De Courtois à Mbappé, l'équipe-type de la Coupe du monde en images

De Courtois à Mbappé, l'équipe-type de la Coupe du monde en images
Thibaut Courtois et Kylian Mbappé. © AFP

Gardien © AFP

Thibaut Courtois (BEL): il était au coude-à-coude avec son homologue français Hugo Lloris, mais ce dernier a commis une bourde grossière, heureusement pour lui sans conséquence, en finale. Le Belge, décisif tout au long de la compétition, a été élu meilleur gardien du Mondial par la Fifa.

Défenseurs © AFP

Thomas Meunier (BEL): il a marqué le but offrant à son pays la meilleure performance de son histoire en Coupe du monde, dès la 4e minute du match pour la troisième place remporté contre l'Angleterre (2-0). Pas toujours impeccable défensivement, le latéral du Paris SG a toutefois beaucoup contribué au jeu offensif de sa sélection. Suspendu, il a beaucoup manqué aux Belges lors de la demi-finale perdue contre la France.

Défenseurs © AFP

Raphaël Varane (FRA): quel palmarès ! A 25 ans, il a déjà gagné quatre Ligues des champions et une Coupe du monde. Surtout, il n'avait jamais étalé un tel rayonnement et une telle constance au niveau international. Impérial du début à la fin dans sa surface, il a aussi inscrit un but déterminant en quarts de finale contre l'Uruguay. Et ses coéquipiers ont loué son leadership.

Défenseurs © AFP

Kieran Trippier (ENG): dans la sélection anglaise demi-finaliste qui a inscrit 9 de ses 12 buts sur coups de pied arrêtés, le spécialiste en la matière a évidemment joué un grand rôle. Trippier, 27 ans et joueur de Tottenham, s'est montré très adroit dans l'exercice.

Milieux © BELGAIMAGE

Paul Pogba (FRA): il n'est pas à proprement parler une révélation, tant le talent de "Paulo" est flagrant depuis longtemps. Seulement le milieu athlétique sortait d'une saison compliquée à Manchester United et il avait régulièrement déçu en Bleu, car trop irrégulier. Lors de cette Coupe du monde, il a été au top presque de bout en bout, et a lui aussi joué les guides d'une sélection inexpérimentée. Jusqu'à un but dont il se souviendra toute sa vie, en finale du Mondial (4-2).

Milieux © AFP

N'Golo Kanté (FRA): c'est vrai qu'il a raté sa finale, mais difficile de reprocher quoi que ce soit au petit milieu de Chelsea, auteur auparavant d'un tournoi époustouflant. Sur tous les ballons et toutes les trajectoires, le joueur de 27 ans est loué par ses coéquipiers pour son sens du collectif et son énorme abattage.

Milieux © REUTERS

Luka Modric (CRO): peut-on mieux incarner l'expression "perdant magnifique"? Le Croate a livré une Coupe du monde magistrale, achevée par une défaite cruelle pour lui. Cela ne l'a pas empêché d'être élu meilleur joueur du tournoi. "Il a pris une large part de travail dans notre jeu et mérite ce trophée même si nous n'avons pas gagné", a observé son sélectionneur Zlatko Dalic.

Milieux © AFP

Philippe Coutinho (BRA): il n'est pas allé plus loin que les quarts de finale, avec l'élimination du Brésil face à la Belgique (2-1). Mais le Barcelonais n'en a pas moins réussi une bonne compétition sur le plan personnel, avec des buts déterminants et une volonté de tous les instants.

Attaquants © belgaimage

Kylian Mbappé (FRA): adoubé par Pelé, seul autre joueur de l'histoire à avoir marqué dans une finale de Coupe du monde avant ses 20 ans, le bambin de Bondy, en banlieue parisienne, a fait vivre un calvaire à ses vis-à-vis lors des matches à élimination directe, et inscrit quatre buts, tous importants, dont un doublé somptueux en huitièmes contre l'Argentine. Elu meilleur jeune de la compétition par la Fifa.

Attaquants © AFP

Mario Mandzukic (CRO): il marque dans les matches importants, mais aussi... contre son camp dimanche en finale. Cruel, pour ce joueur impeccable dans l'engagement et le sacrifice. Il s'est rattrapé en pressant Lloris pour réduire le score à 4-2 en seconde période, pour terminer dans la lignée de sa demi-finale qui l'avait vu marquer le but envoyant la Croatie en finale pour la première fois de sa jeune histoire.

Attaquants © BELGA

Eden Hazard (BEL): le leader technique de la "génération dorée" belge n'a toujours rien gagné, mais ce n'est pas faute d'avoir essayé lors de cette Coupe du monde aboutie sur le plan personnel pour lui et au niveau collectif pour la Belgique. Vif, impliqué, véloce, l'ailier de Chelsea termine la compétition avec trois buts et deux passes décisives au compteur. Il lui restera l'Euro-2020 pour tenter d'offrir enfin un titre à son pays.