L'attaquant de West Bromwich Albion Romelu Lukaku a confié après l'entraînement de ce mardi qu'il misait sur un carton plein (6 points sur 6) pour renforcer la position belge sur la route directe pour le Brésil.

"La pression extérieure me semble faible, mais tout le monde au sein du groupe est naturellement conscient de l'importance de ces deux rencontres", a-t-il expliqué. "Avec les qualités qui sont les nôtres, j'estime toutefois qu'on doit oser afficher les plus grandes ambitions et jouer en conséquence. Tous les postes sont dédoublés. En plus de cela l'ambiance dans le groupe est excellente. On rit même parfois en plein entraînement. Ce qui ne devrait cependant plus être le cas à partir de demain (mercredi). Nul n'ignore en effet qu'il n'y a pas de bon match sans bon entraînement. Et aussi que le duel de vendredi n'aura rien à voir avec une promenade de santé..."

Sur un plan plus personnel l'ancien buteur d'Anderlecht estime qu'il a "encore progressé", au point d'être désormais "enfin en mesure de se montrer également décisif en équipe nationale. Maintenant je suis prêt. Je ne voudrais d'ailleurs pas être à la place de l'entraîneur qui va devoir choisir entre Christian (Benteke) et moi. On est en effet désormais au même niveau", conclut-il.

Wilmots : "j'ai vu beaucoup de plaisir dans le groupe" Eden Hazard, Jan Vertonghen, Moussa Dembélé et Steven Defour n'ont pas participé à la séance collective, s'entraînant à part. Le capitaine Vincent Kompany suit pour sa part un programme individuel avec Lieven Maesschalck. Une décision à son propos sera prise vendredi avant le match à Skopje. L'état du mollet de Nacer Chadli n'inspire plus d'inquiétude. Il est en état de jouer.

Le reste du noyau a eu droit à une séance d'une heure et demi en territoire mauve. "J'ai vu un groupe qui s'entraînait avec beaucoup de plaisir", se réjouissait le coach Marc Wilmots. "Mais j'ai aussi apprécié les qualités individuelles des joueurs lors des exercices de démarquage sur un espace réduit. J'attends maintenant tout le monde en pleine possession de ses moyens sur le terrain mercredi. En soirée les joueurs auront droit à l'analyse technique du jeu macédonien. On part là-bas jeudi..."

Personne ne s'attend à une partie de plaisir vendredi à la Philip II Arena de Skopje, où le Danemark a été découpé en rondelles (3-0) en match amical. "On doit mettre en place un vrai bloc et à partir de là, compter sur les qualités individuelles des joueurs. A moi de les mettre dans les meilleures conditions..." Le match retour est aura lieu quatre jour plus tard, mardi, au stade Roi Baudouin.

De Bruyne : "je suis devenu plus fort" "La Macédoine a écopé de 17 cartes jaunes au cours des quatre derniers matches, ce sera plutôt engagé contre eux", a prévenu pour sa part Kevin De Bruyne. "Mais nous irons là-bas pour gagner. Nous voulons bien entendu réussir un 6 sur 6, mais on peut toujours perdre des points. La rencontre à Skopje sera très différente de celle de Bruxelles. Il y a pas mal de confiance dans le groupe. Nous ne sommes pas certains d'aller au Brésil mais nous croyons en nos chances", précise De Bruyne.

En principe, le médian offensif du Werder Brême devrait évoluer à l'aile mais il pourrait se trouver aligné dans l'axe. "Dans quel rôle j'évoluerai, n'a pas beaucoup d'importances pour moi. C'est le coach qui décide de notre manière de jouer. Je suis prêt dans tous les cas. J'ai souffert d'une blessure au genou ces derniers mois mais c'est désormais du passé. Je sens que je suis devenu plus fort physiquement en jouant en Bundesliga."

Evoquant son avenir: "Je sais que quelques équipes ont manifesté de l'intérêt, mais je ne m'en occupe pas. Je ne serai pas opposé à prolonger mon séjour en Allemagne. Mais au final, c'est Chelsea qui décidera s'il me rappelle ou pas."

L'attaquant de West Bromwich Albion Romelu Lukaku a confié après l'entraînement de ce mardi qu'il misait sur un carton plein (6 points sur 6) pour renforcer la position belge sur la route directe pour le Brésil. "La pression extérieure me semble faible, mais tout le monde au sein du groupe est naturellement conscient de l'importance de ces deux rencontres", a-t-il expliqué. "Avec les qualités qui sont les nôtres, j'estime toutefois qu'on doit oser afficher les plus grandes ambitions et jouer en conséquence. Tous les postes sont dédoublés. En plus de cela l'ambiance dans le groupe est excellente. On rit même parfois en plein entraînement. Ce qui ne devrait cependant plus être le cas à partir de demain (mercredi). Nul n'ignore en effet qu'il n'y a pas de bon match sans bon entraînement. Et aussi que le duel de vendredi n'aura rien à voir avec une promenade de santé..." Sur un plan plus personnel l'ancien buteur d'Anderlecht estime qu'il a "encore progressé", au point d'être désormais "enfin en mesure de se montrer également décisif en équipe nationale. Maintenant je suis prêt. Je ne voudrais d'ailleurs pas être à la place de l'entraîneur qui va devoir choisir entre Christian (Benteke) et moi. On est en effet désormais au même niveau", conclut-il. Wilmots : "j'ai vu beaucoup de plaisir dans le groupe" Eden Hazard, Jan Vertonghen, Moussa Dembélé et Steven Defour n'ont pas participé à la séance collective, s'entraînant à part. Le capitaine Vincent Kompany suit pour sa part un programme individuel avec Lieven Maesschalck. Une décision à son propos sera prise vendredi avant le match à Skopje. L'état du mollet de Nacer Chadli n'inspire plus d'inquiétude. Il est en état de jouer. Le reste du noyau a eu droit à une séance d'une heure et demi en territoire mauve. "J'ai vu un groupe qui s'entraînait avec beaucoup de plaisir", se réjouissait le coach Marc Wilmots. "Mais j'ai aussi apprécié les qualités individuelles des joueurs lors des exercices de démarquage sur un espace réduit. J'attends maintenant tout le monde en pleine possession de ses moyens sur le terrain mercredi. En soirée les joueurs auront droit à l'analyse technique du jeu macédonien. On part là-bas jeudi..." Personne ne s'attend à une partie de plaisir vendredi à la Philip II Arena de Skopje, où le Danemark a été découpé en rondelles (3-0) en match amical. "On doit mettre en place un vrai bloc et à partir de là, compter sur les qualités individuelles des joueurs. A moi de les mettre dans les meilleures conditions..." Le match retour est aura lieu quatre jour plus tard, mardi, au stade Roi Baudouin. De Bruyne : "je suis devenu plus fort" "La Macédoine a écopé de 17 cartes jaunes au cours des quatre derniers matches, ce sera plutôt engagé contre eux", a prévenu pour sa part Kevin De Bruyne. "Mais nous irons là-bas pour gagner. Nous voulons bien entendu réussir un 6 sur 6, mais on peut toujours perdre des points. La rencontre à Skopje sera très différente de celle de Bruxelles. Il y a pas mal de confiance dans le groupe. Nous ne sommes pas certains d'aller au Brésil mais nous croyons en nos chances", précise De Bruyne. En principe, le médian offensif du Werder Brême devrait évoluer à l'aile mais il pourrait se trouver aligné dans l'axe. "Dans quel rôle j'évoluerai, n'a pas beaucoup d'importances pour moi. C'est le coach qui décide de notre manière de jouer. Je suis prêt dans tous les cas. J'ai souffert d'une blessure au genou ces derniers mois mais c'est désormais du passé. Je sens que je suis devenu plus fort physiquement en jouant en Bundesliga." Evoquant son avenir: "Je sais que quelques équipes ont manifesté de l'intérêt, mais je ne m'en occupe pas. Je ne serai pas opposé à prolonger mon séjour en Allemagne. Mais au final, c'est Chelsea qui décidera s'il me rappelle ou pas."