Godfred Donsah (18 ans) n'est pas encore très connu mais le médian, collègue de Paul-José Mpoku à Cagliari, a une histoire particulière. Son père figurait parmi les réfugiés africains qui, en 2009, ont traversé le désert libyen avant de mettre le cap sur Lampedusa, en Italie, à bord d'une embarcation de fortune. Il rêvait d'une vie meilleure en Europe. Il a commencé par envoyer de l'argent à sa famille, au Ghana, afin que ses enfants puissent faire des études. Le père Donsah a longtemps résidé de manière illégale dans la Botte. Godfred a joué au DC United Agogo de six à quinze ans, pieds nus, car sa famille n'avait pas les moyens de lui payer des chaussures de foot. Un scout l'a fait transférer à Palerme, en équipes d'âge mais comme il était mineur et que son père était illégal, il a dû faire appel à un avocat habile. L'été dernier, Donsah a rejoint Cagliari, dont il est devenu titulaire sous la houlette de Gianfranco Zola. Maintenant, le père vit avec son fils. Le club sarde lui a offert un travail et le footballeur professionnel fait construire une maison à sa famille restée au Ghana.

Par Frédéric Vanheule

Godfred Donsah (18 ans) n'est pas encore très connu mais le médian, collègue de Paul-José Mpoku à Cagliari, a une histoire particulière. Son père figurait parmi les réfugiés africains qui, en 2009, ont traversé le désert libyen avant de mettre le cap sur Lampedusa, en Italie, à bord d'une embarcation de fortune. Il rêvait d'une vie meilleure en Europe. Il a commencé par envoyer de l'argent à sa famille, au Ghana, afin que ses enfants puissent faire des études. Le père Donsah a longtemps résidé de manière illégale dans la Botte. Godfred a joué au DC United Agogo de six à quinze ans, pieds nus, car sa famille n'avait pas les moyens de lui payer des chaussures de foot. Un scout l'a fait transférer à Palerme, en équipes d'âge mais comme il était mineur et que son père était illégal, il a dû faire appel à un avocat habile. L'été dernier, Donsah a rejoint Cagliari, dont il est devenu titulaire sous la houlette de Gianfranco Zola. Maintenant, le père vit avec son fils. Le club sarde lui a offert un travail et le footballeur professionnel fait construire une maison à sa famille restée au Ghana. Par Frédéric Vanheule