qu'il devait encore veiller à mieux utiliser son corps ", dit John Cross, journaliste au Daily Mirror. " Je pense que cette statistique explique ce qu'ils voulaient dire. Lukaku est un monstre physique et il doit donc remporter la plupart de ses duels. Ce qui n'est pas encore le cas. D'ailleurs, on le voit énormément encore trop souvent refuser le duel et redescendre dans le jeu pour proposer une solution.

C'est ce qui fait à la fois sa force (il est imprévisible et bouge beaucoup, ce qui complique le rôle des défenseurs) et le rend vulnérable (puisqu'il ne fait pas encore la loi dans le rectangle). Mais on le voit de plus en plus passer devant son adversaire comme il le montre depuis qu'il évolue avec Everton ", ajoute Cross.

Pour le reste, les statistiques prouvent qu'il est très proche de Benteke, tant dans les buts que dans le nombre de tirs ou le pourcentage de tirs cadrés. Il lui manque simplement encore un peu de présence dans le jeu (il touche presque deux fois moins de ballons que Benteke). C'est normal. Il est encore jeune et que ce soit à WBA ou à Everton, il n'a pas eu le temps de devenir le leader de son équipe, ce que Benteke représente à Aston Villa.

Lukaku est donc bien le remplaçant idéal pour Benteke, en Croatie et contre le Pays de Galles. De plus, sa forme actuelle (il est impliqué sur les quatre derniers buts d'Everton) ajoute du crédit à sa candidature naturelle.

Par Stéphane Vande Velde

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Benteke et Lukaku dans votre Sport/Foot Magazine

Moyenne de buts/minutes en 2013

Lionel Messi (Barcelone) un but toutes les 57,2 minutes

Cristiano Ronaldo (Real) 72,6

Robert Lewandowski (Dortmund) 86,7

Mario Balotelli (Milan AC) 100,3

Romelu Lukaku (WBA et Everton) 101,4

Christian Benteke (Aston Villa) 104,2

...

14. Radamel Falcao (Atletico et Monaco)124

20. Zlatan Ibrahimovic (PSG)160,3

*Chiffres compris jusqu'au 4 octobre 2013

On sait que la question paraît anodine mais la réponse ne coule cependant pas de source. Certains pensent que Wilmots pourrait être tenté d'utiliser une autre solution (genre Kevin Mirallas). D'autres doutent de la capacité de Lukaku à combiner. Pourtant, les statistiques anglaises des deux dernières saisons (2012-2013 et 2013-2014) démontent certaines idées reçues. Moins tranchant dans les combinaisons ? Faux.Il a un meilleur pourcentage de passes dans les 30 derniers mètres que Benteke (65,1% pour 54,2%). Moins technique ? Faux. Il tente davantage de dribbles (76 contre 66) et en réussit plus que l'attaquant d'Aston Villa (48,7% contre 40,9%). Par contre, contrairement à l'idée reçue, il est moins physique que Benteke, ne gagnant que 37% de ses duels (contre 49,1%)." José Mourinho, en début de saison, et Steve Clarke, la saison passée, ont souvent dit que Lukaku avait une puissance physique impressionnante mais qu'il devait encore veiller à mieux utiliser son corps ", dit John Cross, journaliste au Daily Mirror. " Je pense que cette statistique explique ce qu'ils voulaient dire. Lukaku est un monstre physique et il doit donc remporter la plupart de ses duels. Ce qui n'est pas encore le cas. D'ailleurs, on le voit énormément encore trop souvent refuser le duel et redescendre dans le jeu pour proposer une solution.C'est ce qui fait à la fois sa force (il est imprévisible et bouge beaucoup, ce qui complique le rôle des défenseurs) et le rend vulnérable (puisqu'il ne fait pas encore la loi dans le rectangle). Mais on le voit de plus en plus passer devant son adversaire comme il le montre depuis qu'il évolue avec Everton ", ajoute Cross. Pour le reste, les statistiques prouvent qu'il est très proche de Benteke, tant dans les buts que dans le nombre de tirs ou le pourcentage de tirs cadrés. Il lui manque simplement encore un peu de présence dans le jeu (il touche presque deux fois moins de ballons que Benteke). C'est normal. Il est encore jeune et que ce soit à WBA ou à Everton, il n'a pas eu le temps de devenir le leader de son équipe, ce que Benteke représente à Aston Villa.Lukaku est donc bien le remplaçant idéal pour Benteke, en Croatie et contre le Pays de Galles. De plus, sa forme actuelle (il est impliqué sur les quatre derniers buts d'Everton) ajoute du crédit à sa candidature naturelle.Par Stéphane Vande VeldeRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Benteke et Lukaku dans votre Sport/Foot Magazine