Le Brésil a eu sept ans pour préparer son Mondial de football. A 100 jours du grand soir, il va pourtant devoir se retrousser les manches pour être dans les temps le 12 juin prochain, jour d'ouverture du tournoi. Retards accumulés, manifestations violentes: la présidente Dilma Rousseff, qui joue sa réélection en octobre, a beau marteler comme une incantation que le Brésil va réaliser "la Coupe du monde des Coupes du monde", le doute s'est installé.

Les douze stades devaient être livrés au plus tard le 31 décembre 2013, pour que la FIFA puisse y effectuer tous les tests nécessaires. Cinq ne sont pas encore prêts, à des degrés divers. Celui de Curitiba, très dangereusement hors délai, a frôlé le carton rouge. Il n'a dû son maintien qu'à l'engagement de la présidente, soucieuse d'éviter un cuisant camouflet. "On va à 200 km/h, c'est bien au-delà de la limite de vitesse autorisée, mais ce sera le cas jusqu'au 12 juin", veille du match d'ouverture du Mondial, s'est résigné le secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke.

La fronde sociale historique contre la facture publique du Mondial, la misère des services publics et la corruption des élites, qui avait ébranlé le pays en juin 2013 pendant la Coupe des Confédérations, a peu à peu perdu son souffle. Mais elle s'est radicalisée sous le mot d'ordre "La Coupe du monde n'aura pas lieu". Et fait peser une menace lancinante sur la sécurité des supporters. Sans parler de la FIFA et de ses sponsors, honnis par les protestataires radicaux qui dénoncent une "Coupe pour les riches". Les manifestations régulièrement convoquées à Rio de Janeiro et Sao Paulo par la mouvance d'extrême gauche et les anarchistes masqués du Black Bloc dégénèrent systématiquement en violents affrontements. Le 6 février, un caméraman de télévision a ainsi été tué à Rio par une fusée d'artifice allumée par des manifestants. En face, la police militaire, mal formée au maintien de l'ordre, conserve des méthodes musclées héritées de la junte.

Mais le gouvernement promet de juguler les militants violents tout en préservant la liberté de manifester. Quelque 170.000 policiers et militaires seront mobilisés. L'armée interviendra même si nécessaire... Les Brésiliens, massivement hostiles à ces violences, sont 80% à assurer qu'ils ne manifesteront pas pendant le Mondial. L'humeur n'en est pas moins à la grogne et au désenchantement. L'économie tourne depuis trois ans au ralenti, les prix flambent. Le pourcentage de Brésiliens soutenant la tenue du Mondial dans le pays a chuté de 79% en 2009 à 52% selon un récent sondage. Car on leur avait promis que la Coupe serait financée à 100% sur fonds privés.

Finalement, ils règleront le gros de la facture. Le Mondial devait aussi laisser en héritage de nouvelles lignes de métro, des tramways. Une grande partie de l'ambitieux plan initial de mobilité urbaine a été abandonné en route. Les travaux d'agrandissement de plusieurs aéroports obsolètes et saturés ne seront pas achevés pour le Mondial. "On croit que tout peut se faire au dernier moment, sans planification, mais que finalement ce sera un succès grâce à l'hospitalité et la chaleur des Brésiliens", analyse José Carlos Marques, professeur à l'Observatoire du Sport de l'Université Estatal Paulista (Unesp). C'est finalement au plan sportif, comme d'habitude, que le quintuple champion du monde s'est le mieux préparé.

Le sélectionneur Luiz Felipe Scolari a su redonner cohésion et ambition à une Seleçao dont il avait hérité en plein doute fin 2012. Vainqueurs séduisants de la Coupe des Confédérations 2013, l'idole Neymar et sa bande peuvent rêver de faire exulter 200 millions de fanatiques de football en soulevant la coupe le 13 juillet dans le mythique stade Maracana de Rio. Et d'y exorciser pour toujours le traumatisme national du Mondial perdu contre l'Uruguay en 1950.

Le Brésil a eu sept ans pour préparer son Mondial de football. A 100 jours du grand soir, il va pourtant devoir se retrousser les manches pour être dans les temps le 12 juin prochain, jour d'ouverture du tournoi. Retards accumulés, manifestations violentes: la présidente Dilma Rousseff, qui joue sa réélection en octobre, a beau marteler comme une incantation que le Brésil va réaliser "la Coupe du monde des Coupes du monde", le doute s'est installé. Les douze stades devaient être livrés au plus tard le 31 décembre 2013, pour que la FIFA puisse y effectuer tous les tests nécessaires. Cinq ne sont pas encore prêts, à des degrés divers. Celui de Curitiba, très dangereusement hors délai, a frôlé le carton rouge. Il n'a dû son maintien qu'à l'engagement de la présidente, soucieuse d'éviter un cuisant camouflet. "On va à 200 km/h, c'est bien au-delà de la limite de vitesse autorisée, mais ce sera le cas jusqu'au 12 juin", veille du match d'ouverture du Mondial, s'est résigné le secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke. La fronde sociale historique contre la facture publique du Mondial, la misère des services publics et la corruption des élites, qui avait ébranlé le pays en juin 2013 pendant la Coupe des Confédérations, a peu à peu perdu son souffle. Mais elle s'est radicalisée sous le mot d'ordre "La Coupe du monde n'aura pas lieu". Et fait peser une menace lancinante sur la sécurité des supporters. Sans parler de la FIFA et de ses sponsors, honnis par les protestataires radicaux qui dénoncent une "Coupe pour les riches". Les manifestations régulièrement convoquées à Rio de Janeiro et Sao Paulo par la mouvance d'extrême gauche et les anarchistes masqués du Black Bloc dégénèrent systématiquement en violents affrontements. Le 6 février, un caméraman de télévision a ainsi été tué à Rio par une fusée d'artifice allumée par des manifestants. En face, la police militaire, mal formée au maintien de l'ordre, conserve des méthodes musclées héritées de la junte.Mais le gouvernement promet de juguler les militants violents tout en préservant la liberté de manifester. Quelque 170.000 policiers et militaires seront mobilisés. L'armée interviendra même si nécessaire... Les Brésiliens, massivement hostiles à ces violences, sont 80% à assurer qu'ils ne manifesteront pas pendant le Mondial. L'humeur n'en est pas moins à la grogne et au désenchantement. L'économie tourne depuis trois ans au ralenti, les prix flambent. Le pourcentage de Brésiliens soutenant la tenue du Mondial dans le pays a chuté de 79% en 2009 à 52% selon un récent sondage. Car on leur avait promis que la Coupe serait financée à 100% sur fonds privés. Finalement, ils règleront le gros de la facture. Le Mondial devait aussi laisser en héritage de nouvelles lignes de métro, des tramways. Une grande partie de l'ambitieux plan initial de mobilité urbaine a été abandonné en route. Les travaux d'agrandissement de plusieurs aéroports obsolètes et saturés ne seront pas achevés pour le Mondial. "On croit que tout peut se faire au dernier moment, sans planification, mais que finalement ce sera un succès grâce à l'hospitalité et la chaleur des Brésiliens", analyse José Carlos Marques, professeur à l'Observatoire du Sport de l'Université Estatal Paulista (Unesp). C'est finalement au plan sportif, comme d'habitude, que le quintuple champion du monde s'est le mieux préparé. Le sélectionneur Luiz Felipe Scolari a su redonner cohésion et ambition à une Seleçao dont il avait hérité en plein doute fin 2012. Vainqueurs séduisants de la Coupe des Confédérations 2013, l'idole Neymar et sa bande peuvent rêver de faire exulter 200 millions de fanatiques de football en soulevant la coupe le 13 juillet dans le mythique stade Maracana de Rio. Et d'y exorciser pour toujours le traumatisme national du Mondial perdu contre l'Uruguay en 1950.