Daniel Podence suspendu, Nuno Espirito Santo a aligné Adama Traoré et Raul Jiménez en attaque mais le premier tir dangereux de Wolverhampton est venu d'une reprise du tibia au point de penalty de Dendoncker (4e). Le Diable Rouge a été à la base de la seule véritable action dangereuse du club anglais en récupérant le ballon devant sa surface et en le transmettant à Traoré. L'attaquant espagnol des Wolves, qui a accéléré à toute vitesse, a été fauché par le défenseur sévillan Diego Carlos dans le rectangle. Mais Raul Jimenez ne s'est pas montré efficace des onze mètres (13e). Après ce raté de l'attaquant mexicain, Wolverhampton n'a plus rien montré de consistant et a laissé la maîtrise du jeu à Séville (76 % de possession de balle en première période). La formation espagnole n'a toutefois pas enflammé le match, avec des ailiers qui n'ont pas fait la différence et un Youssef En-Nesyri qui ne pesait pas sur la défense adverse.

La seconde période est repartie sur les mêmes bases avec Séville, qui mettait le pied sur le ballon et Wolverhampton, qui peinait peine à faire remonter son bloc. Et sans un retour in extremis de Dendoncker, Joan Jordan poussait le ballon au fond (59e). Les Andalous ont buté sur la défense des Wolves (15 corners à 0 !) jusqu'à ce qu'Evere Banega a tout le temps d'ajuster un centre dévié de la tête par Ocampos au premier poteau (88e, 1-0).

Dans l'autre match joué à Gelsenkirchen, le Shakhtar a ouvert le score d'entrée. Sur un corner frappé côté droit par Marlos, Junior Moraes a coupé au premier poteau de la tête (2e, 1-0). Bâle a fait illusion grâce à une belle action de son ailier Afimico Pululu (14e) mais cela n'a pas duré. Les Ukrainiens ont relancé la machine et sur un contre, Marlos a temporisé avant de servir Taison en pleine course (22e, 2-0). Le break était fait et le score aurait été plus lourds sans des parades de Djordje Nikolic sur une reprise du gauche de Moraes (30e) et une frappe enroulée de Marlos (36e). Le gardien serbe a encore eu un coup de chaud quand Marcos Antonio a expédié le ballon sur la transversale (40e).

Grâce à Samuele Campo et Arthur, Bâle a mieux débuté la seconde période sans pour autant se montrer transcendant. Le Shakhtar avait tout sous contrôle et Alan Patrick s'est chargé de transformer le penalty accordé pour une faute sur Taison de Marchand (75e, 3-0). Suite à l'intervention du VAR, Dodo a alourdi l'addition (88e, 4-0). Dans les arrêts de jeu, Campo a permis à Ricky van Wolfswinkel d'éviter que la soirée ne se termine en cauchemar (90e+2, 4-1).

Daniel Podence suspendu, Nuno Espirito Santo a aligné Adama Traoré et Raul Jiménez en attaque mais le premier tir dangereux de Wolverhampton est venu d'une reprise du tibia au point de penalty de Dendoncker (4e). Le Diable Rouge a été à la base de la seule véritable action dangereuse du club anglais en récupérant le ballon devant sa surface et en le transmettant à Traoré. L'attaquant espagnol des Wolves, qui a accéléré à toute vitesse, a été fauché par le défenseur sévillan Diego Carlos dans le rectangle. Mais Raul Jimenez ne s'est pas montré efficace des onze mètres (13e). Après ce raté de l'attaquant mexicain, Wolverhampton n'a plus rien montré de consistant et a laissé la maîtrise du jeu à Séville (76 % de possession de balle en première période). La formation espagnole n'a toutefois pas enflammé le match, avec des ailiers qui n'ont pas fait la différence et un Youssef En-Nesyri qui ne pesait pas sur la défense adverse. La seconde période est repartie sur les mêmes bases avec Séville, qui mettait le pied sur le ballon et Wolverhampton, qui peinait peine à faire remonter son bloc. Et sans un retour in extremis de Dendoncker, Joan Jordan poussait le ballon au fond (59e). Les Andalous ont buté sur la défense des Wolves (15 corners à 0 !) jusqu'à ce qu'Evere Banega a tout le temps d'ajuster un centre dévié de la tête par Ocampos au premier poteau (88e, 1-0). Dans l'autre match joué à Gelsenkirchen, le Shakhtar a ouvert le score d'entrée. Sur un corner frappé côté droit par Marlos, Junior Moraes a coupé au premier poteau de la tête (2e, 1-0). Bâle a fait illusion grâce à une belle action de son ailier Afimico Pululu (14e) mais cela n'a pas duré. Les Ukrainiens ont relancé la machine et sur un contre, Marlos a temporisé avant de servir Taison en pleine course (22e, 2-0). Le break était fait et le score aurait été plus lourds sans des parades de Djordje Nikolic sur une reprise du gauche de Moraes (30e) et une frappe enroulée de Marlos (36e). Le gardien serbe a encore eu un coup de chaud quand Marcos Antonio a expédié le ballon sur la transversale (40e). Grâce à Samuele Campo et Arthur, Bâle a mieux débuté la seconde période sans pour autant se montrer transcendant. Le Shakhtar avait tout sous contrôle et Alan Patrick s'est chargé de transformer le penalty accordé pour une faute sur Taison de Marchand (75e, 3-0). Suite à l'intervention du VAR, Dodo a alourdi l'addition (88e, 4-0). Dans les arrêts de jeu, Campo a permis à Ricky van Wolfswinkel d'éviter que la soirée ne se termine en cauchemar (90e+2, 4-1).