"Je sais que je suis prêt. C'est une décision difficile car je pense que je pourrais encore jouer au plus haut niveau, mais je me suis toujours dit secrètement que je voulais finir au sommet", a déclaré l'Anglais à la chaîne SkySports.

"Si on m'avait dit il y a huit mois que j'allais être champion de France, j'aurais dit aucune chance. Le PSG m'en a donné l'occasion et je pense que c'est le moment. C'est le rêve de tous les athlètes de partir au sommet en gagnant un titre et en étant en grande forme", a ajouté le milieu de terrain, champion de France avec Paris.

Prié de dire à quel moment il avait pris sa décision, Beckham a plaisanté: "Probablement quand Messi courait à côté de moi (en quart de finale de la Ligue des champions)".

L'Anglais voudrait que l'on se souvienne de lui comme "d'un joueur qui travaillait dur, qui était passionné par le jeu et qui donnait tout à chaque fois sur le terrain".

Lucide, Beckham reconnaît que ses activités extra-sportives ont parfois nui à sa crédibilité de footballeur. "Les gens ont porté leur attention sur d'autres aspects de ce que j'ai fait, ce qui a parfois fait de l'ombre à ce que j'ai fait sur le terrain. J'ai beau dire que je n'en ai pas souffert, en réalité si, car au fond je suis un footballeur", a-t-il dit.

"A la fin de ma carrière, je suis très fier de me dire que j'ai réussi avec tous les clubs où je suis passé, que j'ai joué 115 fois pour mon pays et que j'ai été deuxième du classement du meilleur joueur de l'année derrière d'extraordinaires footballeurs", a-t-il déclaré.

"Je sais que je suis prêt. C'est une décision difficile car je pense que je pourrais encore jouer au plus haut niveau, mais je me suis toujours dit secrètement que je voulais finir au sommet", a déclaré l'Anglais à la chaîne SkySports. "Si on m'avait dit il y a huit mois que j'allais être champion de France, j'aurais dit aucune chance. Le PSG m'en a donné l'occasion et je pense que c'est le moment. C'est le rêve de tous les athlètes de partir au sommet en gagnant un titre et en étant en grande forme", a ajouté le milieu de terrain, champion de France avec Paris. Prié de dire à quel moment il avait pris sa décision, Beckham a plaisanté: "Probablement quand Messi courait à côté de moi (en quart de finale de la Ligue des champions)". L'Anglais voudrait que l'on se souvienne de lui comme "d'un joueur qui travaillait dur, qui était passionné par le jeu et qui donnait tout à chaque fois sur le terrain". Lucide, Beckham reconnaît que ses activités extra-sportives ont parfois nui à sa crédibilité de footballeur. "Les gens ont porté leur attention sur d'autres aspects de ce que j'ai fait, ce qui a parfois fait de l'ombre à ce que j'ai fait sur le terrain. J'ai beau dire que je n'en ai pas souffert, en réalité si, car au fond je suis un footballeur", a-t-il dit. "A la fin de ma carrière, je suis très fier de me dire que j'ai réussi avec tous les clubs où je suis passé, que j'ai joué 115 fois pour mon pays et que j'ai été deuxième du classement du meilleur joueur de l'année derrière d'extraordinaires footballeurs", a-t-il déclaré.