Vingt dieux, vingt-neuf ans déjà ! C'était en mai 1991, à la veille d'un Allemagne-Belgique : rookie chez les Mauves, Bertrand Crasson n'avait pas vingt ans et Guy Thys lui refilait déjà une première sélection. Pour ma bafouille d'alors, j'avais titré " Déjà Crasson ? ", car d'autres backs droits me semblaient plus matures et tout aussi fortiches. Je pensais à Bernard Wégria ou à Dirk Medved, et je me demandais si la sélection d'un nouveau Diable, plus qu'un long travail de dissection de ses qualités et défauts, ce n'était pas se borner à décréter supérieur ce qui se bossait à la Mecque anderlechtoise... J'ignore si la Mecque est toujours La Mecque, mais la tendance n'a jamais cessé : une première sélection, c'est encore et toujours plus plausible quand tu es un bon gamin mauve au lieu d'un bon gamin pas mauve. Yari Verschaeren et Jérémy Doku en sont les dernière...

Vingt dieux, vingt-neuf ans déjà ! C'était en mai 1991, à la veille d'un Allemagne-Belgique : rookie chez les Mauves, Bertrand Crasson n'avait pas vingt ans et Guy Thys lui refilait déjà une première sélection. Pour ma bafouille d'alors, j'avais titré " Déjà Crasson ? ", car d'autres backs droits me semblaient plus matures et tout aussi fortiches. Je pensais à Bernard Wégria ou à Dirk Medved, et je me demandais si la sélection d'un nouveau Diable, plus qu'un long travail de dissection de ses qualités et défauts, ce n'était pas se borner à décréter supérieur ce qui se bossait à la Mecque anderlechtoise... J'ignore si la Mecque est toujours La Mecque, mais la tendance n'a jamais cessé : une première sélection, c'est encore et toujours plus plausible quand tu es un bon gamin mauve au lieu d'un bon gamin pas mauve. Yari Verschaeren et Jérémy Doku en sont les dernières illustrations... Voici cinq semaines, en Islande, Doku a débuté le match et sa première mi-temps a été mauvaise. J'aurais mis mon gauche à couper que Roberto Martinez fourguerait enfin 45 minutes à Leandro Trossard, ce vieux de 25 ans qui a quand même déjà pété une quarantaine de buts pros. J'étais sot d'être sûr, adieu mon gauche, Martinez a maintenu Doku tout le match, Jérémy a mis un joli but (son septième en pros), vous connaissez la suite : les agents qui s'agitent, le président de Rennes qui bave... Et bingo de 26 briques dans la tirelire mauve ! Laquelle en avait bien besoin pour assurer dix ans de D1A, dixit Peter Verbeke. 26 millions, à comparer aux sept qu'a rapporté ce génial garnement d' Alexis Saelemaekers, vendu à Milan : Doku serait quasi quatre fois meilleur ? Bof. C'est effectivement un diamant brut, c'est-à-dire un diamant qui n'est pas taillé, mais est-il taillable ? En apéro de ce Belgique-Islande et en évoquant Doku, Stephan Streker souligna qu'à bien des jeunes, manquait encore la lucidité dans le dernier geste, et que tous ne l'acquéraient pas en prenant de l'âge ! Streker doutait avec raison, même si le beau but de Doku infirma ce soir-là son bémol. Je lis que Doku est promis aux plus hautes destinées, de par " sa vitesse et ses qualités techniques ". Sa vitesse, okay, c'est époustouflant : un peu comme l' Eden Hazard des débuts lillois, Jérémy est une fusée, capable en une seconde de passer de l'arrêt à du 15km/h, pour atteindre les 25km/h six foulées plus tard ! Et même si tu ne sais faire que ça, tu sais déjà semer bien des opposants : le geste efficace qui doit suivre sera alors affaire de lucidité, davantage que de virtuosité. Mais en technique pure, en habileté inventive, un Dodi Lukebakio, par exemple, demeure bien supérieur à Doku... Avant son embrigadement par notre prosaïque Union belge, j'espère que Doku (qui pouvait opter pour le Ghana) a fait papote avec Zakaria Bakkali, débauché dès 2013 et paumé depuis. Mais aller à Rennes, pourquoi pas ? Si ça foire, l'avenir restera devant lui. Mais si par exemple, en Champions League contre Chelsea, Doku laissait sur place César Azpilicueta pour planter un but victorieux, ça pourrait amener revente par Rennes... et rawette de re-bingo pour la tirelire mauve ! On peut rêver, quoique ça me semble un très gros rêve ! La tirelire, de toute façon, faut plus s'en tracasser : Vincent Kompany dit que l'usine mauve produira d'autres Doku, Saelemaekers ou Sebastiaan Bornauw : suffira d'également vendre ces gamins-là dès qu'ils se mettent à briller, même s'ils ont encore du lait derrière les oreilles, et la dette ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir ! C'est beau, la formation... Si la saga Doku vire à la farce, le dindon s'appellera Rennes et personne d'autre : les clubs qui pètent des sommes folles pour des débutants doués sur lesquels ils misent comme sur de jeunes chevaux, ces clubs ne sont pas à plaindre s'ils se plantent. Concernant Doku, durant Belgique-Côte d'Ivoire, y'a pas eu grand-chose à voir. Sinon qu'il était là à risquer un bobo, chose qu'il n'avait pas risquée à Bruges... Je ponds ceci avant Angleterre-Belgique, la petite bombe sera sur le banc, j'en mets à couper le pied droit qu'il me reste : faut pas dribbler bobonne, y'a le temps avec Doku ! Et si Roberto Martinez le préfère d'emblée à un Yannick Carrasco positionné bien haut, je deviendrai cul-de-jatte.