"Nous n'étions pas la meilleure équipe, mais nous étions la plus efficace", affirmait Jan Vertonghen après la victoire 0-1 de son Benfica contre son ancien club, l'Ajax Amsterdam, en huitième de finale de la Ligue des champions. Repoussé devant son propre but pendant 90 minutes, Benfica a réussi le hold up parfait en marquant sur sa première occasion à un quart d'heure de la fin. Ainsi, les Portugais se sont qualifiés pour les quarts de finale de la plsu prestigieuse des compétitions européennes. Une première depuis 2016.
...

"Nous n'étions pas la meilleure équipe, mais nous étions la plus efficace", affirmait Jan Vertonghen après la victoire 0-1 de son Benfica contre son ancien club, l'Ajax Amsterdam, en huitième de finale de la Ligue des champions. Repoussé devant son propre but pendant 90 minutes, Benfica a réussi le hold up parfait en marquant sur sa première occasion à un quart d'heure de la fin. Ainsi, les Portugais se sont qualifiés pour les quarts de finale de la plsu prestigieuse des compétitions européennes. Une première depuis 2016. Jan Vertonghen a certainement joué un rôle important dans la qualification de son club. Lors de la manche aller à Lisbonne, son centre dévié a permis l'égalisation via Sébastien Haller contre son camp et à la Johan Cruijff Arena, il a défendu méticuleusement. Après la rencontre, le Diable Rouge a déclaré sur les ondes d'RTL7 que le scénario du match était exactement celui qu'il avait prévu. "On savait que ça allait être un match crucial. Je l'ai répété dix fois dans le vestiaire : il faut juste essayer de jouer le plus loin possible de notre but et parvenir à marquer ce but en contre. L'Ajax était bien meilleur que nous en possession du ballon, mais nous avons joué très bas et nous n'avons pas concédé beaucoup d'occasions", a-t-il expliqué. Vertonghen dispute dans sa deuxième saison à Lisbonne. En août 2020, il y a signé un contrat de trois ans. Il est arrivé gratuitement de Tottenham, où il ne rentrait plus dans les plans de l'entraîneur José Mourinho. Après huit saisons dans le nord de Londres, le défenseur était prêt à relever un nouveau défi. A Benfica, il a immédiatement endossé le costume de titulaire indiscutable. En deux saisons, seules des blessures mineures et des infections au coronavirus l'ont tenu éloigné des terrains. Sans ça, il dispute presque toujours les 90 minutes. L'expérimenté défenseur est aussi rapidement devenu un leader dans la défense. Il a aussi porté le brassard de capitaine cinq fois cette saison. Selon la société de données sportives InStat, il était le joueur le plus précieux du championnat portugais lors de l'exercice précédent.Le Flandrien a toujours été un défenseur polyvalent, capable de jouer à plusieurs postes. Lors de la phase de groupes de la Ligue des champions, l'entraîneur Jorge Jesus, qui a démissionné entre-depuis, évoluait avec une défense à trois. Vertonghen en occupait la position centrale ou à gauche. Sous la houlette du nouveau technicien Nelson Verissimo, Benfica a repris un schéma défensif à quatre. Super Jan forme la paire centrale avec Nicolás Otamendi. La saison dernière, Jan Vertonghen et son équipe n'ont terminé qu'à la troisième place, derrière les rivaux historiques du Sporting Lisbonne et du FC Porto. Cette année encore, les lauriers nationaux ne semblent pas à portée de mains. Après un nouveau faux pas le week-end dernier, Benfica accuse déjà 15 points de retard sur Porto, le leader autoritaire de la compétition lusitanienne. Une troisième saison consécutive sans trophée se profile donc pour le plus beau palmarès portugais. Benfica a également été éliminé de la coupe nationale. Miseront-ils alors tout sur la Ligue des Champions ?Jan Vertonghen est heureux à Lisbonne et se sent chez lui dans la capitale portugaise. Après huit années passées sous le ciel gris londonien, le changement était le bienvenu. "Quand j'ai quitté Tottenham, je voulais rejoindre une équipe ambitieuse qui joue la Ligue des champions. Mais je voulais aussi découvrir un autre mode de vie et une langue différents. Je suis très heureuse ici et mes enfants aussi. Je suis dans un bon endroit", estimait-il dans une interview accordée à son ex-club Tottenham sur le réseau social Twitch à la fin du mois de décembre. Il est même bien possible que le recordman de sélections chez les Diables rouges termine sa carrière à Benfica. Le Flandrien a déclaré en septembre dans les colonnes du journal néerlandais RTL qu'il n'était pas intéressé par un nouveau départ. "Je pense qu'il y a de grandes chances que je termine ma carrière ici. J'ai 34 ans et il me reste un contrat d'un peu moins de deux ans. Je n'ai pas l'ambition de changer à nouveau de club et de construire une autre vie. Normalement, c'est ici que je rangerai mes crampons."Et qu'il imitera peut-être un certain Michel Preud'homme qui avait rangé ses gants de gardien de but en 1999 chez les Diabos vermelhos.