On leur avait promis "un camping de luxe", le "Devillage" ressemblerait plus à un "camp de réfugiés" selon certains: infrastructures rouillées, pas assez de douches ni de toilettes, sécurité douteuse, aucune connexion wifi, buffet déjeuner inexistant,...voilà ce qui attendait les supporters des Diables qui avaient réservé leur séjour via l'Union belge pour la somme de 160 euros par nuit par personne. Les installations seraient même dangereuses, selon la télévision VTM qui s'est rendue sur place (voir le reportage ci-dessous). Beaucoup de Belges auraient même déserté le camping pour trouver un hôtel, avec les difficultés que l'on pu imaginer vu l'affluence dans cette région.

Embarrassée, l'Union belge a tenu à réagir via son porte-parole Stefan Van Loock: "Notre partenaire n'a pas respecté ses engagements, mais nous n'abandonnons pas nos fans et mettons tout en oeuvre pour trouver des solutions. Nous avons pris les choses en main, notamment pour les toilettes. Les clients auront droit à une compensation", explique-t-il. C'est une société néerlandaise, Oranjecamping, déjà à l'origine du village des Hollandais dans les tournois précédents, qui a pris en charge l'organisation.