Ce n'était pas une mince affaire que de compenser le départ d'un homme à 36 buts. Après le départ de Cristiano Ronaldo cet été, le secteur offensif de la Juventus était devenu un champs de ruines. La saison dernière, le club bianconero n'a terminé "que" quatrième de la Serie A, ce qui a obligé l'entraîneur Andrea Pirlo à céder sa place à un ancien coach à succès de la maison, Massimiliano Allegri. Ce dernier avait pour mission de ramener la Juventus au sommet de l'Italie. Mais cette ambition s'annonçait difficile à réaliser car la Vieille Dame ne semblait pas avoir à sa disposition les joueurs nécessaires pour atteindre cet objectif. Paulo Dybala, Alvaro Morata, Moise Kean, ...malgré leurs immenses qualités ne parvenaient pas à supporter cette nouvelle pression sur leurs épaules.

Allegri a dû faire face au problème du buteur, ce joueur sur lequel on peut s'appuyer dans les moments difficiles. C'est pourquoi en janvier, il a tout fait pour que Dusan Vlahovic, la machine à marquer de la Fiorentina, pose ses valises du côté de Turin. Le Serbe avait déjà secoué les filets de Serie A à 21 reprises la saison dernière et était parti sur de meilleures bases encore lors des premiers mois de celle-ci avec 17 buts en 21 matchs pour la Viola. Les 80 millions proposés par la Juventus au club de Florence auront suffi pour que le transfert se fasse. La Juventus ne regrette pour l'instant pas cet investissement coûteux puisque Vlahovic a redressé sa nouvelle équipe en un rien de temps.

Une efficacité immédiate

L'attaquant de 22 ans est devenu l'homme qui a marqué à chaque fois qu'il a faisait ses débuts dans une nouvelle compétition sous les couleurs de la Juventus. En Serie A, il a marqué après seulement 13 minutes lors du match contre l'Hellas Verona. En Coppa Italia, il lui a fallu plus de temps, à savoir 88 minutes, pour trouver le chemin des filets, même si le but a finalement été enregistré par la suite comme un but contre son camp par le défenseur de Sassuolo, Ruan Tressoldi . Enfin, lors de son tout premier match de Ligue des champions, 33 secondes auront été nécessaires pour qu'il dépose sa carte de visite dans les filets de Villareal lors du 1/8e de finale aller de la Champions League. Si l'on inclut le but contre son camp de Tressoldi, le Serbe de 22 ans a déjà trouvé la faille à cinq reprises en six matches !

null, iStock
null © iStock

Une efficacité immédiate, surtout si on compare les chiffres de Vlahovic avec ceux de son illustre prédécesseur portugais Ronaldo qui n'a marqué aucun but pour ses débuts dans une nouvelle compétition et avait dû attendre quatre duels avant de secouer pour la première fois les filets adverses. De plus, les cinq autres buts de la Juventus lors des six derniers matchs ont été marqués par cinq joueurs différents, Paulo Dybala, Moise Kean, Matthijs de Ligt, Danilo et un autre transfuge hivernal, Denis Zakaria. On peut déjà affirmer que Dusan Vlahovic porte une Vieille Dame qui était en quête d'un nouveau souffle vers les sommets.

CR7 vs DV7

Il est certainement encore trop tôt pour parler du nouveau Cristiano Ronaldo. Le jeune serbe ne dispose pas du même impact commercial pour être comparé. Mais ce que CR7 ne pouvait pas faire à la Juventus, DV7 peut le faire, à savoir aider l'équipe à mieux jouer. Ronaldo est arrivé dans une équipe déjà bien établie où tout ne tournait pas autour de lui. Il ne lui restait plus qu'à apporter ce petit plus qui aurait enfin permis à la Coupe aux grandes oreilles de revenir faire un tour dans l'armoire à trophées du club turinois. Mais cela n'a pas fonctionné comme espéré. Pire, l'équipe a même régressé année après année.

La tâche qui attendait Vlahovic était quelque peu différente. Il s'est retrouvé dans une équipe qui manquait de confiance et qui était en pleine reconstruction. Un nouveau leader était nécessaire et Vlahovic remplit désormais ce rôle. Il mène l'attaque à la baguette, parle à ses coéquipiers et n'hésite pas à travailler défensivement quand cela est nécessaire. En d'autres termes, il a ramené de la stabilité à la Juventus. Car, ne l'oublions pas, la Vecchia Signora est remontée à la quatrième place du championnat et n'accuse plus "seulement" que sept points de retard sur le nouveau duo de leaders, Napoli et le Milan AC. Qui dit que la Juventus n'a aucune chance de remporter le titre ? Et si c'est le cas, elle le doit en grande partie à sa nouvelle étoile serbe.

Ce n'était pas une mince affaire que de compenser le départ d'un homme à 36 buts. Après le départ de Cristiano Ronaldo cet été, le secteur offensif de la Juventus était devenu un champs de ruines. La saison dernière, le club bianconero n'a terminé "que" quatrième de la Serie A, ce qui a obligé l'entraîneur Andrea Pirlo à céder sa place à un ancien coach à succès de la maison, Massimiliano Allegri. Ce dernier avait pour mission de ramener la Juventus au sommet de l'Italie. Mais cette ambition s'annonçait difficile à réaliser car la Vieille Dame ne semblait pas avoir à sa disposition les joueurs nécessaires pour atteindre cet objectif. Paulo Dybala, Alvaro Morata, Moise Kean, ...malgré leurs immenses qualités ne parvenaient pas à supporter cette nouvelle pression sur leurs épaules.Allegri a dû faire face au problème du buteur, ce joueur sur lequel on peut s'appuyer dans les moments difficiles. C'est pourquoi en janvier, il a tout fait pour que Dusan Vlahovic, la machine à marquer de la Fiorentina, pose ses valises du côté de Turin. Le Serbe avait déjà secoué les filets de Serie A à 21 reprises la saison dernière et était parti sur de meilleures bases encore lors des premiers mois de celle-ci avec 17 buts en 21 matchs pour la Viola. Les 80 millions proposés par la Juventus au club de Florence auront suffi pour que le transfert se fasse. La Juventus ne regrette pour l'instant pas cet investissement coûteux puisque Vlahovic a redressé sa nouvelle équipe en un rien de temps.L'attaquant de 22 ans est devenu l'homme qui a marqué à chaque fois qu'il a faisait ses débuts dans une nouvelle compétition sous les couleurs de la Juventus. En Serie A, il a marqué après seulement 13 minutes lors du match contre l'Hellas Verona. En Coppa Italia, il lui a fallu plus de temps, à savoir 88 minutes, pour trouver le chemin des filets, même si le but a finalement été enregistré par la suite comme un but contre son camp par le défenseur de Sassuolo, Ruan Tressoldi . Enfin, lors de son tout premier match de Ligue des champions, 33 secondes auront été nécessaires pour qu'il dépose sa carte de visite dans les filets de Villareal lors du 1/8e de finale aller de la Champions League. Si l'on inclut le but contre son camp de Tressoldi, le Serbe de 22 ans a déjà trouvé la faille à cinq reprises en six matches ! Une efficacité immédiate, surtout si on compare les chiffres de Vlahovic avec ceux de son illustre prédécesseur portugais Ronaldo qui n'a marqué aucun but pour ses débuts dans une nouvelle compétition et avait dû attendre quatre duels avant de secouer pour la première fois les filets adverses. De plus, les cinq autres buts de la Juventus lors des six derniers matchs ont été marqués par cinq joueurs différents, Paulo Dybala, Moise Kean, Matthijs de Ligt, Danilo et un autre transfuge hivernal, Denis Zakaria. On peut déjà affirmer que Dusan Vlahovic porte une Vieille Dame qui était en quête d'un nouveau souffle vers les sommets.Il est certainement encore trop tôt pour parler du nouveau Cristiano Ronaldo. Le jeune serbe ne dispose pas du même impact commercial pour être comparé. Mais ce que CR7 ne pouvait pas faire à la Juventus, DV7 peut le faire, à savoir aider l'équipe à mieux jouer. Ronaldo est arrivé dans une équipe déjà bien établie où tout ne tournait pas autour de lui. Il ne lui restait plus qu'à apporter ce petit plus qui aurait enfin permis à la Coupe aux grandes oreilles de revenir faire un tour dans l'armoire à trophées du club turinois. Mais cela n'a pas fonctionné comme espéré. Pire, l'équipe a même régressé année après année. La tâche qui attendait Vlahovic était quelque peu différente. Il s'est retrouvé dans une équipe qui manquait de confiance et qui était en pleine reconstruction. Un nouveau leader était nécessaire et Vlahovic remplit désormais ce rôle. Il mène l'attaque à la baguette, parle à ses coéquipiers et n'hésite pas à travailler défensivement quand cela est nécessaire. En d'autres termes, il a ramené de la stabilité à la Juventus. Car, ne l'oublions pas, la Vecchia Signora est remontée à la quatrième place du championnat et n'accuse plus "seulement" que sept points de retard sur le nouveau duo de leaders, Napoli et le Milan AC. Qui dit que la Juventus n'a aucune chance de remporter le titre ? Et si c'est le cas, elle le doit en grande partie à sa nouvelle étoile serbe.