Avant le début du tournoi, Gracenote avait estimé les chances de victoire des Belges à 14 pour cent. Après leurs six points sur six remportés après leurs deux premiers duels joués sur le terrain de leurs adversaires, les Diables restent plus que jamais en tête dans ces pronostics. Ils devancent la France (13 %), l'Italie (12 %) et l'Angleterre (11 %). Les Pays-Bas sont désormais le 5e favori avec 8 % de chances de gagner, devant le Portugal (7 %), l'Allemagne (6 %) et l'Espagne (6 %).

Les Diables Rouges ont joué une première mi-temps très faible contre le Danemark au Parkenstadion jeudi, mais après la pause, ils ont transformé de manière convaincante un déficit de 1-0 en une victoire de 1-2. Ce succès les assure d'une place en huitièmes de finale. Un point contre la Finlande assurerait les joueurs de Roberto Martinez de la première place du groupe B. Parmi les autres favoris, seule l'Italie a aussi gagné ses deux premières rencontres.

Quant aux adversaires possibles lors des prochains tours, c'est encore une question de conjecture, puisque les quatre meilleurs troisièmes se qualifient également. En l'état actuel des choses, les Diables ont près de 34 % de chances d'affronter le Portugal, champion en titre, en huitième de finale, qui semble se diriger vers la troisième place du groupe F. La finale la plus probable à ce stade est celle opposant l'Angleterre à la Belgique, mais elle est encore très éloignée et n'a que 4,9 % de chances de se produire.

Les résultats de dimanche soir (Italie-Pays de Galles et Suisse-Turquie) lors de la dernière journée du Groupe A peuvent avoir un impact important sur l'adversaire éventuel des Diables en huitièmes de finale. Cet adversaire sera en tout cas issu des groupes A, D, E ou F. Pour les Belges, il est particulièrement important d'éviter le troisième du groupe F, qui comprend la France, l'Allemagne et le Portugal. Au total, quinze scénarios sont possibles, dont cinq désigneront un membre de ce groupe de la "mort" comme adversaire des Belges.

Toutefois, si le 3e du groupe A ne parvenait pas se qualifier, seuls cinq scénarios sont possibles, les Belges ayant alors 80 % de chances d'affronter le numéro trois du groupe F. S'ils veulent éviter cela, les Belges doivent soutenir la Suisse, qui, avec un maximum potentiel de quatre points, a beaucoup plus de chances de figurer parmi les meilleurs troisièmes que la Turquie qui n'a actuellement aucun point.

Avant le début du tournoi, Gracenote avait estimé les chances de victoire des Belges à 14 pour cent. Après leurs six points sur six remportés après leurs deux premiers duels joués sur le terrain de leurs adversaires, les Diables restent plus que jamais en tête dans ces pronostics. Ils devancent la France (13 %), l'Italie (12 %) et l'Angleterre (11 %). Les Pays-Bas sont désormais le 5e favori avec 8 % de chances de gagner, devant le Portugal (7 %), l'Allemagne (6 %) et l'Espagne (6 %). Les Diables Rouges ont joué une première mi-temps très faible contre le Danemark au Parkenstadion jeudi, mais après la pause, ils ont transformé de manière convaincante un déficit de 1-0 en une victoire de 1-2. Ce succès les assure d'une place en huitièmes de finale. Un point contre la Finlande assurerait les joueurs de Roberto Martinez de la première place du groupe B. Parmi les autres favoris, seule l'Italie a aussi gagné ses deux premières rencontres. Quant aux adversaires possibles lors des prochains tours, c'est encore une question de conjecture, puisque les quatre meilleurs troisièmes se qualifient également. En l'état actuel des choses, les Diables ont près de 34 % de chances d'affronter le Portugal, champion en titre, en huitième de finale, qui semble se diriger vers la troisième place du groupe F. La finale la plus probable à ce stade est celle opposant l'Angleterre à la Belgique, mais elle est encore très éloignée et n'a que 4,9 % de chances de se produire. Les résultats de dimanche soir (Italie-Pays de Galles et Suisse-Turquie) lors de la dernière journée du Groupe A peuvent avoir un impact important sur l'adversaire éventuel des Diables en huitièmes de finale. Cet adversaire sera en tout cas issu des groupes A, D, E ou F. Pour les Belges, il est particulièrement important d'éviter le troisième du groupe F, qui comprend la France, l'Allemagne et le Portugal. Au total, quinze scénarios sont possibles, dont cinq désigneront un membre de ce groupe de la "mort" comme adversaire des Belges.Toutefois, si le 3e du groupe A ne parvenait pas se qualifier, seuls cinq scénarios sont possibles, les Belges ayant alors 80 % de chances d'affronter le numéro trois du groupe F. S'ils veulent éviter cela, les Belges doivent soutenir la Suisse, qui, avec un maximum potentiel de quatre points, a beaucoup plus de chances de figurer parmi les meilleurs troisièmes que la Turquie qui n'a actuellement aucun point.