La dernière fois que la Belgique a encaissé à cinq reprises remonte au 5 septembre 2009 lors d'une défaite 5-0 contre l'Espagne à La Corogne, future nation championne du monde. L'équipe nationale était alors dirigée par Frank Vercauteren. Des joueurs en action ce dimanche à Lucerne, seul Eden Hazard était de la partie en 2009.

Ce succès, aussi douloureux qu'inattendu, empêche les Diables de disputer le premier Final Four de cette nouvelle compétition continentale. Outre la Suisse, le Portugal et l'Angleterre sont déjà qualifiés alors que la dernière place sera attribuée à la France ou aux Pays-Bas. En cas de partage ou de victoire lundi en Allemagne, d'ores et déjà reléguée en Ligue B, les Oranje valideront leur ticket pour la phase finale prévue en juin 2019 au Portugal. Une défaite néerlandaise y enverrait les champions du monde français.

Le tirage au sort de ce Final Four se déroulera à Dublin le 3 décembre, au lendemain de celui des qualifications pour l'Euro 2020. Le vainqueur de la Ligue des Nations n'étant pas qualifié pour l'Euro, il doit donc obligatoirement passer par les qualifications.

Outre l'aspect prestigieux d'un trophée continental, la Ligue des Nations est également très lucrative. En effet, une victoire rapportera au vainqueur la somme de 10,5 millions d'euros. A titre de comparaison, l'Union belge de football est revenue du Mondial russe avec 20,7 millions après sa troisième place.

Le penalty a été le moment clé de la rencontre", estime Roberto Martinez

Après 17 minutes de jeu, les Diables Rouges semblaient sur une voie royale vers le Final Four de la Ligue des Nations mais la Suisse a ensuite marqué à cinq reprises pour inverser complètement la tendance (5-2) dimanche soir à Lucerne.

"Ce n'est pas facile de trouver les réponses à cette défaite. Ce dont je suis sûr, c'est que le penalty a été le moment clé du match. Après, nous avons perdu le contrôle et oublié de bien défendre. Chaque action suisse était dangereuse, nous n'avons pas bien géré nos émotions et nous leur avons donné des opportunités de revenir dans le match", a expliqué le sélectionneur national Roberto Martinez après la rencontre.

Le plan tactique de l'Espagnol semblait pourtant marcher en début de match. "L'entame a été très bonne et nous avions le contrôle. Puis à un certain moment, la Suisse n'avait plus rien à perdre. De l'arrogance ? Non, nous avons été surpris sur des contre-attaques. A ce niveau, il n'y a pas de place pour les erreurs. Nous voulions vraiment jouer ce Final Four."

Malgré cette désillusion, les Diables Rouges doivent désormais se tourner vers les qualifications pour l'Euro 2020, qui débuteront en mars 2019. "Nous voulions vraiment finir en tête de ce groupe, il y avait beaucoup d'excitation et c'est décevant de terminer 2e à la différence de buts. Mais cette déception va nous rendre plus concentrés pour les prochains matches. Nous devons en sortir renforcés, essayer de comprendre ce que nous avons fait de mal. Le groupe va prendre ses responsabilités et veut atteindre ses objectifs", a ponctué le Catalan.

La dernière fois que la Belgique a encaissé à cinq reprises remonte au 5 septembre 2009 lors d'une défaite 5-0 contre l'Espagne à La Corogne, future nation championne du monde. L'équipe nationale était alors dirigée par Frank Vercauteren. Des joueurs en action ce dimanche à Lucerne, seul Eden Hazard était de la partie en 2009. Ce succès, aussi douloureux qu'inattendu, empêche les Diables de disputer le premier Final Four de cette nouvelle compétition continentale. Outre la Suisse, le Portugal et l'Angleterre sont déjà qualifiés alors que la dernière place sera attribuée à la France ou aux Pays-Bas. En cas de partage ou de victoire lundi en Allemagne, d'ores et déjà reléguée en Ligue B, les Oranje valideront leur ticket pour la phase finale prévue en juin 2019 au Portugal. Une défaite néerlandaise y enverrait les champions du monde français. Le tirage au sort de ce Final Four se déroulera à Dublin le 3 décembre, au lendemain de celui des qualifications pour l'Euro 2020. Le vainqueur de la Ligue des Nations n'étant pas qualifié pour l'Euro, il doit donc obligatoirement passer par les qualifications. Outre l'aspect prestigieux d'un trophée continental, la Ligue des Nations est également très lucrative. En effet, une victoire rapportera au vainqueur la somme de 10,5 millions d'euros. A titre de comparaison, l'Union belge de football est revenue du Mondial russe avec 20,7 millions après sa troisième place.Après 17 minutes de jeu, les Diables Rouges semblaient sur une voie royale vers le Final Four de la Ligue des Nations mais la Suisse a ensuite marqué à cinq reprises pour inverser complètement la tendance (5-2) dimanche soir à Lucerne."Ce n'est pas facile de trouver les réponses à cette défaite. Ce dont je suis sûr, c'est que le penalty a été le moment clé du match. Après, nous avons perdu le contrôle et oublié de bien défendre. Chaque action suisse était dangereuse, nous n'avons pas bien géré nos émotions et nous leur avons donné des opportunités de revenir dans le match", a expliqué le sélectionneur national Roberto Martinez après la rencontre. Le plan tactique de l'Espagnol semblait pourtant marcher en début de match. "L'entame a été très bonne et nous avions le contrôle. Puis à un certain moment, la Suisse n'avait plus rien à perdre. De l'arrogance ? Non, nous avons été surpris sur des contre-attaques. A ce niveau, il n'y a pas de place pour les erreurs. Nous voulions vraiment jouer ce Final Four." Malgré cette désillusion, les Diables Rouges doivent désormais se tourner vers les qualifications pour l'Euro 2020, qui débuteront en mars 2019. "Nous voulions vraiment finir en tête de ce groupe, il y avait beaucoup d'excitation et c'est décevant de terminer 2e à la différence de buts. Mais cette déception va nous rendre plus concentrés pour les prochains matches. Nous devons en sortir renforcés, essayer de comprendre ce que nous avons fait de mal. Le groupe va prendre ses responsabilités et veut atteindre ses objectifs", a ponctué le Catalan.