Certains gardiens de Pro League en font certainement encore des cauchemars. Quand Ruslan Malinovskyi arme son pied gauche, c'est souvent un pétard d'une extrême violence qui en sort. Des coups de canon qui ont nettoyé les toiles d'araignée de nombreuses lucarnes, mais qui sont certainement moins traumatisants que ceux qui dévastent pour l'instant son pays natal.
...

Certains gardiens de Pro League en font certainement encore des cauchemars. Quand Ruslan Malinovskyi arme son pied gauche, c'est souvent un pétard d'une extrême violence qui en sort. Des coups de canon qui ont nettoyé les toiles d'araignée de nombreuses lucarnes, mais qui sont certainement moins traumatisants que ceux qui dévastent pour l'instant son pays natal. Lors du match de 1/16e de finale de l'Europa League à l'Olympiacos Le Pirée (à Athènes), Malinovskyi avait soulevé son maillot et montré un t-shirt où était rédigé le message en anglais "Pas de guerre en Ukraine." En préambule, il avait aussi écrit sur ses réseaux sociaux que "L'Ukraine est attaquée en ce moment même. S'il vous plait, diffusez le message et priez pour notre pays". L'international aux 45 sélections n'en oubliait pas autant de rester efficace sur le terrain en signant deux buts sur la pelouse d'Athènes, dont une frappe lointaine, sa marque de fabrique. L'Atalanta assurait ainsi sa qualification pour les 1/8e de finale.Né à Jytomir, dans l'Oblast éponyme, à 150 km à l'ouest de la capitale Kiev (Kyiv), Ruslan Malinovskyi a rejoint le plus russophone Donbass pour effectuer sa formation du côté du Shakhtar Donetsk. Il ne portera cependant jamais le maillot des Mineurs en compétition officielle puisqu'il enchaînera des prêts au PFC Sebastopol (deux saisons, 17 matches et 1 but) et surtout trois saisons à Zorya Louhansk (59 matches et 13 buts). Dans ce dernier club, il va notamment s'illustrer lors d'une confrontation en barrages de la Ligue Europa contre Charleroi. Sur la pelouse du Mambourg, il crucifie Nicolas Penneteau à deux reprises et séduit tous les observateurs. Une prestation qui n'est pas passée inaperçue non plus du côté de Genk où l'on contacte le Shakhtar afin d'acquérir en location ce jeune homme à la patte gauche dévastatrice. Lors de ses deux années en prêt de le Limbourg, Malinovskyi n'est pas directement titulaire, même s'il obtient régulièrement du temps de jeu. Il secoue les filets à 7 reprises en 42 apparitions lors de cette période. De quoi décider les dirigeants genkois à lever la petite option d'achat de 2 millions d'euros. Une affaire en or puisque Genk s'offrira une finale de Coupe de Belgique avant de brandir le trophée du champion en 2019, grâce notamment aux coups d'éclat de son Ukrainien, devenu une valeur sûre d'un entrejeu où l'on retrouve aussi Sander Berge et Alejandro Pozuelo.Incontournable dans le onze avec 74 rencontres disputées, le natif de Jytomyr marque 5 buts et délivre 4 passes décisives lors de sa première saison où il est la propriété de Genk avant de réaliser un double-double dans la seconde avec 13 goals et 12 assists. Des chiffres qui ont largement contribué au titre de champion des Smurfen et qui ont été agrémentés de 3 buts et de 3 passes décisives en Europa League.C'est l'Atalanta Bergame qui va mettre le grappin sur l'Ukrainien lors de l'été 2019 en échange d'un chèque de 13 millions d'euros. Encore une vente réussie pour Genk, malgré un départ houleux. Le nouveau coach limbourgeois Felice Mazzu ne le convoque pas pour le stage hivernal car il n'estime pas le joueur dans "état mental optimal", ce qui avait vexé Malinovskiy. "J'ai décidé de ne pas faire de stage. J'ai expliqué cela à l'entraîneur parce que je ne voulais pas perturber la formation de sa nouvelle équipe. J'ai vu cela comme un signe de mon respect pour lui et pour Genk. Je pourrais en dire beaucoup, mais je préfère ne pas le faire par respect pour mes coéquipiers, les supporters et le club", avait fustigé l'Ukrainien qui aurait sans doute préféré partir avec un meilleur sentiment du Limbourg.A Bergame, sous la conduite de Gian Piero Gasperini, il occupe d'autres missions que sous Philippe Clément. Il évolue plus haut dans le jeu dans un rôle de milieu offensif voir de soutien de l'attaquant de pointe. Avec la rotation décrétée, il effectue 34 apparitions, mais n'est pas toujours titulaire. Ce qui ne l'empêche pas de claquer 8 buts et de servir 5 caviars dans une saison entrecoupée par la crise du coronavirus. Il n'est titulaire qu'à une reprise en Ligue des Champions et n'entre au jeu qu'une demi-heure lors de l'élimination en quarts de finale contre le PSG. Malgré ce faible temps de jeu, Malinovskyi marque lors de sa seule présence dans le onze de base, à l'occasion d'une lourde défaite à Manchester City (5-1), avant d'être à l'assist lors de la victoire (0-3) contre son club formateur du Shakhtar.Lors de son second exercice dans une citée bergamasque meurtrie par la pandémie, Ruslan Malinovskyi effectue cette fois 36 apparitions, mais seulement 21 dans la peau d'un titulaire. Mais en termes de rendement, le gaucher ukrainien augmente clairement la cadence en offrant 12 passes décisives pour 8 buts. Surtout lors de la fin de saison où il fut une pièce maîtresse de la Dea qui a finalement accroché le top 4 et le billet qualificatif pour la Champions League. Lors de dix des dernières rencontres de la saison écoulée, Malinovskyi avait inscrit 6 buts pour 9 passes décisives. Désormais plus impliqué dans les réalisations de son équipe, Gasperini décide de lui laisser enfiler le costume de membre de son onze de base à 18 reprises sur les 25 apparitions qu'il effectue en Serie A cette saison. Pour l'instant, l'international ukrainien a fait trembler les filets adverses à six reprises, mais n'a pas été aussi décisif dans la dernière passe avec seulement trois à son compteur pour le moment. S'il a été aligné aux côtés de Luis Muriel en tant que deuxième attaquant lors de ses dernières sorties, il a surtout été évolué comme milieu offensif, que ce soit aux côtés de Josip Ilicic, Mario Pasalic et surtout Aleksei Miranchuk. Malinovskyi a notamment marqué les esprits avec un coup-franc somptueux pour arracher le partage sur la pelouse de la Juventus. Cette frappe terrible lui a sans doute permis de recevoir le titre de "joueur du mois" en février dernier. Une récompense qu'il avait déjà reçue en mai 2021.L'un des grands amis de Malinovskyi dans le vestiaire bergamasque est Russe puisqu'il s'agit de Miranchuk. Les deux hommes s'entendaient déjà bien avant que ne se déroule l'invasion de l'Ukraine par les troupes de Vladimir Poutine. Malgré un contexte géo-politique qui peut parfois fragiliser certaines relations amicales et familiales, les deux hommes n'ont pas changé de sentiments. "Ruslan et sa famille traversent des moments difficiles. Nous passons beaucoup de temps avec l'équipe à regarder les informations. Cette situation nous a peut-être encore plus secoués que le covid qui avait pourtant durement touché Bergame", a avoué Gian Piero Gasperini à Sky Sport Italia.Un beau drapeau avait été installé dans les gradins et se trouvait aussi à l'extérieur du terrain d'entraînement de l'Atalanta. Sur la toile, étaient représentés l'Ukrainien Malinovskyi et son coéquipier russe Miranchuk se serrant la main."De toute évidence, Malinovskyi a encore de la famille et des amis là-bas. Nous sommes également proches de Miranchuk. C'est une amitié extraordinaire qu'ils ont. Miranchuk se sent presque gêné par la situation. Les gens comptent plus que les drapeaux et les frontières, c'est un bon garçon et il mérite aussi le respect.", avait précisé Gasperini. Lors d'un match contre la Sampdoria, Aleksei Miranchuk avait marqué et avait d'ailleurs refusé de célébrer sa réalisation par respect pour les victimes de la guerre en Ukraine. Quelques heures auparavant, son pays avait été exclu de la course à la Coupe du monde par la FIFA.S'il n'est pas présent physiquement sur place, Malinovskiy s'implique à sa manière dans le conflit. Il s'en était pris au recordman de sélections avec l'équipe nationale ukrainienne, Anatoliy Tymoshchuk. Entraîneur adjoint du côté du Zénit Saint-Pétersbourg, il s'était montré muet au moment d'aborder le conflit qui dévastait son pays natal. Le milieu de Bergame en a profité pour dégainer. "Je ne sais pas pour Tymoshchuk, vous devez lui demander. Difficile de commenter mais c'est bizarre (le fait qu'il n'a encore rien dit sur la guerre, ndlr). Je pense que ce n'est pas bien. Le fait qu'il ne soit plus une légende du football ukrainien est vrai à 100%. Aujourd'hui, tout le monde dans le pays a oublié ses états de service en sélection", a estimé le numéro 18 de l'Atalanta dans un entretien pour la chaîne YouTubeFootball 1/2/3. Ces propos avaient ensuite été relayés par Tribuna.Sur Instagram, le gaucher tenait aussi à dénoncer ce qu'il estimait être des fake news. "La Russie a officiellement commencé sa guerre contre le territoire de l'Ukraine. Il y a eu plusieurs explosions dans tous les points stratégiques du pays. Les gens sont horrifiés et paniqués, toutes les frontières sont actuellement fermées. Je pleure pour notre peuple et pour ma maison. Les nouvelles venant de Russie ne disent pas la vérité: ils prétendent protéger l'est contre nous les Ukrainiens, mais en réalité ils nous attaquent! C'est un crime contre toute l'humanité, il faut arrêter cette horreur.", écrivait l'homme aux 45 sélections avec la Zbirna qui a aussi rendu visite à ses compatriotes venus se réfugier dans son nouveau port d'attache en Lombardie.Ce soir l'Atalanta se concentrera sur une autre mission : se qualifier pour le dernier carré de l'Europa League et aider un football italien peu en verve sur la scène européenne à rester la tête hors de l'eau. Pour franchir l'obstacle de Leipzig et se donner des ailes jusqu'à la demi-finale, l'Atalanta aura bien besoin des services de son gaucher ukrainien. Depuis que l'Atalanta a été reversé en Ligue Europa après une troisième place lors de la phase de groupe de la Ligue des Champions, Malinovskyi s'est érigé en homme des qualifications. Vainqueur sur ses terres de l'Olympiacos 2-1, les Bergamasques vont se faciliter la tâche en Grèce grâce à un doublé de leur numéro 18, qui sera impliqué dans les trois buts (1 goal et deux passes décisives) de la Dea lors de la manche retour contre le Bayer Leverkusen. Titulaire lors de ces quatre duels, Ruslan Malinovskyi était resté toute la manche aller à Leipzig sur le banc. Il faut dire que l'Ukrainien manque parfois de régularité, lui qui essaie aussi de collecter des fonds pour aider les victimes de la guerre et qui communique beaucoup sur les réseaux sociaux. Mais Malinovskyi reste capable de se libérer totalement pendant les nonantes minutes d'un duel retour où il pourrait encore s'ériger en héros de l'Atalanta.