Pour Kompany, c'est important de faire partie de ce Global Player Council "car cela concerne plus que juste les droits des riches joueurs professionnels". "Cela concerne le vivre ensemble et le rôle du football là-dedans, l'importance du football féminin et la discrimination. Tous des sujets que nous pouvons mieux aborder ensemble."

"Un des problèmes, c'est que les victimes du racisme sont ceux qui n'ont aucun accès aux organes administratif. "Il y a un débat mené sur le racisme, des décisions sont prises sur des sujets sensibles à ceux qui en ont fait l'expérience. Au final, ces décisions sont prises par les personnes qui occupent ces postes depuis des lustres. Cela n'a pas changé que ce soit en Belgique, en Angleterre ou ailleurs dans le monde et ce n'est pas juste un problème qui est propre au sport. Dans tous les secteurs, même en politique, vous allez rencontrer peu de gens avec mon profil dans les grandes institutions".

"Anderlecht a fait quelque chose d'unique à ce niveau. Avec le rôle que j'ai en interne, je peux faire tomber beaucoup de barrières. En étant présent et en me comportant de manière professionnelle dans une position où j'ai de l'autorité. C'est presque impossible en Europe pour une personne d'origine étrangère."

"Il ne s'agit pas de comment le racisme doit être géré mais de qui prend les décisions sur ce problème. La diversité doit être obligatoire au plus haut niveau et le chemin doit être sain pour les personnes qui veulent atteindre ces postes. Il est très difficile d'être un citoyen à part entière et motivé dans un pays où vous avez moins de perspective que quelqu'un d'autre, même si vous y êtes né."

Pour Kompany, c'est important de faire partie de ce Global Player Council "car cela concerne plus que juste les droits des riches joueurs professionnels". "Cela concerne le vivre ensemble et le rôle du football là-dedans, l'importance du football féminin et la discrimination. Tous des sujets que nous pouvons mieux aborder ensemble." "Un des problèmes, c'est que les victimes du racisme sont ceux qui n'ont aucun accès aux organes administratif. "Il y a un débat mené sur le racisme, des décisions sont prises sur des sujets sensibles à ceux qui en ont fait l'expérience. Au final, ces décisions sont prises par les personnes qui occupent ces postes depuis des lustres. Cela n'a pas changé que ce soit en Belgique, en Angleterre ou ailleurs dans le monde et ce n'est pas juste un problème qui est propre au sport. Dans tous les secteurs, même en politique, vous allez rencontrer peu de gens avec mon profil dans les grandes institutions". "Anderlecht a fait quelque chose d'unique à ce niveau. Avec le rôle que j'ai en interne, je peux faire tomber beaucoup de barrières. En étant présent et en me comportant de manière professionnelle dans une position où j'ai de l'autorité. C'est presque impossible en Europe pour une personne d'origine étrangère." "Il ne s'agit pas de comment le racisme doit être géré mais de qui prend les décisions sur ce problème. La diversité doit être obligatoire au plus haut niveau et le chemin doit être sain pour les personnes qui veulent atteindre ces postes. Il est très difficile d'être un citoyen à part entière et motivé dans un pays où vous avez moins de perspective que quelqu'un d'autre, même si vous y êtes né."