C'est la fin d'une époque dans la capitale italienne. Après la retraite de Francesco Totti en 2017, un autre monument de la Ville éternelle va prendre congé de la Roma, après 18 saisons passées chez les giallorossi : Daniele De Rossi.

Nul doute que de nombreux tifosi auront les yeux mouillés à l'issue de son dernier match, dimanche, face à Parme. D'autant que ces adieux se font en mode mineur puisque la décision de mettre un terme à cette longue histoire commune ne vient pas du capitaine, comme il ne s'est pas privé de l'expliquer en conférence de presse la semaine dernière : "Ils me l'ont dit officiellement hier (le 13 mai, ndlr), mais j'ai presque 36 ans et je ne suis pas stupide, je le savais bien : s'ils ne vous appellent pas pendant dix mois, c'est clair.(...) Je veux jouer et ils ne veulent pas. (...) Mais j'accepte : cela fait partie du travail."

Une amertume compréhensible pour ce fidèle parmi les fidèles qui aura disputé plus de 600 rencontres pour le club de la capitale. Une longévité d'une autre époque, d'autant que les sollicitations n'ont pas manqué pour celui qui fut un temps l'un des meilleurs milieux de terrain de la planète foot. Un niveau que ne reflète pas son palmarès : le champion du monde 2006 n'a en effet jamais remporté le titre en Serie A. Vice-champion à neuf reprises, son CV en club ne renseigne finalement que deux Coupes et une Supercoupe d'Italie.

À bientôt 36 ans, le Romain ne compte pas pour autant raccrocher les crampons et se verrait bien tenter une ultime pige en MLS. Suite à l'annonce de son départ, les hommages ont plu sur les réseaux sociaux : de Totti, à Radja Nainggolan en passant par ses coéquipiers anciens et actuels. Voilà qui devrait faire plaisir au Gladiatore qui déclarait encore récemment : "Quand je vois les jeunes faire une vidéo sur Instagram dans le vestiaire, j'ai envie de leur défoncer les dents avec une batte de baseball."

Par Jules Monnier